Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Aljazeera. Martelly : le second grand désastre d'Haïti - Par Greg Grandin (mis à jour)

Publié par Greg Grandin sur 16 Janvier 2017, 14:13pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #REFLEXIONS perso, #AYITI EXTREME DROITE

1; Bellerive, Martelly et Clinton; 2- Antonio Sola, l'Espagnol responsable de la "vente " de Martelly
1; Bellerive, Martelly et Clinton; 2- Antonio Sola, l'Espagnol responsable de la "vente " de Martelly

1; Bellerive, Martelly et Clinton; 2- Antonio Sola, l'Espagnol responsable de la "vente " de Martelly

Haiti's new president is a friend of coup-plotters, fascists, and armed right-wing groups in his country and abroad.

TRADUCTION

"Le président d'Haïti est un ami des comploteurs de coups d'Etat, des fascistes et des groupes armés de droite dans son pays et à l'étranger."

Cet article a été diffusé sur Aljazeera, dès après la sélection de Martelly.

J'en avais fait écho sur ce blog.

Les informations qui y sont données sont toutes vérifiables.

D'ailleurs, ni les Lamothe/Martelly, ni les Damian Merlo et l'entreprise espagnole de Antonio Sola qui a dirigé sa campagne, n'ont attaqué le journal ou l'auteur pour diffamation.

 

Les Haïtiens, eux, n'en avaient rien à faire.

Je ne parle pas des media haïtiens, dont on ne peut en règle générale rien attendre que des zen, ni non plus des zentellectuels, mais des quelques rares progressistes et lettrés et anglophones dont la contribution au pays aurait pu être de traduire l'article et de le diffuser dans les réseaux sociaux dès sa parution -on ne leur demande pas des masses à ces retraités aux USA et au Canada !

Est-ce que des actions conjuguées et individuelles auraient pu éviter la descente aux enfers quotidienne et systématique d'Haïti sous ce régime ?

Je crois que oui.

Le fait d'avoir fait l'autruche aura aidé ce régime à anesthésier ou à zombifier si vous voulez, les gens. Jusqu'à aujourd'hui commettre ce que l'on pourrait qualifier de crime de trahison, en léguant à une entreprise privée israélienne HLSI (inconnue au bataillon) le soin de surveiller les frontières du  pays. Annonce de ce "crime"  diffusée dans la presse haïtienne comme un honneur.

 

Si vous lisez bien l'article, vous verrez que déjà dans son titre : Martelly le second grand désastre d'Haïti (sous-entendu après le séisme), il annonçait  la couleur  rose/cauchemar que prendrait la politique socio-économique de ce régime.

Les Haïtiens ont regardé avec indifférence Martelly et son groupe ne pas respecter la constitution; ne pas respecter l'histoire et la mémoire de ceux qui ont lutté contre l'Occupation américaine  et la dictature en organisant un carnaval des  fleurs à la date anniversaire de cette occupation; ils l'ont regardé dilapider les fonds de l'Etat avec des voyages inutiles accompagné d'une quantité d'inutiles; ils l'ont vu s'emparer de l'argent des secteurs les plus défavorisés de la diaspora; ils l'ont vu prendre pour conseiller un homme, Calixte Valentin,  qui a de sang froid  tué un jeune commerçant; ils l'on vu gracier des prisonniers de droit commun, certains purgeant des peines lourdes pour crimes; ils ont vu mourir le juge Joseph et disparaître l'ami de Martelly,  Evinks Daniel, présumé trafiquant de drogue; ils l'ont entendu traiter de putain une femme et demander à la population de "péter, péter"; ils l'ont entendu traiter son ministre de la Communication de menteur; ils ont constaté son enrichissement fulgurant - lui qui était ruiné en arrivant au pouvoir- et celui de ses proches...

Et bien entendu, il l'ont entendu nier avoir reçu des pots-de-vin de Bautista, sénateur de la RD et chef d'entreprises de construction, alors même que la journaliste Nuria Piera de la RD montrait les photocopies des chèques. Ca aussi, cette audace dans le mensonge, certains Haïtiens ont semblé en être fiers : "le président était fort, le président était intelligent."

 

Et la liste est loin d'être exhaustive des scandales, des mensonges, des malversations, des abus de ce régime.

Ce constat au jour le jour, loin de les alarmer, les a amusés.

Comme le Baron Duval du Nouvelliste qui, en véritable sousou, qualifie un président qui commet sciemment toutes ces actions stupides,- qu'il dira avoir été dse tentennad - disgracieuses et malhonnêtes, de "fantaisiste".

Alors, si Martelly est responsable de cette gabegie, il n'est pas le seul. Il en partage la responsabilité avec l'ensemble des élites politiques, intellectuelles, commerçantes, financières, médiatiques qui ont soutenu ses dérives.

Après ça, ils écriront dans des livres d'histoire, en bon révisionnistes et pour se dédouaner, que c'est à cause de l'ignorance du peuple que Martelly, élu avec 700 000 voix, a pu imposer ses inepties, sa rapacité et  ses méchancetés au pays. Que Martelly était plein de bonnes intentions mais que c'est la faute à l'opposition s'il n'a pas su et pu les concrétiser, et autres balivernes  venant de ceux qui ont  participé au régime, ont profité du système  de captation de l'argent de l'Etat ( vous verrez qu'un de ses ministres - Supplice le conseiller et sociologue  ?- pondra un livre de témoignage) ;  ces loups voudront se présenter devant l'histoire comme de petits agneaux "roses".

Martelly's Washington friends include Damian Merlo, his presidential campaign manager. Merlo's CV should alarm anyone concerned with democracy in Haiti. Merlo has worked for Otto Reich, the Iran-Contra veteran and supporter of coups in Honduras and Venezuela. Merlo has also worked with the International Republican Institute, which - under the banner of "democracy promotion" - funds "civil society" organisations to destabilise governments it deems to be a problem.

TRAD
Parmi les amis de Washington de Martelly,on trouve Damian Merlo,son manager de campagne.
Le CV de Merlo devrait inquiéter toute personne concernée par la démocratie en Haïti.
Merlo a travaillé avec Otto Reich, le vétéran de Iran-Contra et un supporteur des coups aux Honduras et au Venezuela. Merlo a également travaillé avec l'Institut international républicain (IRI), lequel -sous la bannière " promotion de la démocratie" fiance des organisations de la société civile afin de déstabiliser les gouvernements qu'il considère représenter un problème

During his stint at IRI, Merlo took steps to weaken Brazil's governing Workers' Party. Prior to taking on Sweet Micky's campaign, Merlo beefed up his experience with John McCain's failed 2008 presidential bid. McCain, interestingly, chairs IRI's board, and brought Reich on as a foreign policy adviser during the 2008 campaign.

TRAD

Pendant son passage à l'IRI, Merlo a travaillé à affaiblir le parti des travailleurs (PT) à l'époque au gouvernement au Brésil, avant de prendre en charge la campagne de Martelly.
Merlo a nourri son expérience avec John McCain dans la campagne ratée de 2008 pour la présidence.
C'est intéressant de constater que ce même McCain siège au conseil d'administration de l'IRI et qu'il avait embauché Otto Reich, comme conseiller aux affaires étrangères lors de sa campagne de 2008.

Commenter cet article

claude 11/01/2016 08:44

NOUS SOMMES UN PEUPLE DE LÂCHE ...ET SANS HONTE ,NOUS AVONS TOUT PERDU ; MÊME NOTRE DIGNITÉ, RÉPONDRE A L'APPEL DE MARTELLY..... SI LES PALESTINIENS ÉTAIENT COMME LES HAÏTIENS ET HAÏTIENNES ...LONGTEMPS LES PALESTINIENNES SERAIENT EN-TRAIN DE SE PROSTITUER DANS LEUR PROPRE PAYS! JE ME VOIS HONORE D'AVOIR COUPE LE SANG DE MES ENFANTS AVEC DES ARABES .... AU MOINS ILS POURRONT SE CACHER DERRIÈRE UNE AUTRE RACE ET SE BATTRE POUR LEUR PAYS LE JOUR "J" ...SANS BAISSER LE PANTALON, et ( je dis moukawama a ceux qui continuent le combat) .Claude

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents