Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


LA « MERDOCRATIE » HAITIENNE REVIGOREE. Rediff

Publié par siel sur 20 Août 2012, 10:57am

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE

Voici un titre plus que jamais d'actualités, au moment où un grand dignitaire de l'Eglise catholique en Haïti, exhorte le Président Martelly à revêtir ses culottes de Sweet Micky. En d'autres termes, à laisser tomber l'habit de Président, pour revêtir celui de l'ancien macoute qu'il a été dès l'âge de 15 ans et de chanteur salace, égrillard, exhibitionniste, mysogine, etc.

Bref le dignitaire lance un appel à Sweet Micky pour qu'il assume son grenn-nanboundaisme, alias du macoutisme et donc sa "merdocratie". Cette recommendation d'une personnalité de l'Eglise est très inquiétante et ouvre la porte à toutes les dérives auxquelles l'Eglise catholique d'avance semble apporter sa bénédiction. Attention peuple haïtien aux mauvais coups en préparation : Saccage de la cathédrale du Cap, un false flag, réédition du saccage des émetteurs de Boutilliers.



Le peuple haïtien n'a réellement pas de chances.

Ceux dont la fonction dans tous les pays, sous tous les climats : intellectuels, hommes d'églises, associations

est d'apporter aide et protection aux humiliés et aux sans voix

sont en Haïti,  -formatage papadokien oblige-, ceux-là même

qui au contraire lancent des paroles de guerre,

prônent l'intolérance, le mensonge, l'exploitation et la répression. VOIR

Le peuple haïtien est vraiment  très seul et désarmé,

face à cet afflux de prédateurs locaux et étrangers,

que le séisme a attiré comme des mouches à m...,

sur "le pays le plus pauvre de l'hémisphère ouest."

 

L'article :


  president-michel-martelly-jean-claude-duvalier-photo.jpg

 

Le dictateur Duvalier JCl, installé puis chassé par les USA, en compagnie de son disciple le président du pays Tèt Kale/Sak Pa Kontan Anbake également installé par "les pays amis" d'Haïti.


Réplique à l’article de Nicolas Lemithe, « La Diplomatie Haïtienne Revigorée »

 

Récemment, un ami m’a fait part d’un article signé Nicolas Lemithe, intitulé « La Diplomatie Haïtienne Revigorée », publié le 18 décembre 2005 dans « MOUN », un forum électronique.

 

Il voulait, avec insistance, mon opinion à propos de cet article.

 

Sincèrement, et depuis tantôt quatre mois, j’ai pris la décision de ne plus perdre mon temps à lire les charabias de certains internautes haitiens dont les discours demeurent la quintessence de la "merdologie" haitienne.

 

Je ne disconviens guère aux envolées littéraires de compatriotes haïtiens à exhiber leurs prouesses et capacités intellectuelles, à promulger leurs pensées, leur visions, leurs opinions ainsi que leur philosophie dans les organes publics tels que l’Internet.

 

Mais il est tout de même répugnant de constater qu’il existe encore de ces éléments d’espèces immondes qui persistent à polluer l’esprit de nos jeunes internautes avec leurs sermons putrides qui ne font que perpétuer l’héritage malveillant, immoral, repréhensible et sanglant des Duvalier.

 

Depuis quelques temps, je me sentais enlisé dans une vaste putrescence de médias électroniques haïtiens tant l’idéologie qu’ils prônent, pue inexorablement l’essence des senteurs les plus désagréables.

 

Jadis, je savais lire et finalement ne pouvais plus digérer les rhétoriques disgrâcieuses de certains imbéciles de Haitian Politics qui s’érigent en intellectuels invétérés, maîtres à penser, ou censeurs d’opinions qui s’obstinent dans leur « merdologisme » exaspérant à forcer dans la tête des myriades d’internautes leur philosophie embuée de racisme.

 

Tout de même, je dois avouer le plaisir que j’ai toujours eu à lire les articles édifiants de René, de Malbranche, de Nau et de quelques autres journalistes de Haitian Politics qui, quoique parfois controversés, méritent une considération spéciale.

 

Le reste de ce groupe, dont le pétard s’avère, de plus en plus arrogant, n’arrangera certainement pas les destinées d’Haiti, contrairement à ce qu’ils pensent.

 

Bref, revenons à Monsieur Nicolas Lemithe et à son article qui campe de façon magnanime ses sbires et acolytes duvaliéristes et plus particulièrement « son illustre » ambassadeur, Dr. Fritz « Toto » Cinéas. Monsieur Lemithe, dans son article aux internautes de MOUN, campe plusieurs figures politiques haïtiennes comme étant des personnages qui ont fait avancer la cause haïtienne par devant les instances internationales.

 

Quel toupet ! Ce genre de verbiage, empreint de platitude reptilienne, est exclusivement de l’acabit des petits « sousous » en quête de position aux ministères d’Etat.

 

Monsieur Lemithe, j’ai connu beaucoup de ces vilains que vous décrivez ainsi que les torts qu’ils ont causé à Haiti et à ses citoyens.

 

En tant qu’ainé, vous devriez avoir honte de faire avaler de telles salades aux jeunes Haitiens de la nouvelle génération et au monde entier.

 

Ayez quand même une décence, en l’absence d’une sagesse ou d’une conscience, à ce moment crucial de votre vie où vous vous approchez des confins du jugement dernier.

 

A votre âge, la raison devrait primer sur vos instincts parasitaires.

 

Vous aideriez mieux nos jeunes Haitiens à rechercher le chemin de la vérité, de la probité et de l’intégrité en les instruisant à ne pas suivre la voie de ces individus vils et corrompus mais à adopter des vertues morales et exemplaires qui seules peuvent leur garantir une place noble au sein de notre société.

 

Pourquoi n’invitez-vous pas ces individus dont vous parlez, à ce forum et les encourager à témoigner de leurs méfaits, faire le mea culpa et convaincre les jeunes à ne jamais emprunter le chemin de l’ignominie et de la dictature sanguinaire des Duvalier qui a réduit Haiti à l’état le plus abject des pays du Tiers-Monde ?

 

La clique de rapaces dont vous parlez, si élogieusement et sans gène, n’était-elle pas associée aux basses besognes des Duvalier et aux affaires les plus louches, les plus immorales, les plus illicites et les plus ignobles qu’a connu Haiti ?

 

1312322407_850215_0000000000_sumario_normal.jpgFritz Cinéas, ambassadeur d'Haïti en RD du coup d'Etat de 2004 à aujourd'hui 2012, en compagnie du président du Peyi Tèt Kale/Sak Pa Kontan Anbake.

 

Ne vous rappelez-vous pas du scandale des timbres auquel Toto Cinéas était impliqué durant sa gestion diplomatique au Mexique, sous le gouvernement des Duvalier ? Est-ce ce même vautour que vous décrivez avec tant de passion ? Ce fanfaron duvaliériste est pour vous le « fleuron de la diplomatie et de l’intelligentsia haitiennes qui a su mettre à profit ses ressources potentielles et utiliser ses solides relations en République Dominicaine pour la réussite de sa mission visant essentiellement à l’harmonisation des relations entre les deux pays.

 

Monsieur Lemithe, comme vous vous érigez en grand panégyriste de ces personnages mafieux, pourquoi ne louangez-vous pas, en passant, leurs activités terroristes ? Ne saviez-vous pas que Fritz Cinéas était impliqué sans l’affaire des bombes des années 56 et 57 sous les gouvernements de Paul Eugène Magloire et de Frank Sylvain ? Il travaillait alors à destabiliser ces gouvernements, ce qui a coûté la vie à beaucoup d’innocents.

 

N’allez pas dire que vous ne connaissiez non plus ses complices, considérant la façon grandiloquente dont vous le peignez dans votre article.

 

Oui, ils étaient :

 

Clément Barbot, Alphonse Lahens, Daniel Francisque et consorts qui agissaient de connivences avec des tueurs à gage internationaux.

 

L’un de ces terroristes internationaux était le fameux assassin cubain Thémistoclès Fuentès qui coordonnait les activitès de Fritz Cinéas et de ses complices.

 

La police haitienne en savait tellement long qu’elle avait lancé des mandats d’arrèt à l’encontre de ces terroristes.

 

Mais à l’arriveé de « Papa Doc » Duvalier au pouvoir, ces mandats étaient tout bonnement révoqués « pour services rendus à la Révolution Duvaliériste, par ces chevaliers sans peur et sans reproche » comme le disait François.

 

Sincèrement, Monsieur Lemithe, vous n’êtes pas du tout sérieux.

 

Pourquoi accouchez-vous de telles faussetés qui ne font qu’envenimer l’esprit fragile de nos jeunes au moment où le clergé haïtien s’efforce de ramener ces âmes au droit chemin ? Il me semble que vous êtes atteint d’une sénilité aigüe ou d’une démence morbide.

 

Autrement, vous seriez sciemment et intellectuellement apte à reconnaître que les actes des Cinéas sont l’une des conséquences de l’animosité qui règne jusqu’aujourd’hui entre la République Dominicaine et Haïti, mise à part la hargne que maintiennent les Dominicains contre les Haïtiens à cause de l’occupation haïtienne de la république voisine.

 

Il se pourait que les jeunes internautes de moins de quarante ans ignorent certains faits indéniables impliquant le gouvernement de Jean-Claude Duvalier et certains fonctionaires de l’Etat haitien dans la traite de braceros haitiens ou coupeurs de canne dans les Bateys Dominicains ( plantations de cannes-a-sucre exploitant à outrance la main d’œuvre haitienne).

 

Un accord ignoble et illicite de vente de braceros haïtiens (coupeurs de canne ou esclaves modernes) aux propriétaires de ces Bateys dominicains, à raison de $ 1,90 US par tête, avait été rendu possible grâce aux manigances astucieuses de ces traitres et vendeurs de patrie, tels que Jean-Claude Duvalier, les frères Cinéas et autres acolytes.

 

 Une fois de plus, Dr. Fritz Cinéas était au centre des négoces louches de « Baby Doc » Duvalier comme ayant été l’auteur principal et le facilitateur de la traite des Braceros Haïtiens.

 

Il était alors l’Ambassadeur siégant en République Dominicaine.

 

Donc, comment voulez-vous que les Dominicains nous considèrent égaux ou nous respectent comme individus à part entière ? Je les voyais, ces mêmes officiels du gouvernement haitien se parader avec l’ostentation du dindon, pendant les weekends, dans les fameux bordels de Copa Cabana, de Casa Blanca et de Brisa del Mar, à Port-au-Prince ou à Biblos, à Petionville.

 

 Je devais être là et partout, en ces lieux immondes, pour la pratique de mon métier de journaliste.

 

Ces maniaques étaient réputés pour l’affection excessive qu’ils vouaient aux prostituées dominicaines de ces cafés plus qu’ils n’en montraient à leurs propres femmes.

 

Ces pauvres-là tellement ignorées, méprisées, mal aimées et mises souvent au rancart, devaient parfois, à leur tour, assouvir leur appétit sexuel avec les gérants de cour, les chauffeurs de ministres ou un minable Don Juan du quartier.

 

Ces personnages que vous décrivez avaient un palmarès si odieux qu’ils étaient célèbrement connus sous les épithètes qui suivent :

 

Homosexuel du Protocole de la Présidence, Pédérastres invétérés de Pétionville, Délapideurs de deniers publiques, Terroristes, Colporteurs, Assassins et Tueurs à gage, Bombistes de Papa Doc, Malfaiteurs et Adeptes aux sociétés diaboliques et secrètes de Zobop, etc…

 

Que dire du Premier Ministre Gérard Latortue, alias « Gwo Jéra » pour les intimes, ce gros pigeon aux roucoulements emphatiques ? Son choix de Fritz Cinéas pour « revigorer la Diplomatie haitienne » laisse bien à désirer.

 

L’histoire le jugera comme étant le « merdotechnocrate » qui aura restauré les mafieux aristidiens et duvaliériens aux timons des affaires politiques d’Haïti. Il aura plus à gagner qu’à perdre.

 

Car ceux-là qu’il a embauchés lui rendront assurément la monnaie de change à sa retraite à Coral Gables, en Floride.

 

Les quid pro quos, ne sont-ils pas monnaie courante pour obtenir un poste dans le gouvernement Alexandre-Latortue ? Alors, il pourra, « sans peur et sans reproche » de la justice haïtienne, ajouter à ses deux cent mille dollars qu’il a déclarés avant son investiture à ce poste, les récompenses lucratives pour « services rendus ».

 

Ainsi, il jouira, comme tout autre homme d’Etat haïtien à la retraite, du statut de millionaire, en créole « alé mèg tounin gra », son rêve si longtemps choyé.

 

Finalement, vous concluez, sans aucune décence, dans votre article, à propos de ces traitres, pilleurs et vendeurs de pays, par ces mots :

 

« Votre Diplomatie active nous a placé au devant de la scène internationale comme membres fondateurs des organisations mondiales et hémisphériques… » Et blablabla… Vous terminez en ces termes :

 

« Vraiment le pays a eu ses heures de gloire ».

 

De quelle gloire parlez-vous, Monsieur Nicolas Lemithe, qui déifiez ces gens qui ont commis tant d’horreurs aux citoyens haïtiens et causé tant de calamités à notre chère Haïti? Je ne vous connais pas personnellement, Monsieur Lemithe et surtout n’arbore aucune hargne contre vous.

 

Mais vous avez tout de même un discours écoeurant auquel je ne saurais rester coi. Sachez bien que ma quête est tout simplement de démystifier toute fausse propagande qui ne sert rien qu’à ensevelir l’esprit de nos jeunes dans l’immondice immorale et putride de certains de nos aïeux et à enfoncer plus notre pays dans la honte et les ornières du sous-developement.

 

L’unique gloire que je souhaiterais pour notre chère Haiti, c’est de la sortir de cette liste ignoble de « pays les plus pauvres et les plus corrompus de la planète » et que vous soyez enfin des rangs de ceux-là qui s’appliqueront à cette noble tâche.

 

 

Naihg Grograin
Gladiator2fight@yahoo.com

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents