Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti : Marasme économique, transmission des savoirs et langues (1 de 6)Par Leslie Péan *

Publié par siel sur 24 Mai 2013, 09:41am

Catégories : #L.PEAN chronique

Soumis à AlterPresse le 22 mai 2013

Haïti vit dans son présent un passé d’absence de droits qui renforce le marasme économique dans lequel elle évolue. Une telle situation est alimentée par une confusion sans pareille entretenue à coups de propagande et de relations publiques d’un gouvernement qui veut se donner bonne conscience. Il se produit une accumulation de bévues qui se greffent aux germes du pouvoir à vie à travers les élections frauduleuses organisées par un organisme électoral aux ordres de la présidence. Cet état de choses perpétue le raisonnement illogique qui engendre la permanence du président-bon-papa-homme-providentiel. Les tendances observables de cette réalité politique sont au cœur du marasme économique mentionné. Pour cerner les problèmes causés par ce marasme, nous tenterons d’abord d’analyser la politique publique mise ne œuvre par le gouvernement dans le domaine de l’éducation. Ensuite, nous aborderons le marasme économique actuel à partir de son historicité en indiquant comment il bloque toute redistribution des cartes par le biais de la transmission des savoirs et celui d’une politique linguistique appropriée.


En donnant dans le triomphalisme, les autorités politiques considèrent les inaugurations d’édifices publics comme une fin en soi. Le gouvernement utilise le désir d’éducation du peuple haïtien pour faire de la propagande avec le Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO) qui n’a été ni préparé ni planifié et dont les moyens humains et matériels utilisés sont déficients. Le professeur Rosny Desroches, ancien ministre de l’Éducation nationale, a été l’un des premiers à exprimer ses doutes et son inquiétude sur ce programme d’éducation. Suite à une enquête menée par l’organisation dénommée Initiative de la Société Civile (ISC) à la fin de la première année d’exécution du PSUGO, il a déclaré « l’existence de ces écoles se limite à la valise de leur propriétaire [1]. »


Depuis lors, les mauvais résultats arrivent régulièrement. Ça va de mal en pis. Selon une autre enquête pertinente « Outre les soupçons de corruption, le montant alloué aux écoles pour chaque élève est très insuffisant, les paiements n’arrivent pas à temps et les professeurs ne sont pas bien rémunérés. De plus, les écoles visitées n’ont pas reçu de matériels, comme promis, pour assurer un minimum d’éducation [2]. » En réalité, c’est un vaste gaspillage, nombre d’écoles bénéficiaires, professeurs et élèves inclus, n’ont jamais existé. D’une part, les efforts ne sont pas investis dans une réelle transmission des savoirs. Le personnel enseignant n’est pas compétent et les manuels ne sont pas adéquats. D’autre part, l’approche globale ne reflète aucune perspective de continuité. La transformation de l’environnement haïtien à partir des savoirs diffusés reste lettre morte. Frantz Duval rapporte la récente découverte de 766 fausses écoles recevant des centaines de millions de gourdes du PSUGO [3]. Le gouvernement confirme la véracité de cette information et dit ouvrir une enquête.


SUITElink

 

VOIR aussi : Haiti : Marasme économique, transmission des savoirs et langues (2 de 6)

http://www.alterpresse.org/spip.php?article14601#.UZ_FlBwlG68

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents