Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les victimes sortiront-elles enfin de leur silence ?

Publié par siel sur 30 Avril 2013, 16:13pm

Catégories : #DUVALIER

Un nouvel article intitulé :


IL Y A 50 ANS !link

 

 

Article qui raconte l'assassinat,  par les sbires du régime de Duvalier François, de Lionel Fouchard ( 26 mai 1935-26 avril 1963)

 

L'apologie indécente par François, Jean-Claude, Nicolas Duvalier de son grand-père a provoqué, chose rare en Haïti, un haut le coeur chez les victimes et apparentées.

 

Comme vous pouvez le constate,r en consultant la rubrique Duvalier sur ce site  DUVALIER, les témoignages des atrocités commises ce 26 avril 1963 ont été nombreux et rivalisent en descriptions du sadisme,  la norme du duvaliérisme.

 

Ils ont été comme ça, ils sont comme ça et ils resteront ainsi, parce que ce sont des psychopathes, des malades mentaux qui n'ont aucune empathie, qui restent persuadés que crever les yeux d'un enfant avec une cigarette, est un acte héroïque pour ceux dont  les " grenn"  dans le "bounda" font office d'âme.

 

Cependant, il manque à tous ces témoignages, ceux des "moun en deyò"; ceux des paysans, le groupe qui a été le plus abusé par les militaro/macouto/duvaliéristes;

 

Ce segment majoritaire de la population n'a, jusqu'à présent, pas eu droit à la parole.

 

Analphabètes ils n’ont pas écrit leurs expériences ; aucun sociologue, anthropologue, historien, écrivain ne s'est intéressé à recueillir leur témoignage  oral.

 

Leur vécu sous les 2 Duvalier, leurs souffrances continuent à être ignorés.

 

 

Or, ces témoignages sont nécessaires pour évaluer à sa juste mesure la dimension du saccage opéré par les duvaliéristes sur l'ensemble du territoire national.

 

Plus important encore, tant qu'on aura pas inclus les victimes  issues du monde rural à celles des classes dites supérieures, tant que la réclamation de la  justice ne s'exprimera pas en faveur des plus faibles, des milliers de victimes anonymes, le pays ne  tournera pas le dos à l'expérience traumatisante du duvaliérisme.

 

Parce que les ignorés, les laissé-pour compte, continueront à ce sentir exclus des institutions de l'Etat, notamment du système judiciaire. 

 

Encore une fois, le saccage duvaliériste a été une agression contre l'ensemble de la nation.

 

Et c'est cette nation toute entière- à l'exclusion des bourreaux bien évidemment, qui demande réparation.

 

Il est, dans l’état actuel, impossible d’attendre des journalistes et autres directeurs d’opinion auto-proclamés, ce travail de recherche et d’investigation. Ils sont tous bien trop occupés à gravir l’échelle sociale et à faire leur autopromotion.

 

Espérons que les jeunes universitaires qui ont eu le privilège d'accéder au savoir, mettront leur science au service de la vérité en prenant leur bâton de pèlerin, pour aller recueillir dans les mornes et les plaines du "peyi an deyò" les paroles des sans voix.

 

Démarche non sans risques, puisque 50 ans plus tard les bourreaux, les enfants de bourreaux, non seulement  sont vivants, mais ils possèdent le pouvoir politique, l’argent, les armes et le soutien de la communauté internationale.

 

C’est loin d’être gagné. On pourrait comparer les difficultés  de ceux qui  s’engagent dans ce combat contre le mensonge et  en faveur de la justice, toutes proportions gardées, à celui des esclaves de Saint Domingue pour la liberté.

 

Mais, il est impossible d’en faire l’impasse car, c’est à ce prix seulement que Haïtiennes et Haïtiens de l’intérieur comme de la diaspora, seront à même de reconstruire le pays sur des bases saines, dans l’honneur et le respect auquel a droit chacun des citoyens.



Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents