Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lemonde.fr Années Thatcher, années misère Par Claire Guillot

Publié par siel sur 8 Avril 2013, 14:15pm

Catégories : #INTERNATIONAL

 Mme Thatcher est morte.

 

Il n'y aura pas de funérailles offcielles. link

 

Voici un superbe article  sur cette période autour des clichés du photographe Chris Killip.

 


On dit souvent de Chris Killip, figure majeure de la photographie britannique, qu'il est le chroniqueur des années Thatcher. Effectivement, personne n'a montré mieux que lui la tragédie que fut la désindustrialisation en Grande-Bretagne dans les années 1970-1990, la perte des valeurs et de la culture ouvrière, la destruction du lien social et la fin de la solidarité. Mais le photographe, né en 1946, aime à direque ses images ne disent pas l'histoire, plutôt des histoires. Elles racontent "ce qui s'est passé" non pas de façon théorique mais sous l'angle du vécu, de l'expérience : des rencontres qu'il a faites, des gens qu'il a connus.

 

L'une des photos les plus célèbres, souvent prise en exemple pour illustrer la dureté de ces années-là, est d'ailleurs lue de façon inexacte. Elle montre un jeune garçon, les poings fermés, l'air enragé, dans un paysage de briques. En réalité, elle a été prise en 1976, soit trois ans avant l'arrivée au pouvoir de la dame de fer. Chris Killip prenait alors des photos à Tyneside, une ville de mono-industrie où les immenses chantiers navals ont fermé d'un seul coup, transformant l'endroit en une ville fantôme. Un dimanche, par un froid glacial, un écolier s'est assis devant lui, juste dans le champ de son appareil photo. Il était pauvre, car il portait son uniforme un dimanche faute d'autres vêtements. Mais, s'il serrait les dents, ce n'était pas de colère, note le photographe, mais tout simplement de froid.

 

 

 

Plusieurs niveaux de lecture

Toutes les images de Chris Killip offrent ainsi plusieurs lectures, de la plus littérale à la plus symbolique. Sa photo intitulée Torso, prise aussi à Tyneside, est un drôle de portrait, la tête de l'homme a été coupée au cadrage. La raison ? Pas besoin devoir son regard pour comprendre la situation : l'homme, ami de Chris Killip, a le corps lourd, prostré sur un mur de briques - il est au chômage. Son pantalon a des taches, son pardessus est élimé, ses chaussures usées : il est pauvre. Les boutons dépareillés, les raccommodages mal faits ? Sa femme l'a quitté. Pour Chris Killip, cette image sans visage donne le portrait tout en pudeur de son ami. Il avait même proposé cette photo pour une exposition en Allemagne

 sur le thème du portrait... Elle n'a jamais été acceptée.

 

SUITE de l'article :link

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents