Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


L'histoire de Bouki et de Malice

Publié par siel sur 22 Juillet 2012, 09:51am

Catégories : #REFLEXIONS perso

 

Ces derniers temps, j'ai à plusieurs reprises mentionné les actions du Baron de Ti Malice de Time is Money. Le Baron de Ti Malice de Time is money "philosophe"sur la position de Phelps.

Le Baron deTi Malice deTime is Money confond le poète Phelps avec un certain Rosemond

Le Baron de Ti Malice de Time is Money et le nivellement par le bas.

Le Baron de Ti Malice de Time is Money ou la version de "NY Times bare volè, volè rele anmwe"

Le Baron de Ti Malice de Time is Money est un personnage de la pièce de théâtre LeGranlakouzen, qui voit 4 barons et une Madone des Zen disserter sur le "Maaal" haïtien,  sur les causes de l'échec haïtien qui sont pour eux, dans le désordre : le vodou, le créole, la démocratie, les zombis, la gauche, Aristide,  l'Haïtien qui n'a pas le sens des affaires, de la discipline, est paresseux, égoïste, jaloux, violent, incompétent, l'absence de valeurs morales chez le paysan, etc. Bref tout un tas de conneries qui  font abstraction de l'économie et qui sont véhiculées par les zentellectuels, la bande des "Ti Malis "divalyerist et  malheureusement assimilées par les "Bouki", les éternels perdants.

Le Baron de Ti Malice de Time is Money est un personnage inspiré par un internaute qui existe du moins virtuellement et dans l'anonymat sur les réseaux haïtiens du net  de même que la Madone des Z, le Baron de Bourdon de Grand Renard, Le Baron des Bienfaits de L'Esclavage, Le Baron de la Crème des Crèmes.

Le Baron de Ti Malice de Time is Money possède de nombreuses caractéristiques du Malice dans les contes haïtiens, d'où le choix du nom. VOIR Bouqui et Malicelink

 

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la culture de la Caraïbe, voici un exemple de conte  haïtien mettant en scène Bouki et Malis trouvé sur le site de Potomitan link

L'histoire de Bouki et Malice

Un jour, causant avec la fiancée de Bouqui, Malice se vanta de pouvoir chevaucher celui-ci comme si c'était son propre cheval.

— C'est impossible, répondit la fiancée, indignée.

— Impossible ! Je vous jure de le faire piaffer devant votre balcon, pas plus tard que cette semaine.

— Allez, vous plaisantez, mon cher Malice.

Le surlendemain, bavardant avec Bouqui, Malice laissa entendre qu'il était invité chez le roi à un bal précédé d'un grand dîner. A ce mot, Bouqui, pensant aux plats succulents, ouvrit immédiatement les yeux, ronds comme des yeux de chouette.

— O Malice, Malice mon frère, emmenez-moi !

— C'est impossible, Bouqui. Voyons, vous n'êtes pas invité.

— Eh bien, vous arrangerez cela. A vous tout est possible, Malice.

— Impossible... à mois que... à moins que… Mais vous n'accepterez pas.

— Allez toujours.

— Voilà. Vous me serviriez de monture. Arrivé là, vous auriez vite fait d'enlever votre selle et de pénétrer dans la salle, comme un invité.

Bouqui refusa avec indignation, mais lorsqu'il pensa aux plats succulents qui allaient lui échapper, il accepta.

— A demain donc, dit Malice.

— A demain, répondit Bouqui.

Deux jours après, Bouqui s'amena de bonne heure. Après avoir causé un moment. Malice lui mit la selle sur le dos. Bouqui gémit.

— A vous entendre, dit Malice, on dirait que vous portez la Cathédrale!

Pour les œillères, Bouqui se plaignit de ne pas voir.

— Ça ne fait rien, vous irez tout droit devant vous!

Mais pour le mors, ce fut toute une histoire... Il se plaignit que cela lui cassait les dents auxquelles il tenait plus qu'à la prunelle de ses yeux. Enfin Malice, s'élançant sur la selle, enfonça les éperons. Son coursier bondit comme une bête féroce.

— Ah non, pour ça non ! Il n'avait pas été question d'éperons!

— Vous plaisantez mon cher. A-t-on jamais vu de cavalier sans éperons!

— Ne le faites pas une deuxième fois ou je ne marche plus!

Cependant, il se décida à trotter, d'une assez fière allure. Hélas! il ne tarda pas à se fatiguer. Un vigoureux coup de cravache le piqua jusqu'au cœur. Il répondit par toutes sortes de bruits venant du ventre…

— Non, non, non, Malice, il n'était pas question de fouet!

— Imbécile, il n'y a pas de cavalier sans cravache!

La pauvre bête suait à grosses gouttes et faiblissait de plus en plus. Soudain, Bouqui leva la tête et vit le balcon où sa fiancée prenait le frais. Alors l'énergie lui revint. Furieux du tour que lui jouait Malice, il se mit à piaffer, ruer, bondir, mais en vain.

Tout son manège n'eut d'autre résultat que d'attirer l'attention de sa fiancée. Et lorsque celle-ci vit Bouqui endurer les coups d'éperons et partir la bride sur le cou, elle en perdit connaissance.

(Adapté de Carl Brouard, “Le roman de Bouqui et de Malice” )

boule

Istwa Bouki ak Malis

(Edition créole: Emmanuel W. Vedrine, 2. Nov. 2005)

Yon jou, Malis t ap pale ak fyanse Bouki. Li di li:

— M ap parye ak ou m ka monte sou do Bouki tankou m ta monte sou do chwal mwen.

Fyanse Bouki estomake, li di Malis:

— Sa pa kab fèt.

— Sa pa kab fèt! M fè ou sèman m ap fè li pyafe anba balkon an, semèn sa a pou pita.

— Tou sa se jwèt, monchè Malis.

De (2) jou apre, Malis al wè Bouki. Li di li wa te envite li nan yon bal epi ta pral genyen yon gran soupe anvan bal la.

Tande li tande mo soupe a, Bouki w è yon chay manje devan je li, li kòmanse reve; li fè je li laj kon je frize epi li di:

— Malis, ti frè mwen, mennen m, non ?

— Sa pa kab fèt, Bouki monchè, yo pa envite ou.

— Enben, ranje sa, Malis, ou se wa nan degaje miskad.

— Sa pa kab fèt… sòf si… sòf si… men ou p ap vle fè sa m ta pral di a.

— Di m li, non.

— Enben, m ta monte sou do ou. Yon fwa nou rive ka wa a, ou ta wete sèl la sou do ou epi ou ta antre nan lasal tankou yon envite.

Bouki manke pete nan po li lò li tande pawòl sa a, men lò li sonje ki kalite manje li ta pral pèdi, li di wi. Lò sa a, Malis di li soupe a se pou nan landemen. Bouki di:

— Enben, n ap wè demen.

Jou a, Bouki rive ka Malis o pipirit chantan. Malis koze on ti moman ak li epi l mete sèl sou do l. Bouki plenn.

— Si on moun tande ou, li va di se katredral la mwen mete sou do ou.

Lò Malis mete kat je pou li, Bouki plenyen; li di l pa wè. Malis di:

— Sa pa fè anyen, ou va mache drèt devan ou.

Men lò Malis vle mete brid ak mò pou li, li leve kò li fese atè. Li rele di y ap kase dan l, ki enpòtan pou li pase de grenn je l. Alafen, Malis vole sou sèl la epi l mete zepon pou msye Bouki bondi tankou yon bèt fewòs.

— Non, kanta zepon an li pa ladan l!

— Sa w ap di la a, monchè, kote ou janm wè kavalye san zepon!

— Enben, pa ban m kout zepon ankò, ou va fè m rete la, m pa fè yon pa.

Avèk sa, Bouki te kontinye mache; li te menm on ti jan bwòdè. Men li te vin fatige. O, o, on sèl kout wouchin mete nanm li sou li. Bouki kòmanse grennen pete, li pete, li pete jouk sa kaba.

— Non, Malis, non, afè fwèt la pa t ladan l.

— Enbesil, kote ou konn wè kavalye monte chwal san fwèt!

Pòv Bouki, li t ap swe tout swe nan kò li, li t ap pèdi fòs.

Voup! Li leve tèt li, li wè balkon kay fyanse l ki t ap pran lafrechè. Lò sa a yon raj monte li, li mete pyafe, li sote, li ponpe, men bichi. Fyanse Bouki menm ki tande tout bri l t ap fè yo kouri gade. Lò li wè se Bouki ki te anba kout zepon, ki t ap pase brid sou kou anba balkon an, li pèdi konesans.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents