Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Camille Loty Malebranche souhaite la réussite de "l'homme aux 14 comptes en banque". Il n'est pas le seul. L'ambassadeur US, les commerçants de l'importation, Privert ligoté et le réseau sucio de l'Espagnol Sola sont d'accord avec lui (mis à jour)

Publié par siel sur 18 Décembre 2016, 23:34pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE

Camille Loty Malebranche souhaite la réussite de "l'homme aux 14 comptes en banque". Il n'est pas le seul. L'ambassadeur US, les commerçants de l'importation, Privert ligoté et le réseau sucio de l'Espagnol Sola sont d'accord avec lui (mis à jour)

Sak pa KONTAN anbake." Men BANNANN nan men BANNANN lan....

Ceux qui sont dans les rues sont des ravets, des chimeres, des ratpakk, des lavalas sales, des kokorats, des malfrats lavalas comme vous, comme les delinquents a la radio Ti Moun, comme les disciples de JB Aristide etc.
Ils sont tous des casseurs, des bruleurs de pneus, des dechoukeurs, des voleurs de bourses, de telephones, des tafiateurs, des fumeurs de paille et des danseurs de raras. L'election se fait dans les urnes et non pas dans les rues. Se moun fou selman ki pou rete nan lari.

Ce souhait de Camille Loty Malebranche pourrait surprendre au vu de ses écrits. En fait pas du tout. Il relève de ce que j'ai appelé l'absence de conscience de l'histoire.

Il faut bien comprendre conscience de l'histoire en tant que  conscience de l'histoire globale. Certes, dans cette histoire universelle se trouve celle d'Haïti, mais il s'agit de la placer  en relation avec celles du monde et encore plus particulièrement avec celle de "nuestra America" qui, officiellement, débute avec l'épopée occidentale de la conquista, suite à la "découverte" de ces terres.

C'est ce travail de mise en relation, de connections  entre ces différents espaces que l'écrivain Eduardo Galeano a brillamment effectué dans son livre "Les veines ouvertes de l'Amérique Latine".

Permettant, dates après dates, années après années de mieux saisir et comprendre les liens entre les différents pays, les interactions et les répercussions d'événements dans des pays géographiquement et culturellement éloignés, mais soumis à la même politique coloniale, impérialiste et maintenant aux "lois du marché.

Sans cette conscience, il est inévitable de tomber dans la dénonciation " des luttes de tribus haïtiennes" alors que, précisément, ces luttes qui n'ont rien de particulièrement haïtiennes, existent dans tous les pays. Comme on l'a vu récemment en France à l'intérieur de la "tribu" des Les Républicains avec trois candidats aux primaires. Lutte "tribale" sans merci qui a vu Fillon prendre le dessus sur Sarkozy et Juppé.

De même aux USA au sein même des Républicains s'est menée une lutte entre pour et contre Trump. Et chez les démocrates entre la "tribu" pro-Sanders et celle "pro-Clinton". Des luttes dans lesquelles les candidats ont utilisé tous les moyens pour terrasser leurs adversaires. Luttes non terminées puisque le recompte des voix se déroule dans certains états.

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse c'est ne pas comprendre  la signification nationale et régionale de cette victoire - d'un homme sélectionné par la CI, backé par les oligarques, et managé par un Espagnol,  Antonio Sola, dont la réputation n'est plus à faire.

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse c'est comme si,  dans les années 1803, on déclarait que parce qu'on en avait marre des luttes tribales à l'intérieur du camp des libres, marrons et esclaves luttant pour la liberté, qu'on souhaiterait la victoire  - une fois pour toutes, pour mettre fin à ce merdier - du corps expéditionnaire de Napoléon.

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse, c'est retomber dans les préjugés  racistes et coloniaux, parfois dénoncés vigoureusement par ce même auteur - qui voudraient faire d'Haïti et des Haïtiens des "cas", une espèce coupée du monde, où la politique à l'inverse de ce qui se passe dans les pays "civilisés" serait une affaire de singes et de bananes.

Or comme, vous êtes à même de la constater, en lisant les infos du monde, le phénomène dit tribal - c'est-à-dire le regroupement d'individus autour d'un chef  censé représenter leurs intérêts, est international.

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse, c'est à l'inverse, penser comme Duvalier François, que l'indigène d'Haïti, les conditions de vie de son paysannat soumis à l'exploitation des grands dons et des rapaces ainsi dénommés par l'écrivain Marie Vieux Chauvet, n'auraient rien à voir avec celle des paysans de la RD à côté d'Haïti, de ceux d'AM. Latine ou d'Afrique qui se trouvent confrontés aux mêmes problèmes.

Cet "exceptionnel" haïtien  a été le moto du duvaliérisme pour asseoir sa dictature, sa fermeture du pays aux sciences et à toutes les idées pouvant s'opposer à la vision puérile, indigente du monde proposée aux Haïtiens.

Or, si pour Duvalier François l'Haïtien était "méchant" de nature et avait besoin d'être reformaté, c'est simplement qu'il fallait lui apprendre l'obéissance aux intérêts étrangers et le couper du reste du monde.

L'isoler dans une sphère ou tout doute, tout questionnement étaient strictement forbidden, dans la mesure où le savoir comme le sel, risquait de réveiller les zombis. Ce pourquoi, malgré ses démonstrations de rébellion - comme le fait de révoquer un ambassadeur US - il n'a jamais été véritablement inquiété.

Et mieux, Duvalier François a été l'enfant chéri - de même qu'un Martelly ou un Jovenel Moïse - de la CI et de l'oligarchie locale..

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse, c'est donc se réinsérer dans  l'idéologie coloniale, raciste portée par Duvalier François à travers son "essentialisme" de l'Haïtien, qui quelque part d'ex-corps-objet serait rentré dans la catégorie enfant, bloqué dans une puérilité où le temps se répète ad infinitum au présent. Passé et futur étant réservés aux autres,  non Haïtiens, à l'humanité adulte.

La couleur rose de la petite fille et la banane comme symboles....

Souhaiter la victoire de Jovenel Moïse, c'est souhaiter le retour à ce temps paradisiaque de la dictature - ou même de l'esclavage - où liberté  de mouvement et de  parole seraient confisquées, ou les actions seraient empêchées, par une "tribu" -rose, tèt kale, CI, qui aurait le pouvoir via les armes, l'argent, la communication d'imposer leur chef et de soumettre un pays tout entier aux membres : mercenaires, gangsters, trafiquants de drogue appartenant à cette "tribu".

Or, ce programme de retour à l'autoritarisme  et au gangstérisme n'a rien de spécifique à Haïti. Jovenel Moïse avec ses 14 comptes en banque,  n'est en rien différent d'un Temer   impliqué dans le scandale de corruption au Brésil , ou d'un Mauricio Macri en Argentine -dont le nom est cite parmi les fraudeurs du fisc dans les Panama Papers 

La fabrication d'un Jovenel Moïse comme président, une sorte de robot devant  servir les intérêts de ceux qui ont les armes, l'argent et les media est, une tendance internationale - qui n'a rien de spécifique à Haïti-  elle s'inscrit dans  une nouvelle politique des élites pour contourner la démocratie, l'invalider, et retirer aux peuples le pouvoir de choisir leurs dirigeants.

C'est ainsi que partout dans le monde, les les électeurs désertent  de plus en plus les urnes.

Ils ne votent pas, non pas parce que n'étant pas intéressés à la politique, mais parce qu'ils se sentent  impuissants.

Un sentiment d'impuissance créé, entretenu par les média  de ceux qui possèdent l'argent et les armes, qui diffusent, martèlent à longueur de journée, 365jrs/365, qu'il n'y a rien à faire, qu'ils sont tous pareils, qu'aucun candidat - à l'exception bien entendu de  celui des oligarques et de la CI - ne s'intéresse  à autre chose que l'enrichissement personnel. Etc.

Il s'agit de brouiller les messages, de créer un handicap,  une stratégie indirecte pour détourner les gens des urnes et faire en sorte d'aboutir avec un minimum de votants dont une partie serait" achetée", le reste  de l'opération se faisant par les fraudes pour faire gagner le sélectionné.

Encore faut-il avoir une conscience de l'histoire pour être à même d'interpréter ces signes avant-coureurs partout, d'une "remontée acide" des idéologies totalitaires.

 

 

Sa pa etone mwen non la. Mwen te deja konnen apre deklarasyon ipokrizi ti gwoup "Forum économique" (Forum Ekonomik) la, se t'ap tou pa "Core Group" (Kò Gwoup) la. Depi se Ameriken ki pale, sa vle di se "Core Group" (Kò Gwoup) la ki pale. Sa montre nou y'ap travay ansanm. Ki Ayisyen ki pa konprann sa? Yo dezespere. Yo konenn nou konnen sa yo konnen -- sa yo konplote nan eleksyon nou yo. Nou rekenbe yo nan mare vye konbinezon sou do Ayiti. Se dènye vitès y'ap pase la. Ayisyen pa konprann sa !?

Anbasad Etazini pa genyen okenn leson pou li vini bay Ayiti nan koze eleksyon. Dabò Etazini pa yon bon ekzanp menm pou Ayiti nan koze reyalize eleksyon. Lakay Ameriken yo eleksyon chaje ak kontestasyon, gen verifikasyon, etc. Menm genyen manifestasyon lakay yo tou. Pou mwen pa bliye di kijan Prezidan ameriken ki la kounyela ap kriye, l'ap plenyen sou rezilta eleksyon lakay li. Madanm Hillary menm, anba anba, poko vle fini bay legen. Eske Anbasad Ayiti janm foure bouch li nan koze sa yo? Repons la se : Non !

Mwen panse Anbasad Etazini dwe kite Ayisyen regle koze ayo pou kont yo. Anbasad Etazini ta dwe sispann foure bouch li nan zafè nou menm Ayisyen. Eske Anbasad Ayiti nan Etazini janm foure bouch li nan koze eleksyon ak rezilta eleksyon Ameriken? Non ! Ameriken yo dwe rete byen lwen koze nou tou.

Prezidan Repiblik la, Mesye Jocerleme Privert, pa genyen okenn koze pou li pran nan menm Anbasad Etazini. Se Prezidan Ayisyen li ye. Li pa rete ak Anbasad Etazini. Si Etazini te vle byen pou Ayiti konsa, se pa nan eta sa Ayiti ye la, li t'ap ye toujou. Si li menm, Prezidan Privert, li vle mete ansanm ak Anbasad Etazini pou kontinye ede Etazini kenbe Ayiti nan move sitiyasyon sa -- kote kenbe Ayiti jan li ye la se maltrete Ayisyen, kenbe nou nan esklavaj -- se koze li menm Mesye Privert paske li difisil pou jwenn yon Prezidan Ayisyen ki genyen kouraj pou kanpe devan yon Anbasadè Ameriken pou di li : rete nan limit ou.

Gwoup sa yo : "Forum économique" ak "Core Group" mete ansanm ak yon bann badi gran chemen nan PHTK pou imilye Ayisyen. Men tou Ayiti ak kontinye jwenn JISTIS li anba bann mechan sa yo. Ayiti ap kontinye tande toujou. JISTIS pap janm mouri.

Nou menm Ayisyen ki vle Transparans nan rezilta eleksyon 20 Novanm 2016 yo, n'ap kenbe MOBILIZASYON an la. Se batay n'ap batay. Se pou dwa vòt nou menm Ayisyen ki vote yo RESPEKTE jan Lwa mande sa an Ayiti.

MANIFESTASYON san rete. Dwe genyen VERIFIKASYON nan CTV.

RH2012
16.12.16

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents