Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le souffle poétique de Phelps a fait des vagues.Par L.Sept

Publié par siel sur 9 Juillet 2012, 10:00am

Catégories : #LU SUR LE NET

Chers internautes,
  
Nous ne sommes pas de la génération de ceux qui pensent
Que le choix idéologique, communiste ou autre,    
Constitue un crime passible de mort.
Nous aspirons tous à vivre dans une société libre
Où nos choix d'idéologies ou de partis
Ne constituent point un arret de persécution ou de mort.
  
Pour l'histoire, il n'a jamais été rapporté
Que Marcel Numa et Louis Drouin furent de credo communiste.
Il n'a jamais été rapporté qu'ils étaient membres d'une organisation
Ou d'un parti communiste national ou international.
Par ailleurs, le gouvernement qui les fusilla
Ne rapporta jamais que le communisme fut un mobile derriere cette exécution.
 
Si, aujourd'hui, en 2012 en Haiti, un président Haitien
Décidait de dissoudre le Parlement de se déclarer a vie,
Des millions d'Haitiens se dresseraient surement
A leurs corps défendant pour s'y opposer farouchement.
 
En 1963, Francois Duvalier a dissous le parlement haitien
Et se déclara president Avie a la manière des rois médievaux.
Marcel Numa, Louis Drouin et leurs camarades
Prirent leur courage à deux mains pour dire non à cette infamie
Et faire face aux démons de la Dictature par tous les moyens necessaires!
 
L'execution de Marcel Numa et Louis Drouin
Fut le seul et unique épisode de l'histoire récente d'Haiti ou des écoliers,
Des ouvriers, des travailleurs, des badauds, la famille d'une des victimes
Furent rassemblés au bord d'une cimetière en un matin de la semaine scolaire
Dans le but d'assister à l'acte macabre de l'exécution de deux adolescents.
Capitaine Yvan Laraque.
 
Le corps d'un des rebelles de 1963, capitaine Yvan Laraque, expose sur une chaise, sous ordre de Duvalier, sur la place publique pour etre vu par tous les passants: une forme de terreur qui date du temps ou les Romaisn executait l'esclave Spartacus qui s'était révolté!
Il n'y a eu aucune période plus deshonorable dans notre histoire de peuple que cette sale tragédie. Il a fallu remonter au temps de Rochambeau pour relater de tels forfaits; au moins, c'etait la guerre totale.
 
C'etaient des épisodes calculés
Dont le but ultime était d'instaurer la terreur totale!
Cet ensemble d'actes anéantirentt tout le monde,
Y compris les partisans même de la dictature
Qui se dépechaient de soustraire avec célérité leurs enfants
Des dents de ce monstre avide de sang et de pouvoir
En les expédiant vers l'étranger.
Car il avait bien annonce que
"La Revolution mangera ses propres fils"
La realité fut pire:
"La Revolution Mangea le Pays tout entier"!
Voila pourquoi,
Meme le fils du Dictateur et sa famille eut à endurer 25 ans d'exil!
Voila comment Haiti fut dépeuplé d'un grand nombre de ses meilleurs enfants.
 
Qui furent les premiers,
Et le plus grand beneficiaires des  crimes de la Dictature?
Ils sont dans les photos ci-dessous.
 
Ainsi, peut-on on gouverner, piller, battre les gens à visière levée,
Et l'on se sauve avec nos millions,
Et l'on revient comme si rien ne s'était passé,
Sans même un mot de Mea-culpa.
 
Pas un mot d'excuse aux familles de Richard Brisson,
Ezechiel Abelard, Gasner Raymond, Robert Paris
Pas un mot de sympathie a l'adresse de Marcus Garcia, Athony Pacal,
Jean Dominique, Michele Montas, Liliane Pierre-Paul.
 
Et tout le monde s'enflamme sur un simple soupir du poête,
Trouvant que son silence aurait été plus... meditatif, plus honorable,
Sorte de civilité a l'envers!
 
Si le poete Anthony Phleps décide de ne pas trivialiser la tragédie de l'histoire d'Haiti
En rappelant que les conducteurs de cette cacophonie inachevée sont encore sur le podium
Et que les tenants de l'école qu'il a creée  entendent inclure son nom
Dans le refrain de leurs marches funèbres dissonantes,
C'est un acte qui mérite d'être signalé  à la grosse caisse!
Admirateurs d'Anthony Phelps,
Ne soyez pas intimidés!
Pendant trop longtemps,
L'on n'a fait qu'acclamer la grivoiserie,
Les histoires de fesses et de zombi,
Les bacchanales sur fonds de catastrophes naturelles et humaines!
Néoliberalisme sur fonds de répressions militaires,
Mise sous tutelle au grédes Coups d'etat et des occupations étrangères,
Démantelement de la fabrique sociale haitienne au gré du zokiki à la mode!
Anthony Phelps a certainement rencontre certains de ces jeunes gens qui etaient plus jeunes que lui.
Dans moins d'un mois, le 29 Juillet 2012,
La traditionnelle Fête des Miliciens sera célébree grandiosement
Sous l'epheumisme bien connu de Carnaval des Fleurs!
Que les neo-miliciens s'en régalent!
Nous ne serons pas au rendez-vous de ces bacchanales
Sur une Port-au-Prince en ruines dont l'on entend expulser les habitants
Vers les régions rurales ravagées par le néo-liberalisme ratiboisant!
 
A 84 ans, le poete Anthony Phelps a encore de beaux jours devant lui!
Mais il est assez vieux pour s'etre bati son propre tribut littéééraire.
Cependant, nous n'avons pas à attendre sa mort
Pour lui faire savoir que son souffle poétique a fait des vagues!
 
PS: Ci-Dessous, un article du Time Magazine datant du 27 Novembre 1964, une semaine apres les macabres scenes de l'execution publique de ces adolescents. Le communisme national ou international n'a jamais ete mentionne comme un element dans ces evenements.
 
L. Sept
6 Juillet 2012
 
Time Magazine
November 27 1964
The government pamphlets circulating in Port-au-Prince last week left little to the imagination. "Dr. Francois Duvalier will fulfill his sacrosanct mission. He has crushed and will always crush the attempts of the opposition. Think well, renegades. Here is the fate awaiting you and your kind." Below was a photograph of three severed heads torn from the bodies of captured anti-Duvalier guerrillas and displayed at Haiti's National Palace. Just in case anyone missed the message, "Papa Doc" administered yet another object lesson to his opposition. In a chilling ceremony at Port-au-Prince's "Ex-terieur" cemetery, he staged Haiti's first-public execution in 30 years.
The victims-were Louis Drouin, 28, a short, stocky mulatto, and Marcel Numa, 21, a tall handsome Negro, both members of a 13-man guerrilla force that landed on Haiti's southern coast four months ago. Operating independently of other scattered bands in Haiti, they ambushed troop columns, encouraged peasants to defy their Duvalier overseers. Papa Doc had no trouble finding out who they were; in tiny Negro Haiti, the word gets around fast by telediol grapevine.
In retaliation, Duvalier's secret police slaughtered whole families and even distant relatives of the rebels. Drouin's family was marched naked through the streets of their home town and "removed" at a nearby army barracks. Meantime, Duvalier's rag-tag army was killing off the miniature force one by one. The government bragged that only Drouin and Numa remained.
To guarantee an S.R.O. crowd for their execution, Duvalier ordered all businesses closed and schools let out; backlands peasants were trucked into Port-au-Prince. As TV cameras recorded the scene, a black and white Jeep pulled up to the cemetery, and out stepped the two victims. They were tied tightly to two pine stakes.
"Traditional proceedings were scrupulously respected," announced Le Matin, a government newspaper. "There were three volleys of Springfields, and submachine guns, and three coups de grace." After which, the crowd was marched to the National Palace, where Duvalier, acceding to its "solicitations," appeared on the balcony "to smile and wave."
Still at large in Haiti's hills is another band of guerrillas, which landed last June and linked up with other fighters already there. Papa Doc had won a battle, but the war went on.


Read more: http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,871400,00.html#ixzz1zqwK3eE0

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents