Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


"The Global Caribbean" Par Edouard Duval Carrié, commissaire d’exposition.

Publié par siel sur 16 Juin 2012, 10:59am

Catégories : #CULTURE

 

global_caribean-650.jpg

 

 

 La Péninsule de la Floride qui se projette dans la mer des Caraïbes, constitue l’extrémité nord de l’archipel des Caraïbes. Christophe Colomb, pensant aux îles mythiques habitées par les Lusophones (population qui, après l’invasion de la Péninsule ibérique durant le premier millénaire, avait réussi à échapper à l’impitoyable traitement des chrétiens par les Maures), les nomma « Antilles ». Les autres appellations de la région –i.e. « West Indies » (Indes Occidentales), « Caraïbes », proviennent également d’idées fausses ou d’efforts délibérés d’avilissement des premiers habitants de la région. Christophe Colomb, convaincu que seule l’ouverture d’une route vers l’Est permettrait de contrôler et d’éliminer les intermédiaires qui contrariaient les transports de biens de l’Orient vers l’Europe, en est le premier responsable. L’appellation la plus utilisée dans la région—Caraïbe—dérive du terme « Caribe » qu’utilisaient les espagnols pour décrire la nature anthropophage attribuée aux habitants des îles, et ceci dans le seul but de les diffamer, et d’habiliter les colons à systématiquement les exploiter. L’éradication totale de la population indigène qui s’ensuivit donna lieu à ce que l’histoire a nommé la Légende Noire. En dépit de toutes sortes d’efforts révisionnistes, ce triste moment de l’histoire espagnole demeure, et le terme « caribéen » a survécu.

 

Les conséquences de cette « rencontre » produisent une longue et complexe histoire, qui rendent la région relativement homogène par certains aspects, mais aussi variée par d’autres que le sont ce chapelet d’iles qui relient la pointe des Florida Keys à la côte de l’Amérique du Sud. Cette région doit, chaque année, affronter la saison des ouragans, colère de notre mère la Nature : c’est, pour cette région, une réalité constante et implacable. En plus des intempéries, la colonisation, l’esclavage et l’économie des plantations s’ajoutent à la panoplie d’agents destructeurs. La succession de ces événements a eu des impacts négatifs pour l’ensemble de l’archipel, qui varient d’une île à l’autre, en fonction des pays de provenance des colons et des caractéristiques spécifiques à chaque communauté d’esclaves déportés d’Afrique. Malheureusement, alors que des centaines d’études ont été réalisées sur la traite des Noirs, le sujet de la provenance des esclaves africains n’a pas fait l’objet de recherches approfondies.

 

L’extinction des populations indigènes, peu de temps après la découverte européenne, fut rapide, d’une part à cause des mauvais traitements qu’ils subissaient, mais aussi des maladies contagieuses contre lesquelles ces populations n’étaient pas immunisées. D’innombrables esclaves arrachés d’Afrique les remplacèrent immédiatement sur les plantations devenues l’économie dominante de la région. Ces plantations transformèrent alors bon nombre de ces îles en un système de prisons sophistiquées dans lesquelles la couleur de la peau déterminait le statut social. Les révolutions, l’émancipation des esclaves et la libération de la domination coloniale ont permis d’améliorer certains des aspects les plus horribles de cette situation désastreuse. Et pourtant, aujourd’hui encore, la fragilité des économies et l’instabilité politique restent des constantes pour la région. Alors que sur le reste de la planète, seuls des bouleversements d’ordre majeur poussent les populations à abandonner leur patrie, dans les Caraïbes, l’émigration continuelle est la norme et non l’exception. Alors que quelques-unes de ces îles se sont réinventées en de superbes destinations touristiques, il faut avoir conscience qu’il s’agit de constructions fragiles qui pourraient à tout moment être déstabilisées, comme cela arrive de temps à autre. Je veux souligner ici que, quelles que soient les caractéristiques et la diversité des constructions artistiques, notre histoire est marquée d’une grande fragilité économique et sociale. De plus, il faut ajouter que la situation raciale, construite sur une courte période, ressemble plus à un patchwork qu’à une toile unie.

 

Suite de l'article ici :link

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents