Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti-Energie/Projet Phoenix : Un scénario « Garbage in, Garbage out »

Publié par siel sur 28 Mars 2013, 10:56am

Catégories : #AYITI ROSE RAKET

jeudi 28 mars 2013

 

P-au-P, 28 mars 2013 [AlterPresse] --- « Le gouvernement haïtien risque de conclure une entente très couteuse pour l’État et les contribuables » avec le projet Phoenix de l’International electric power (Iep), sorte de partenariat public-privé d’incinération de déchets en vue de la production de 30 mégawatt d’électricité.

C’est la conclusion d’un article de la journaliste américaine Jane Regan, coordonnatrice du consortium médiatique Ayiti kale je (Akj), publié cette semaine sur le site de cette plateforme, dont AlterPresse fait partie.

Les données rassemblées laissent à penser que les élus et le peuple haïtien sont « aux prises avec un scénario de Gigo (acronyme de Garbage in, Garbage out) potentiellement couteux et risqué ».

Selon les informations fournies par la journaliste d’investigation Jane Regan, l’Iep cherche à obtenir un prêt d’environ 250 millions de dollars US de l’Overseas private investment corporation (Opic) du gouvernement américain pour financer le projet.

Ne possédant que 10% de ce possible partenariat public-privé, l’Etat haïtien, par le biais de l’entreprise publique « Electricité d’Haïti », achèterait l’énergie entre les mains de l’Iep.

« Les représentants d’Iep ont annoncé à Akj que les autorités avaient déjà signé deux protocoles d’entente les engageant à payer la nouvelle compagnie pendant 30 ans : l’un, ayant force obligatoire, pour l’opération des installations, et l’autre, optionnel, pour tout l’achat d’électricité. L’État donnerait aussi un terrain au nord de Port-au-Prince », précise l’article.

Jane Regan, également professeur de journalisme d’investigation à l’Université d’État d’Haiti, souligne la contradiction entre les estimations de l’Iep et les conclusions du Laboratoire national de l’énergie renouvelable du gouvernement américain (Nrel en anglais).

Le Nrel estime que « les déchets d’Haïti ne conviendraient pas à une usine de combustion », alors que l’Iep donne « une valeur calorifique » aux déchets haïtiens qui renfermeraient « entre 65% et 75% de matière organique ».

Les contacts de Ayiti Kale Je avec le Nrel et le Programme des nations unies pour l’environnement (Pnue) n’ont pas permis de confirmer l’affirmation de l’Iep, indique l’article.

Le très récent rapport 2012 de la banque mondiale sur les déchets déclare sans fard que pour « les pays à faible revenu », la valorisation énergétique des déchets par combustion n’est « « ni courante… ni généralement un succès, en raison de son grand cout capital, technique et d’exploitation, ainsi que de la haute teneur en humidité des déchets et du grand pourcentage de matières inertes. »

Sur la question des coûts également, l’article mentionne une étude du « Updated capital cost estimates for electricity generation » qui conclut que « les incinérateurs à déchets sont parmi les installations les plus couteuses à construire et à exploiter, comparativement aux autres technologies ».

La construction d’une nouvelle usine de 50 MW, soit le projet Phoenix en un peu plus grand, couterait 8232 $US (2010) par kilowatt (Kw) de capacité, et 376 $US (2010) par Kw en frais fixes d’exploitation.

En revanche, une usine de biomasse à « lit fluidisé bouillonnant » couterait 4755$US (2010) par Kw de capacité, et environ 100 $US (2010) par Kw en frais fixes d’exploitation.

Enfin, une installation photovoltaïque solaire de 150 MW couterait 4755 $US (2010) par Kw à installer, et environ 17 $US (2010) par Kw en frais fixes d’exploitation. [efd apr 28/03/2013 00:30]

Lire l’intégralité de l’article en Anglais et en Français

 

Les articles de Ayiti  Kale Je, à l'inverse de ce l'on trouve dans les média haïtiens, sont le fruit d'enquêtes.


On se rappelle  le travail  d'investigation fait sur Caracol qui démontrait , dit avec mes mots- que l'opération- était une arnaque organisée en hauts lieux- qui non seulement spoliait l'Etat haïtien, mais de plus mettait en danger une zone importante pour l'environnement et qui aurait pu être un lieu privilégié de tourisme. Préval a signé les accords, Martelly a mis une plaque en cuivre portant son nom et celui du Premier ministre de l'époque Conille.


Tu parles d'une gloire pour l'histoire d'avoir son nom gravé pour la création d'une entreprise qui sasscage l'environnement ! Quelle tintinnade ! Quel enfantillage. On dit que les "nègres", surtout les couleur rose, comme les pies aiment tout ce qui brille, ce serait donc vrai.



Ayiti Kale Je avait également fait une enquête sur les contrats signés entre l'Etat haïtien et les entreprises minières. Là encore, le constat était que le gouvernement haïtien était dans l'incapacité, faute de gens compétents, honnêtes et déterminés, de signer un contrat qui respecte plus ou moins les droits de la population haïtienne à profiter des ressources de leur sous-so. De même que dans leurs ressources environementales, comme à Caracol.


Vous croyez que Clinton, qui avait protégé ses farmiers de l'Arkansas, en inondant le marché haïtien de leur riz, aurait commis un tel attentat à la nature et à l'environnement dans son pays ?


Projet Phoenix, Projet Winner, Projet Oasis, etc  une accumulation de  noms  prétentieux derrière lesquels se dissimulent  la petitesse d'arrangements  entre amis.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents