Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire,politique, agriculture, arts et lettres.


Jérémie demande des comptes sur le "génocide" de 1964

Publié par siel sur 4 Janvier 2012, 12:00pm

Catégories : #PEUPLE sans mémoire...

J'ai reçu cette info dans ma boite mail au moment où, précisément,  en tant que descendante de Grand'Anselais, je m'interrogeais sur les liens entre l'actuel ministre de la Justice M.  Brunache, beau-fils et ancien chef de cabinet du président provisoire Boniface Alexandre (2004-2006) dont le nom a été cité à l'époque  dans une histoire glauque d'émeraudes volées à son domicile à Miami;
et qui a été Secrétaire d'état aux Affaires étrangères du gouvernement de Conille
et Gérard Brunache, l'un des autres bourreaux impliqués dans les vêpres de Jérémie
"Les macoutes Sony Borges et Gérard Brunache éteignent leurs cigarettes dans les yeux des enfants en ...

"William Regala, macoutes Sanette Balmir macoute St. Ange Bomtemps, Gerard Brunache, Colonel, Colonel Samuel Jeremie, Ernst Bro, ..."


Je me demandais précisément si ce Brunache, ministre de la Justice était le fils de cet assassin.

"La femme de Gérard Guilbaud « Alice Drouin gît déjà près de lui. Alors à bout portant une balle lui est logée dans la tête. Gérard Brunache, à mi-chemin entre l’homme et l’animal, lui plante un poignard dans le cœur. » (p.17). On n’est pas encore au comble de l’horreur. « Le mouchoir offert est une cigarette allumée, éteinte par Sony Borges dans les prunelles de l’enfant. Puis Gérard Brunache, soulevant le bébé par le bras, lui enfonce un stylet dans le ventre..."
Comme Conille, le Premier ministre est le fils d'un autre macoute impitoyable, médecin de profession.
De même que la ministre du Tourisme est également une Villedrouin Balmir, alliance entre bourreaux et victimes. De même que le ministre Day est le fils ? neveu ? du terrible macoute et préfet Day, de même que...
Si c'était le cas, cette assemblée, sans doute voulue par l'International, de fils, filles et alliés d'anciens macoutes  au sein du gouvernement
nous prévoie des jours très, très sombres.
Very, very dangerous and cynical people.

Le Dr. Pierre Michel Smith interpelle le colonel Abel Jérôme
Jérémie demande des comptes sur le génocide de 1964
 
 

 Par Max Dorismond mx20005@yahoo.ca

 
 
 Enfin un Jérémien s'est mis debout et a osé. Bien des années se sont écoulées depuis les Vêpres de Jérémie. L'heure était à la désespérance et la cité vivait dans l'expectative. Nul n'osait écrire cette page tortueuse de  la ville, aux risques de raviver au tréfonds des âmes cette  plaie incurable, difficile à cicatriser. Certaines histoires écoutées tantôt à la porte de la vérité, tantôt à la porte de la légende effraient les fils de la Cité qui craignaient de blesser encore, non pas les survivants de la boucherie de 1964, puisqu'il n'en existait aucun, non pas les bourreaux, mais de préférence leurs descendants qui sont peut-être aujourd'hui nos amis, nos femmes, nos maris, nos belles-sœurs, nos beaux-frères ou alliés..... Etc.
 Dans un long texte (voir ci-dessous) d'une fraîcheur littéraire dont seuls les Jérémiens possèdent encore le secret, Pierre Michel s'est adressé, au colonel Abel Jérôme, tout en étouffant sciemment « les sanglots longs des violons de l'automne1» et ses tristes  souvenirs, lui enjoignant de sortir du placard et de rejeter cet os qui loge au travers de sa gorge depuis plus de 40 ans, à l'approche de la fin d'une vie tumultueuse au service du dernier des pires tyrans que Haïti a connu. Ce beau morceau d'anthologie était arrivé sur le babillard de Haïticonnexion avec l'aide d'un certain Joseph Guillard, sans titre, telle une vraie lettre. Jugeant de son importance stratégique pour l'année naissante, j'ai obtenu l'aval de l'auteur pour l'immortaliser sur le blog. Toutefois, tout comme le Dr. Smith, tout comme Guillard, nous, Grand'Anselais, brûlons tous du désir d'entendre les confessions du colonel sur le génocide de Jérémie, l'assassinat des 9 familles qui ont commis un seul crime : celui d'avoir la peau claire. Haïti en son entier veut tout entendre sur l'évènement, les acteurs, les bourreaux...., en un mot, la confession du colonel ou son testament militaire. Pour ce, j'y ai ajouté le titre ci-haut pour faire écho à l'histoire. 
 
Max Dorismond
 
1- Verlaine.
 
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Colonel Auguste Abel Jérôme
Jacmel, Haïti, 21 Novembre 2011
 
De Pierre Michel Smith DMD, MD pms161@yahoo.com 
 
 
Colonel,
 
  
 

      Aujourd'hui, ce patient m'a mis comme ça, tout de go, en contact téléphonique avec vous. J'étais d'autant plus éberlué qu'un annonceur de Radio de Miami, lui aussi originaire de Jacmel, a affirmé l'an dernier que vous n'étiez plus. Il vous a vu dans la bière. Malheureusement j'ai dû précipiter la conversation pourtant intéressante car deux autres patients attendaient leur tour. Cette missive un peu longue est en quelque sorte la suite.


 
Tout d'abord, laissez-moi vous dire que le chèque ci-inclus n'est pas un cadeau à vous, ni un geste de générosité quelconque. C'est votre argent, votre propre argent, intérêt et principal. Le fruit d'un vrai placement, votre propre placement de plus de quarante-cinq ans.
 
Cet après-midi là, je causais avec Maxime Bazar chez lui à la maisonnette des parents près de la caserne, à la Source. Il était tourmenté par un problème urgent, cuisant. Il devait rentrer à Port-au-Prince coûte que coûte. Sans le sou, il a vu Abel Jérôme se camper devant le portail, il s'est précipité vers vous en pantoufles pour vous exposer sa réalité. Sans une seconde de réflexion vous lui dites : « Demain huit heures a .m. à la caserne, avec les valises, vous prenez l'avion pour Port-au-Prince ». Vous lui donnez dix dollars, en sus.
 
Maxime a toujours été surpris par le geste, ébranlé par cet acte désintéressé, cet acte sans but, cet acte libre de vrai paysan haïtien. Avant mon depart Haïti en 1972, il est venu me voir et s'est juré de vous rembourser un jour.
 
Ce remboursement, j'en suis sûr, n'a pas été fait. Cet ami de Jérémie, de Maznod, de Port-au-Prince est resté toute sa vie pauvre. Sa vie, une cascade de tragédies personnelles et familiales ininterrompues. Il a broyé du noir, fait de l'anxiété. Ensuite, par des désordres mentaux multiformes, ce prêtre catholique monfortin a commencé à s'atténuer, à décliner puis il a sombré et s'est évanoui.
 
Pourtant, je l'avais dissuadé d'aller vers vous. J'avais peur d'une réaction opposée. J'ai encore à l'esprit, tout frais, tout vivace, le souvenir de cet incident survenu à la même caserne en 1956 ou 1957 un peu avant les élections ou immédiatement après. Alors que Lira Barthélemy et moi, on s'abreuvait à la fontaine de la caserne après une partie de football, le capitaine de l'arrondissement d'alors nous interpella du balcon de l'attendre au même endroit. Après une heure au piquet, il nous fit signe d'avancer et il demanda au caporal de la salle de garde d'enfermer ces deux « ti moune » car depuis une semaine l'interdiction était faite de passer par la cour.
 
On nous a poussés dans une cellule noire comme la nuit noire, une chambre de ténèbres où croupissait le pharmacien ou le responsable de la pharmacie Khum de la Grand Rue, Felo Merviel, si je ne m'abuse. Assis sur une paillasse, un vase de pipi d'un côté, un autre de « kaka » de l'autre et entre les deux jambes, le repas du midi inachevé. Le gars était content d'avoir de la compagnie. Lira, un enfant d'une bravoure exceptionnelle, un enfant vaillant, studieux, chaque mois le premier de sa classe chez Maître Barnave Gilbert, lui causa en silence alors que moi, d'une rage folle je tapais sur la porte en quête d'une obscure clarté. Quand j'ai demandé à faire pipi, le gendarme de répondre de le faire dans mon pantalon et qu'à continuer il me déplacerait ou je n'aurais plus la force de frapper.
 
Francky, un caporal « sans filiste », en apprenant cela a vite fait de contacter ma mère qui s'est effondrée. Lômy, la tante de Lira qui habitait en face, est allée avec ma mère à la caserne en vue de rencontrer le capitaine. Personne ne savait où il était. Entre- temps, Ti Michel Boncy, devenu militaire par la suite, Willy St-Elmé, un alter ego, alertent tous les enfants de Jubilé, de «Morne Kay Sè », de « nan Coton ». Enfin toute une kyrielle d'enfants, « le boubou » de chez Madame Justin Monpelas y compris, se mettent à chercher le Capitaine pour élargir Pèpè, en l'occurrence moi. Finalement, on trouve le Capitaine, vers onze heures du soir, sortant du cinéma. Ce dernier a ordonné à un gendarme de la place d'aller libérer les deux enfants. Il avait complètement oublié cet ordre abracadabrant ! Autrement dit, en souvenir de ce militaire rude, rustre, de mauvaises manières qui s'est comporté en butor, j'ai voulu éviter à Maxime une pareille infortune en lui déconseillant de s'adresser à vous. 
 
Colonel, à mon cabinet de Miami, je reçois des gens de partout, de Jérémie certes mais surtout des compatriotes du Nord-Ouest, du Nord et des Gônaïves. Votre nom jusqu'à présent résonne fort à la salle d'attente. Les gens de 50 ans en montant, de ces différents départements, au seul bruit de votre nom s'agitent, se querellent au sein de mon bureau. Certains disent du bien, d'autres du mal. Même ceux qui ne vous ont pas connu, s'expriment. A quoi est dû cela ?
 
 Notre pays est la terre des superstitions les plus farfelues où existe un penchant pour le paranormal, la sorcellerie. « Yo » dit que Abel avec cette disposition pour la magie, la sorcellerie, la superstition est le diable en personne ; le même « Yo » vous incombe la destruction physique de tous les guérisseurs, les marabouts, les houngans, les malfaiteurs de la Grand'Anse qui s'appuient sur les mêmes religions mystiques, les gris-gris, les talismans et adorent les mêmes dieux que vous. Vous tourmentez encore l'esprit des gens par ces paradoxes.
 
« Yo » dit que vous avez manigancé l'hécatombe de Jérémie, ce désastre incommensurable qui a enseveli à jamais la culture, l'économie et la richesse de cette magnifique ville, un trésor pour notre pays. Ce même « Yo » rejette les arguments et argue que vous vous êtes soustrait à la demande, que vous vous êtes retiré pour ne pas devenir un instrument de tant de crimes de haine aux conséquences catastrophiques.
 
 
 
 
 
 
 
En réalité, personne ne sait tout. Seulement, moi je sais une chose : Hubert Sansaric m'ayant aperçu devant la cathédrale de Port-au-Prince, un beau matin après l'examen du baccalauréat s'est écrié : « Pèpè ! Pèpè ! ». C'était pour me demander, avec toute sa gentillesse connue, de prendre Ti Florida avec lui le même jour pour Jérémie. J'ai longtemps hésité avant d'accepter de faire le voyage ensemble au clair de lune sur le petit Florida grouillant de monde.
 
 Le vendredi matin, on s'est séparés, avec rendez-vous formel sur la place Dumas, pour le cinéma. Alors que l'on était tout un groupe jasant, gesticulant, la sirène de la Police sonna le couvre-feu. La ville frémit en entendant la sirène qui siffle et la jeep à toit ouvert de l'armée grincer d'étranges cris d'essieu, jetant l'effroi aux fenêtres des familles. Ce n'était pas un divertissement innocent, Colonel. On se dispersa vite, chacun dans une direction. J'ai pris le chemin de la Source chez ma marraine et tante Mathilde Bourdeau pour mieux recueillir les « zins » de son mari, boss Roland Pierre-Louis. On a entendu toute la nuit le va-et-vient des bruits de camions et de jeeps. Le lendemain, Pelissier ce me semble, annonça à chaque famille l'orgie de la soirée à Numéro 2, ce désastre sans nom, ce massacre sans but, sans précédent dans l'histoire de notre pays qui se déroule sous l'œil complice de voisins, d'amis, de parents mêmes.
 
Ce massacre de bébés à la mamelle, jusqu'aux vieillards aux portes de la mort, je ne crois pas que vous en soyez le seul responsable, je ne crois pas que vous puissiez vous transformer en si monstrueux démolisseur. Pas l'homme que j'ai vu accueillir, embrasser en grand frère le pauvre, l'impécunieux religieux, Maxime Bazar. Non, j'essaie de voir plus loin, plus grand, plus vaste. Je préfère le silence.
 
Colonel, je suis trop lucide de mon pays pour vous incriminer à l'aveuglette. Puis-je vous demander comment cela s'est passé ? Ce que vous avez fait pour empêcher la mort d'Hubert ? Je n `ai jamais entendu quelqu'un vous prendre pour un lâcheur, un lâche, faiblard, couard. Tout le monde semble vanter la vigueur et la bravoure d'Auguste Abel Jérôme. Avez-vous essayé de suspendre un moment l'échafaud d'Hubert, d'en demander audience à Duvalier, de convaincre Sanette et les autres de l'innocence de ce jeune ? On dit que Duvalier avait parfois du sentiment et qu'on pouvait l'émouvoir. Avez-vous essayé ? Peut-être, avez-vous essayé et personne ne le sait ?
 
C'est que Hubert Sansaric fut un jeune tout doux, doux comme un agneau, innocent comme un bébé frais émoulu de la matrice de sa mère, respectueux des gens, intelligent, ordonné. J'ai encore chez moi dans ma bibliothèque ce livre remarquable : « L'Art d'être chef » de l'Abbé G. Courtois, Edition Fleurus, Paris, qui m'a été offert par Hubert Sansaric, d'une librairie des Cayes. Ce beau livre, je l'ai prêté à beaucoup de scouts et de jécistes qui se réunissaient régulièrement dans la cour de l'église du Sacré-Coeur de Turgeau de Port-au-Prince ; je l'ai prêté au charismatique chef Mortès, symbole du Scoutisme en Haïti, à mon ami tant regretté, l'illustre abbé Ti Jean Pierre-Louis, lynché de la même manière par la dictature des Lavalas.
 
Colonel, le Père Alphonse Le Thiez, un homme de grand esprit, espiègle, taquin s'il en fut, un des gros « poto-mitan » du Collège Saint-Louis de Jérémie, est mort et enterré avant-hier en Bretagne, en France. En apprenant sa mort imminente, il a rigolé. Puis il est parti une semaine plus tard. Il s'est enfui en chantant, il a fui en riant de la fuite éternelle. S'il était là, je l'associerais à cette lettre pour vous dire long du boy scout, de l'élève Hubert Sansaric.
 
 
A défaut, demandez à des gens qui vivent encore en Haïti : demandez à Gary Rouzier, à Jean-Robert Léonidas, à Alix Cedras, à Fanfan Hilaire, à Ti Roger Laforest, à Serge Gilbert, à Ti Guy Roumer, à Kokoy Pierre-Mary Baguidy, à Jean-Michel Ligondé. Appelez le C.T Jean-Claude Samedi, vivant en Argentine depuis 50 ans. Tous vous diront combien Hubert Sansaric fut un être humain chaleureux, exceptionnel de bonté, d'amitié et de conscience.
 
Loin de moi l'idée de vous blâmer de rien, c'est le paradoxe de votre conduite, de vos agissements qui intrigue. Hier encore, cet été 2011, un ami Jérémien d'environ 70 ans, Mèt Guy, a décidé de se marier à Montréal, comme un jeune homme de 20 ans. Un mariage simple et beau comme un premier mariage ; un mariage d'artiste, de Jérémien de la vieille Jérémie où il invite tant d'amis lointains. Oh ! C'étaient de chaudes accolades amicales, fraternelles le jour du mariage et le lendemain chez lui, dans sa cour ! On revivait les jours anciens et ces instants d'éternité propres aux Jérémiens. J'ai eu le plaisir d'y revoir un vieux C.P. avec qui j'ai fait le camp de Camp-Perrin en 1958. Tout le monde avait quelque chose à raconter. Ce chef scout raconte avoir eu un accrochage avec Abel Jérôme, avoir sonné la charge, l'avoir confronté, l'avoir sommé de mettre le revolver de côté, de se retrousser les manches pour un duel, un vrai combat d'hommes. Et le commandant s'est tu et s'en est abstenu. Les gens présents applaudissaient cette victoire sur Abel Jérôme arrogant et sûr de lui.
 
En fait, je ne crois pas que le C.P. ait menti. L'été de 1958 sur la cour de l'Ecole des Frères de Camp-Perrin, le Père Rio, un aumônier autocrate qui conduisait les scouts avec une discipline militaire a eu une remarque désobligeante envers Jérémie. Le même C.P. l'a repris du tac au tac en public, rabattu le caquet de l'insolent Rio, à la grande stupéfaction de tous.
 
Je ne dirais pas non plus que c'était de la faiblesse, que Abel Jérôme « té kapon'nen ». J'ai même pensé à une inaction de maturité et de transcendance, à moins que cette retenue ne procède d'une mini-sociologie très jérémienne. J'ai entendu le toast d'Abel Jérôme au mariage de mon ami défunt, Jean-Eugene Cadet. Ce furent des mots de raison, de sagesse, comme l'aurait fait un bon chef de famille.
 
Au rebours, Carl Semexant a eu la même imprudence qui lui a coûté très cher. Aux funérailles de mon père à Montréal, les gens venus pour en pleurer riaient de tout leur corps en entendant le récit de Carl relatif aux multiples coups de bâton reçus chaque matin à l'aube des mains du commandant Abel Jérôme à la caserne de Jérémie. Il a tenté d'en montrer les marques sur son dos, sur ses fesses, ses jambes et ses « grenn ». Le plus cocasse, c'est qu'il le disait avec exubérance, amour, passion, sans amertume. Son insolence a été mal calculée.  
 
Il narre avec virulence et humour sa vie dans les geôles d'Abel Jérôme. En maître metteur en scène, il module le timbre vocalique pour mettre en branle l'affectivité, pour mieux accrocher l'attention, pour que le récit ne soit pas ennuyeux. Il raconte comment, les poignets joints sur ses genoux croisés, la rondeur des fesses exposées, le ventre rentré, il encaissait une pluie de coups tantôt de bâton, tantôt de « rigouaze ».Après deux semaines, des trous rouges dans le corps, il marchait à pas lents, tranquille, souriant à ses tortionnaires comme sourirait un enfant malade. Il ne sentait plus les coups, son corps devenu inanimé, contaminé, dégénéré. Il avait renoncé, il avait abdiqué. Pour lui, sa destinée était faite.
 
Comme vous me l'avez dit dans la conversation, soixante-seize ans, c'est quelque chose. Soixante-seize ans, c'est aussi le temps où déchu du piédestal ou l'on nous admirait, on laisse derrière soi tout ce qui nous appartient, nous alourdit, nous rassasie.
A soixante-seize ans, on peut encore s'affirmer, se réinventer. Pourquoi ne pas raconter les évènements dans un livre qui se définit et révèle sa valeur par son degré de conformité avec la vérité, un livre de pensée et d'une longue et permanente réflexion ? Non pour vous justifier, l'architecte n'a pas à justifier l'œuvre. Quoi que vous disiez, les gens continueront de gloser. En guise d'adieu à la vie, vous commenceriez maintenant ce livre qui risque d'absorber des mois et des années.
C'est que peu de militaires ont montré une si grande maîtrise de la politique et des personnalités de leur temps. Peu ont autant parcouru les casernes de tant de communes, d'arrondissements, de départements en Haïti. Certains diront en bourreau. Non... non... trois fois non. De Port-de-Paix, du Cap-Haitien, des Gônaïves, le bruit circule encore que vous étiez un militaire « chelbè », engagé, sympathique et joyeux.
Le pouvoir est un excellent aphrodisiaque, le pouvoir absolu un aphrodisiaque absolu. On agit souvent sans réflexion, on fait à l'étourdie. La boucherie de Jérémie taraude encore l'esprit des gens. N'ayant pas vu juste, ils s'enferment dans des « on dit », des exagérations, des inventions, des faussetés, des pré-supposés dont ils ne savent même pas que ce sont des pré-supposés. Ils pensent que tout ce que vous avez fait est mêlé de sang, de violence, de mensonge et de mort. Ce sont là des hypothèses défaitistes, des jérémiades. Il faut la vérité, la vérité toute nue. Voyez-vous, c'est une époque charnière dans le développement de notre pays. Vous êtes parmi les derniers aînés à pouvoir la limer, à en gratter la rouille afin de la rendre claire dans l'esprit et le cœur des jeunes.
Le colonel Abel Jérôme, avant le débarquement des 13, était un militaire qui méritait confiance. Sur la galerie de Gérard Leonidas à côté de la Place Dumas, les gens vous abordent, vous écoutent, reviennent, finissent par éprouver l'impression d'une personnalité hors-normes. On ne voit pas souvent pareille sagesse, pareil ascendant chez un militaire. La plupart des jeunes de la ville, Jean-Robert Lestage « Ameriken », Ti Michel Fignolé, étaient attirés par le rayonnement de votre personnalité. Abel Jérôme, musicien, chanteur, avait le goût de la femme, du plaisir et du faste.
En vacances à Jérémie, j'ai observé des foules entières avec des haillons accrochés à des branches d'arbre, des bouts de chandelle coulants et fumants, piailler, hurler des mots, des plaisanteries d'un comique sordide et lourd. Le rara, le mardi-gras, les clochards, les désoeuvrés, les marchands, les loqueteux, les enfants mêmes chétifs, faibles, sales, vibraient à l'unisson : « Abelito viré boundaw janw vle, ville la sé pou ou ».
C'est qu'il y avait une affection, une liaison, une affinité avec les gens. Avez-vous souvenance de ces moments où actif et fécond, vous jouissiez de ces bains de multitude ? Pour un militaire, jouir de la foule est un art. Il n'est pas donné à tout militaire de prendre un bain de foule.
Colonel, vous devez la vérité à la jeunesse, à l'armée, au pays, au nom de l'affectivité, de l'amitié, de l'admiration qu'ils avaient pour vous. La jeunesse comprendra mieux la délicate situation dans laquelle nous sommes actuellement.
C'est Charles Peguy qui dit, à bon escient :
« Il n'y a pas de silence honnête. Nous sommes tous témoins de quelque chose et le rôle d'un témoin est de témoigner. »
Plus loin, il continue :
« Celui qui ne gueule pas la vérité quand il sait la vérité se fait le complice des menteurs. Nos silences et nos omissions sont aussi criminels que les crimes qu'ils recouvrent ».
Portez-vous bien, Colonel. Si vous passez par ici, faites-moi signe. On a d `autres témoignages intéressants à partager, de visu.
Pierre Michel Smith DMD- M.D. pms161@yahoo.com
Miami, Montréal
__._,_.___

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog