Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Dimanche, journée internationale de violence contre les femmes

Publié par siel sur 25 Novembre 2012, 15:27pm

Catégories : #INTERNATIONAL

 

354977.png

 

A toutes les femmes riches, pauvres, de toutes les couleurs, de tous les continents : dire non et porter plainte.


Quand en Haïti, où les autorités dont le rôle est, en principe, de protéger, agressent au contraire leurs admnistrées, Canalplushaïti.net. Haïti/Justice et société : Wilson Jeudy, « …Chef de gang » ?! il faut également prendre son courage à 2 mains et porter plainte. 

Commenter cet article

Anj.é.la 27/11/2012 06:13


Elsie,


Tu as oublié de lire la deuxième partie de mon commentaire il me semble.


Je t'ai écrit une toute petite partie minuscule et insignifiante de MA VIE.


Je ne fais pas de cinéma et je n'écris que ce que je vis ou vécu tout cru. Je ne joue pas de rôle, ni de personnage, juste moi. Ou konnèt chien ki maré sé pou lapidé!


Je ne sais pas faire autrement. C'est pourquoi je parle de cinéma ou de littérature française. Les mots ne font pas de bruit, ne pleurent pas, ne souffrent pas. Je n'écris pas de scénario. Je
crache MA VIE. Ca aurait pu être  MA PHOTO EN PIRE!!!


A force de pratiquer LE RECUL, LA DISTANCE les gens même lorsqu'ils souffrent mettent des couches de vernis pour plaire, attirer la pitié, prennent encore et encore sur eux dans l'infime espoir
que tu feras un beau film qui va peut-être toucher quelques personnes aux yeux secs et le ventre plein. Sinon leur cause est perdue, oubliée.


Je dis depuis que la prise de conscience m'a saisie que c'est seulement lorsque les médecins seront de condition modeste et d'anciens rescapés de maladies graves (comme les rescapés de la Shoah)
que la médecine s'intéressera aux gens pour les AIDER.


Il en est de même pour tous les corps de métiers face aux souffrances des gens.


Chonjé man ka atann toujou flim ou-a anlè Soup Jomou-a (°-°)

Anj.é.la 26/11/2012 02:56


Mi lèrestan


 





Manman-an obien papa-a ki pèd yich-li sé média-a ka fè présyon anlè yo pou yo rété dign, pé sèk, fè apel-o-kalm. Apré yo pé alé néyé kò yo
épi dlo dé koko zyé-yo andidan kay-yo lapòt fèmen. Sé média-a ka alé chèché anlòt zafè pou mété à la une. Yo ja oblié’w. Yo ka menm alé chèché dòt zafè ki ka sanm taw-la,
toupatou.


 


I rété moun ki bien éduké, bien formé, bien informé, bien épi fanmi-yo, ki ni bon zanmi andidan lapolis épi zaboka. Sé tala ké pé pòté plent
pas yo JA NI moun ki épi yo.


Marenn mwen vwéyé an lèt demande de pardon ba mwen, i té ni 85 lanné, pas i paté janmen kwè sa man téka di’y ki téka fèt andidan kay papa
mwen épi manman mwen.


 


Pou an plent maché fòk ou ni omwen dé témwen solid, dé.


Sé moun-an palé twapé pwoblèm yo two lach ! Yo péké témwanyé ba’w.


Nou ka viré anlè labib-la. Lè bondié mandé Adam


- « koté ou té yé, man las kriyé’w ? »


- Adam réponn bondié « man té séré pas man wè ke man toutouni ».


- Bondié di Adam konsa « man ka èspéré ou pa manjé mangovè-a kika wouvè lespwi sé nonm-lan ».


- Adan réponn bondyé « sépa mwen, mé fimèl-la ou mété bò mwen-an sé li ki fè mwen gouté’y, man touvé sa bon épi man manjé
tout ».


- Bondyé dit « tonnè disò ! man pépa tounen do mwen an minit ou ja ka fè konmès ».


Zòt konnèt lèrestan... jik jòdiya ...


Lé sé nonm-la pè yo ka sanblé, yo ka fè lwa ba lézòt.


Atjolman sé tan légalité sé madanm-la lé rivalizé épi sé nonm-la jiktan yo menm vini kon sé nonm-lan : zépòl karé, tété déwò, ti tjilòt
dèwo, etc, etc...


 


Ou pa janmen tann di an madanm ki ka fè art martial chalviré an nonm kosto ki té lé bat-li.. Yo ka fè toutkalté dans’ mé yo pa janmen apwann
défann kò yo. Pou yo sé dòt moun ki pou fè sa ba yo. Yo paka menm chonjé yich yo.


Yo ka ba tifi-a la pilul épi sé kòk-la lib ka chanté dé pié-yo anlè an chay fimié.


 


Elsie ou fè mwen ékri anchay bagay man pa janmen ékri avan.


Man téka chonjé Sara B. pandan man téka ékri.


Man pani lafòs viré li sa. Man jaka pwan asé fè isi-a an péyi mwen-an ki palé wè mwen piès dépi lontan. Mé Bondié ka viré mété mwen doubout
poukisa ? manpasav ; obien man ja sav twòp.


Man SDF toujou dépi dé lanné man la 09.12.2010. Man izé.


 


Nou té pou suiv Manman TILL an démonstrasyon FÒS, FWA, VOLONTE.


I mò san wè lajistis américaine.  Man wè sé bouro-a. Yo menm fè an flim apwé.


Elsie fòk-nou kréyé an JOUNEN MANMAN TILL. Sa ké maché, mwen la épi’w.


Sé an bon  lidé ki fini tonbé pil.


 


Lé Protestan ka di konsa : « Yo pé mété’w lajòl mé yo pépa mété lèspwi’w lajòl pas i pé chapé pa sé baro-a ». Sésa man ka viv épi
déambulateur-la, san loto, sépa vakans !!


 


Conficius, 555 AvJC dit konsa « La plus grande des victoires n’est pas d’éviter de tomber, mais de se relever de toutes les chutes ».
Sépa an rézon pou ladjé mwen.


 


Anj.é.la 06 96 39 39 53  - Grand Village Terreville - dimanche 25 novembre
2012 

Anj.é.la 26/11/2012 02:35





Elsie,


 


Tout ça c’est du cinéma, de la petite politique intéressée, montrer plus malheureuse que soi.


 


Que signifie : « dire non » ? Dire « Non » à qui ?


Quand on est ensanglantée par terre, que les voisins n’ont pas bronché.


Pire, que vos enfants ont une trouille bleue, s’enfoncent dans leur lit et font semblant de ne pas entendre vos cris (ils sont terrifiés,
ils sentent qu’ils ne peuvent RIEN). PERSONNE NE PEUT RIEN POUR VOUS. TOUT LE MONDE SE TERRE !


C’est pourquoi la Bible dit que : « le cœur de l’être humain est tortueux comme un fil de fer barbelé et par-dessus tout il est
méchant, qui peut le connaître ? »


 


Si, heureusement pour vous, en ouvrant un œil, vous vous apercevez avec stupeur que vous êtes encore en vie et surtout que votre bourreau
peut revenir vite pour vous achever, le premier réflexe n’est certainement pas de penser ou de philosopher.


Ou ja sav sa  yo ka di lakay-nou : « chien ki maré sé pou
lapidé ».


 


Dé krétin ka di konsa : « elle a dû désobéir à dieu, dieu l’a abandonnée, dieu la punit ».


Kon yo té di Matinik lè siklònn Igo té ka ba la Gwadloup gaz.


Sé sé menm moun-an ki ka kouri tout lanterman touléjou pou mandé mò-a padon.


 


Lè apré karant lanné, afòs tann andidan sé radio-a, sé télé-a, anlè journal-la ke fòk ou pòté plent. Ok ! dakò ! ou lé pòté plent.
Mé kimannyè sa ka fèt ? ou pa konnèt sé kalté langaj tala « pòté plent ». Afòs, afòs ou ka vansé anlè lenjistis tala. Mé ki moun ki ké vini épi’w ? Es sé jandam-la ké
kwè’w ? Kikoté  ou ké alé apré sa ?  Pas bouro ka chèché’w.


Yo ka di’w, mais non, n’aie pas peur, je suis là avec toi il ne va rien t’arriver.


Mé moun-an pa konnèt bouro. Bouro dakò pou kité’w pati mé épi an souvenir anlè fidji’w. Apré i ké pann kò’y.


Pèsonn paka kouté sa ou ka di-a.


Lapolis ka véyé an lari-a pou wè si bouro ka vini. Mé bouro konnèt kay-li.


Lè jandam-lan tann – PO !  i twota, ou pa la ankò.


Pourtant ou té di yo ! Mé yo owganizé ! Yo sav ! Yo ka pwotéjé’w !


Tousa sé fraz fwansé administratif, ayen pala. Tan pou  yo anrejistré plent-la si yo asèpté’y,
ou ja anba tè.


 


Pas sé an sosiété de nonm kika goumen ba kò yo. Sé nonm-la solidè antr’yo.


Lapolis té di men konsa, bien gentil polisié-a : « Madame vous êtes dans une société d’hommes, faite par des hommes pour les
hommes. Admettons que vous divorciez et que votre ex-mari ait un droit de visite. S’il ne l’assume pas, il ne craint rien. Mais si vous ne présentez pas l’enfant pour son droit de visite comme
les choses ont été définies dans le jugement, on peut vous enlever votre enfant ». C’était vers 1979 dans le 9.3  bien connu pour sa
justice.


 


I rété la victime ansèl bagay, LAFWA, LAFÒS épi KONSYANS-LI.


Tout moun ka diw sa pouw fè,


Mé pèsonn, pèsonn paka, palé vini épi’w par lacheté humaine.


Yo simyé apwé, lè i twota, mandé padon, pléré zyé sek, bat lèstonmak-yo pou di yo paté pé. Mé sé IPOKRIT yo IPOKRIT kon Jézi dit :
« sakré IPOKRIT, zòt two IPOKRIT » lévanjil Mathieu, Marc, Luc.


Dòt ké diw konsa « lè-a té rivé, bondié pwan’y, i fini soufè ». Yo pa  fè AYEN BA’Y
lè i té vivan sakré ipokrit.


 


Dépi tjèk lanné yo ka fè - march blanch de l’IMPUISSANCE - sa ka konvul

siel 26/11/2012 14:17



Angela,


Mwen byen konprann fristrasyon ou epi an sort de dekourajman fas a injistis ki ka rété san pinisyon;


surtou sou zafè violans fèt sou madanm ki ka reprann fos tout koté dan le mond se jou si, avek kriz epi insekirité jeneral kap blayi.


Ou konnen ke depi gen kriz se moun pi feb yo, ti moun  ak fanm ki premye sibi.


Gade sa kap pase Kongo.


Mwen pa di ke se pa sinema.


Mè sinema se fiksyon epi fiksyion se nan realite li pran sous li.


Realité a se ke fanm ki pran kou soufri nan ko yo epi ekilib psykologik yo vinn  frajilize.


Sa, se pa sinema.


Sa vle di ke mwen konnen ke madanm yo pa jwenn proteksyon fasil, menm an dedan propr fanmi yo.


Mè konm Toto Bissainthe te di nan youn de chante li yo : "Si nou pa rele na toufe".


Se silans ki bay predatè poi.


Se endiferans ki lage viktim anba pye predatè.


Mwen dako avew 100% se pa sufisan.


Gen anpil fanm aktyuelman ki polisye e pi jig, mwen kwè fo yo asosye yo pou yo fè an propozityon a M Hollande pou konbat legalman zafè vyolans kon madanm yo.


Mwen te pale avek C.T, de bagay sa-a, avan ke li vinn minist.


An tou  ka mwen kontan-li ou.


Kenbe fèm.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents