Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lu sur le net : " Vous seriez en prison" disait le candidat Donald Trump à la candidate Hillary Cinton....

Publié par siel sur 13 Novembre 2016, 20:21pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #INTERNATIONAL, #REFLEXIONS perso

Il s'agissait d'un débat entre les deux candidats à la présidence US.

Maintenant, nous avons le mentor d'une candidate à la présidence, Aristide, qui déclare qu'il faut "dechouker ", déraciner le système en place.

Un truc tout à fait banal prononcé quotidiennement par toutes sortes de gens- sauf pour sûr ceux appartenant à la minorité qui jouit de ce système d'exclusion, dégradant et anachronique ainsi que leurs alliés et valets prêts à tout pour une poignée de dollars.

Mais voici, c'est Aristide qui le dit haut et fort. Et comme il a été associé à la violence - pire que les Duvalier et leurs vêpres de Jérémie, pire que l'armée et son massacre de la ruelle Vaillant, pire que les escadrons de la mort du FRAPH selon les media et les zentellectuels.

Aristide bat le record historique mondial et local au palmarès des criminels. Il est Attila, il est Moloch tropical...Media, zentellectuels, cinéastes, artistes, écrivains s'y sont tous mis pour stigmatiser celui que M. Ménard un facho de première, qualifiait de "prédateur de la presse". Alors  que M. Guy Philippe en personne a reconnu, plus tard, avoir été l'auteur de l'attentat contre les émetteurs de Boutilliers.

Ca en dit long sur les véritables intentions des boycotteurs de la commémoration des 200 ans d'indépendance, du Groupe 184, du Collectif Non, cette collaboration avec un individu de l'extrême-droite raciste.

Une opération de com. d'assassinat de caractère, qui aurait pu être montée par Antonio Sola  et son associé Damian Merlo- qui ont oeuvré à l'inverse à "rosir" Martelly, "bandi legal",  ex-voleur de ciment et fumeur de krack. Et qui, actuellement, font le même boulot avec Jovenel Moïse, le "nèg banann nan" , le "mafia legal" aux 14 comptes en banque, qu'ils essaient de "vendre" comme un homme fiable, compétent et de progrès.

En réalité, Maryse Narcisse aurait pu déclarer, façon Trump, qu'elle présidente, Jovenel Moïse serait en prison.

Et ce ne serait pas une pure provocation, vu les casseroles que ce candidat de la CI se trimballe :  de ses amitiés avec E. Daniel présumé trafiquant de drogue en passant par le financement de sa plantation par le gouvernement de Martelly, ses rapports amicaux avec un recherché par la DEA, Guy Philippe et un accusé et reconnu d'assassinat, Jodel Chamblain et enfin ses comptes bancaires, ses achats de voitures  et ses dépôts en liquide de milliers de dollars US.

En fait, si M. Jovenel Moïse n'a pas été convoqué par le CEP, c'est parce qu'il fait partie d'un réseau national et international de corrupteurs et de corrompus bien implantés dans le pays. Une "mafia legal" qui le protège.

Aussi, toute interpellation de "nèg bannann nan" risquerait de déboucher sur l'éclatement de la société haïtienne, comme avait dit M. Boulos par rapport à un éventuel audit de la gestion de Lamothe.

Imaginez-ça les partisans de l'homme rose à la tèt kale, sélectionné par les 2 Clinton, qui ont foutu le feu à la ville des Cayes et qui maintenant couinent contre les paroles d'Aristide.

Ils ont oublié que, selon les infos de Wikileaks, USAID (qui déclare sans ambiguïtés servir en priorité les intérêts des USA) a financé une association pro-Martelly entre les deux tours des élections, laquelle est responsable du kraze brize des Cayes.

Comme je l'ai dit souvent, ce n'est pas Aristide qui gêne, ni même son discours dit incendiaire par ceux-la même pyromanes et enfants de pyromanes qui maintiennent les Haïtiens dans une prison à ciel ouvert, mais la population et ses aspirations à ne pas être considérée comme des parias dans leur propre pays, dénués de tous droits et systématiquement méprisés par ceux qui utilisent la stigmatisation, la religion et les armes pour mieux les terroriser et les exploiter.

Duvalier disait (documents CIA à l'appui )  que "seul le peuple lui faisait peur".

Les autres secteurs de la société : zentellectuels infantilisés, commerçants rapaces, classes moyennes complexées, ils pouvaient les mettre dans sa macoute.

C'est ce peuple qui fait peur que symbolise Aristide.

Raison pour laquelle, jusqu'à présent ils ne l'ont pas  encore tué, bien que ce ne soit pas l'envie qui leur manque, par crainte d'un soulèvement général. D'un "koupe tèt, brule kay" à la Dessalines.

Pour que mes propos ne soient pas mal interprétés, il ne me viendrait pas à l'esprit de  faire d'Aristide un petit saint.  Mon mantra reste : ni dieu ni maître.

Les gourous, pasteurs, curés, hougans, ne sont pas ma tasse de thé. Selon mes convictions, l'homme, l'être humain, nait libre. Et c'est à lui qu'il revient de gérer cette liberté, dans le respect du bien collectif. Un véritable défi.

Par contre, ce qui serait intéressant ce serait de faire un bilan de l'administration d'Aristide lors de ses deux mandats écourtés par 2 coups d'Etat.

Mais qui, en dehors du "blan" aurait la volonté et le courage de mettre tout ceci à plat, d'écarter les zen, de se confronter aux faits ?

Ceux qui diabolisent Aristide - et par là-même la population haïtienne (les kokorat)- n'ont ni la volonté, ni le courage , ni la maturité pour rompre avec ce manichéisme du diable Noir et du dieu Blanc.

Cette non-volonté  de sortir de ce paradigme représente ni plus ni moins, un refus délibéré, affirmé, de maintenir le status quo en place depuis l'indépendance qui s'appuie sur la maltraitance systématique des "moun an deyô", des "kongo" des "mawon", tous considérés comme du bétail.

Ce pourquoi, ils sont prêts à tout, comme d'installer le "nèg bannann nan", l'homme formaté par Antonio Sola, à la présidence d'Haïti. De même qu'ils l'ont fait avec Martelly.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents