Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Guiteau Toussaint et le projet de Fort National, la BNC, son assassinat et le projet de "neg bannann nan" dans l'immobilier...

Publié par siel sur 29 Janvier 2017, 13:03pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI-RD relations, #INTERNATIONAL

Agé de 56 ans, Toussaint devait dévoiler officiellement ce mardi 14 juin en présence du chef de l’Etat haïtien Michel Martelly, le nouveau programme de « prêts au logement », qu’il venait de concevoir au profit de l’institution qu’il dirige.
La question du logement est cruciale en Haïti et a été aggravée par le terrible séisme de janvier 2010 qui a fait plus d’un million de sans-abris. Aucun programme d’accès au logement n’a jusqu’à présent été annoncé et les options à choisir dans le cadre de la reconstruction du pays paraissent être un enjeu de taille.

Le banquier, qui bénéficie d’une grande reconnaissance dans son secteur, présidait depuis plus de dix ans le conseil d’administration de la Bnc. Il est l’un des principaux artisans de l’essor que connait cette institution bancaire étatique.

http://www.enfolien.net/index.php?option=com_content&view=article&id=184:documentaire-le-service-lajan-cash-de-la-bnc-des-transactions-financieres-au-moyen-du-telephone&catid=45:entreprises&Itemid=75

J'ai entendu dans la vidéo de la conf.de presse de "l'Homme banane" a son retour de sa visite de courtoisie à ACRA et Namphy, entre autres, parmi le flot de paroles tête en bas voulant se faire explications sur ses achats de voitures, ses reventes de voitures, ses "prêts internes" et ses prêts non "internes", son usine d'eau  en 2003, mais finalement non pas en 2003 mais en 2009...Etc - la seule chose qu'il n'a pas évoquée étant le montage financier avec l'apport de l'Etat de son arnaque d'Agitrans.

Je l'ai entendu mentionner sa volonté de construire des logements, reprenant le projet du défunt Guiteau Toussaint. Mais à l'inverse du projet de Guiteau Toussaint qui prévoyait un partenariat mixte entre le privé et l'Etat - qui à travers la BNC accorderait des prêts allant jusqu'à 25 ans aux acheteurs - , le "neg banann nan" a expliqué  que l'Etat offrirait des terrains à des promoteurs immobiliers, qui eux se chargeraient de construire et de revendre les maisons  à des particuliers.

"Pa gen zafè leta  ladanl"  a-t-il insisté.

Ainsi contrairement au projet de Guiteau qui se présentait comme un projet social destiné à offrir de meilleures qualités de logement aux  petites bourses, - crédit qui serait garanti par l'Etat à travers la BNC,- de manière à les protéger de faillites et des entrepreneurs et des banques,  le projet de JOMO la Panique, l'homme aux 14 comptes en banque, tel qu'il l'a laissé entrevoir, serait d'accorder des terrains aux promoteurs privés - on se demande pourquoi l'Etat ferait cadeau de terrains à des entreprises - qui, elles se débrouilleraient pour construire et vendre leurs maisons.

Vous avez entendu parler du scandale des subprimes aux USA, où l'ex-président "band legali" a perdu sa ou ses maisons.  Vous savez que ce sont les petites gens qui se sont serrées la ceinture en payant à crédit une maison et qu'on a encouragé à le faire alors, que fort souvent, ces familles n'avaient pas les moyens de payer des crédits  trop élevés, -  et les intérêts des impayés - vu leurs salaires.

Aussi ce qui devait arriver est arrivé. Ne pouvant plus souscrire à leurs obligations de paiements, les banques ont saisi leurs maisons. Et ils se sont retrouvés dépossédés. Par contre les banques  ont été renflouées par l'Etat, les promoteurs immobiliers se sont enrichis.

Ca s'appelle une arnaque, arnaque qui avait été favorisée grâce à la promotion de qui... de l'ex-président Clinton.

Apparemment, de retour de Saint-Domingue et de ses rdv avec des hommes d'affaires du cru, M. Jovenel Moïse est  revenu avec cette brillante idée -  qu'on lui aura sans nul doute soufflée - d'offrir aux promoteurs immobiliers, aux firmes de construction de la RD, des terrains et des cochons payeurs. Ou si vous voulez des Haïtiens à bananer.

Pourquoi, M. 14 comptes en banque, qui fait l'éloge de l'économie de la RD, ne prend pas exemple sur eux et ne construit pas comme  l'Etat de la RD l'a fait sous Medina des logements sociaux ? Il ne s'agit pas là de donner des terrains à des promoteurs et qu'ils se débrouillent mais d'un véritable plan qui intègre tous les acteurs : "D’autre part, il est porté par une Commission spéciale rattachée à la Présidence de la République et qui a pour caractéristique de réunir des acteurs institutionnels et privés (Etat, communauté urbaine, ville, société civile, entreprises privées, etc.) qui n’ont que rarement travaillé ensemble jusqu’ici."

Ce truc immobilier - venant d'un homme sur lequel pèse de forts  soupçons de blanchiment d'argent - ça sent l'arnaque à plein nez. Ne dîtes pas que vous n'avez pas été prévenus. Pour les taxes sur la diaspora, j'avais averti sur ce blog, que la précipitation avec laquelle ce projet de financement de l'éducation présenté sous le nom de PSUGO était monté,  avait tout l'air d'un coup fourré fabriqué par les roses/rakèt pour se faire une cagnotte personnelle sur le dos des pauvres.

Les éternels niais masochistes qui jouissent de se faire bananer criaient comme des kodenn (des dindes) : "kite peyi a mache, nou jalou, nou egri "et autres propos moins suaves dans le registre  kakabounda et obscénités propre à ce milieu.

Le résultat est là. Non seulement le PSUGO a déstabilisé un système d'éducation déjà fortement bancal, mais de plus il a créé de nouveaux  prédateurs, une clientèle pour le parti des Haïtiens à la tèt kale.

Voir Haïti : Le PSUGO, une catastrophe programmée (2/4)
www.alterpresse.org/spip.php?article20473

Maintenant, pour revenir à la BNC, à l'assassinat de Guiteau Toussaint et à la mort de son projet de logements sociaux, on devrait se demander quels sont les intéressés qui n'avaient pas intérêt à ce que ce programme plus social que libéral ne voit pas le jour ?

Ou bien, on peut poser la même question en d'autres termes : qui, dans la société haïtienne actuelle, travaille à ce que la population ne puisse accéder à un minimum de confort ou de sécurité en étant propriétaires de logements décents ?

 

 

BNC et ses nouveaux produits
Avant d’aborder dans les détails le programme LAJAN CASH, jetons un coup d’œil sur la BNC.


Cette banque dispose aujourd’hui d’un capital social de 1 milliard 500 millions de gourdes et de 34 succursales à travers le pays. Rappelons qu’elle a été en faillite, dilapidée. Elle doit sa relève à la réforme conduite par Guiteau Toussaint assurant sa direction en 1999. Déjà moins de dix ans après, en 2007, elle a été classée 3e sur la liste incluant les banques privées en tête de peloton sur le marché. Ce qui a inspiré le slogan : LE MÊME NOM, UNE AUTRE BANQUE. Après l’assassinat de Guiteau Toussaint en 2011, M. Jean-Philippe Vixamar a été nommé à la tête du nouveau Conseil d’Administration. Celui-ci occupait le poste de Vice-président au sein du Conseil précédent, aux côtés du défunt. Officiellement, le public n’a jamais été informé des résultats de l’enquête sur ce crime.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents