Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les Haïtiens piégés dans le triangle des Bermudes : l'inculpé fait-président délivre un max de passeports, le Baron du Nouvelliste conseille d'envoyer au moins 150 000 Haïtiens par an à l'étranger, celui de Vision 2000 "conseille les partants et les ressortissants déjà au Chili"

Publié par siel sur 12 Juillet 2017, 12:18pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER, #REFLEXIONS perso

Pour le réalisateur de Destination Brésil, la migration en soi n’est pas une mauvaise chose. Il y a des pays qui exportent, dit-il, leurs ressources humaines comme d’autres exportent des produits agricoles, des matières premières, faisant référence à Cuba qui est un grand producteur et exportateur de médecins à travers le monde.

Il y a des pays qui exportent, dit-il, leurs ressources humaines comme d’autres exportent des produits agricoles, des matières premières,

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ! Et après ça chacun de verser des larmes de crocodile sur la perte de valeurs morales et intellectuelles en Haïti.

 

M. Numa devrait savoir qu'il y a des pays qui exportent aussi des putains, des enfants, via des réseaux mafieux...

 

Les pays qui dans l'histoire ont exporté des ressources humaines sont l'Espagne  et la France qui ont envoyé leurs repris de justice à Saint-Domingue pour coloniser l'île, le Royaume-Uni qui a fait de même en envoyant ses malfrats coloniser l'Australie.

 

Certains pays pauvres  et corrompus d'Asie (Sri-Lanka, Nepal, Inde) et d'Afrique (Somalie)  musulmans favorisent l'exportation de leur population pour servir de main d'oeuvre dans les pays du Golfe et dans certains pays arabes tels que le Liban, le Maroc... Ces travailleurs connaissent de grandes difficultés dans ces pays où ils doivent faire face au racisme, aux mauvais traitements et pour les femmes aux abus sexuels.

 

Aux Philippines on trouve également un réseau mafieux qui a créé des écoles privées, -les "cours" sont en partie subventionnés par l'Etat, le restant payé  par les pauvres, -  qui "forment "les femmes à la domesticité pour les pays du Golfe, en leur apprenant non pas  la langue, mais les moeurs et coutumes de leurs futurs employeurs.

 

Il me semble que c'est ce type d'arnaque qui est subtilement lancé dans l'air  comme ballon d'essai par les 2 barons des media, après "l'exportation " de 100 à 150 000 Haïtiens par an.

 

M. V Numa avait déjà attiré mon attention quand il avait, suite à un reportage  sur le Qatar diffusé sur TV5, encouragé dans son micro avec un enthousiasme infantile, les Haïtiens à s'y rendre en foule.

 

Bien évidemment, en grenn-nanbounda conséquent avec lui-même, en dehors de ce reportage M. Numa ne connaissait Rien des normes requises pour émigrer dans ce pays musulman, ni des conditions de travail, ni même du régime politique de ce pays, ni même de sa monnaie. Mais ces lacunes ne représentaient nullement un frein pour lui pour qu'il aille encourager les Haïtiens à émigrer au Qatar. Comportement, comme souligné typique du grenn-nanbounda : irresponsabilité et infantilisme.

 

Pour la gouverne de M. Numa, les ressources humaines c'est-à-dire les personnes en chair et en os, les "kretyen vivan" comme on dit en Haïti, ne peuvent être assimilées à des bananes pour l'exportation en Allemagne.

 

Parce qu'à lire ces deux compères, Haïti pourrait organiser un vaste réseau bien organisé de ses "ressources humaines" mises en cale dans des bateaux qui sillonneraient les mers pour les vendre aux plus offrants. Une opération qui devrait être dirigée, bien entendu, par l'inculpé fait-président et son staff, médiatisé par ses propagandistes et " radio men".

 

En quelque sorte - sans outrances aucunes - après avoir été le premier pays à avoir remporté une victoire contre l'esclavage,  Haïti pourrait s'enorgueillir d'être le premier pays à mettre en place une législation visant  à l'exportation de ses "ressources humaines."

 

"faisant référence à Cuba qui est un grand producteur et exportateur de médecins à travers le monde"

 

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ! (bis) 

Cuba produit des médecins et les exportent ! Combien de tonnes par mois ?

M. Numa devrait savoir que la médecine et Cuba c'est une longue histoire qui ne consiste pas à  faire de la production et de l'exportation de médecins. Le gouvernement communiste cubain a privilégié l'éducation et ceci dans tous les domaines : agriculture, nouvelles technologies, sciences, sports, danse, théâtre, littérature pour améliorer les conditions de vie de ses concitoyens. Contrairement à Haïti.

 

M. Numa ignore sans doute que ce pays est  depuis 1962 sous embargo :

Le montant de ces restrictions qui pèsent lourdement sur l’économie cubaine s’élève à 125,8 milliards de dollars depuis 1962."
 

 Et que malgré cela il a investi énormément dans l’accompagnement économique et socio-culturel de ses hommes et femmes  de sorte que l'indice de développement humain de Cuba est l'un des plus élevés de la région. Contrairement à Haïti qui arrive en bas de l'échelle.

Parce qu'à l'opposé le gouvernement haïtien qui, dans le même temps était  soutenu économiquement par les USA,  s’adonnait à ses macouteries/duvaliéristes/carnavalesques, en mettant  par exemple un baron macoute incompétent et cruel comme Zachary Delva à la tête de la gestion d’une vallée agricole pendant 8 années.

Les mêmes mots produisant les mêmes effets, se trouve aujourd’hui à la tête d’une caravane, un Monsieur aussi incompétent que ce Zachary, décidé à transformer Haïti en un cirque.

Par ailleurs, M. Numa devrait savoir que l'envoi de  docteurs cubains aux quatre coins du monde - et même aux USA à Harlem- était une décision idéologique, philosophique et politique avant d'être économique.

Il s'agissait d'abord de médecins qui ont accompagné les brigades de combattants cubains en Afrique, envoyés pour aider à la lutte pour la décolonisation en Angola, Mozambique, Guinée Bissau... Puis, par la suite, le programme s'est spécialisé dans la coopération avec les pays du sud pour aider les plus pauvres parmi leurs populations à accéder aux soins de santé.

Et aussi, si la médecine a joui d'un grand prestige à Cuba et a été associée à la lutte pour la libération des peuples, c'est que le Che était médecin - contrairement à Haïti où Duvalier François était également médecin mais n'a pas hésité à faire fuir du pays le peu de médecins qui y existait et assassiner les autres comme Jacques Stephen Alexis. Et à faire fermer les labos de sciences sur tout le territoire national.

Après on s'étonne que les Haïtiens baignent dans l'irrationnel et privilégient les mensonges au faits... 

Le piège du triangle des Bermudes c'est qu'il veut répéter les scénarios de la vente des paysans à la RD par Duvalier, de celui de l'exil des cadres vers l'Afrique et le Quebec, cette fois-ci en projetant à la Orwell un stratégie qui permettrait aux woz/rakèt/bannann de  faire vivre l'économie de leurs comptes en banque sur le dos de ces chassés et vendus.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents