Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Being Silenced as a Black Woman in Medical School. Par Naika

Publié par siel sur 6 Décembre 2012, 11:27am

Catégories : #CULTURE

L'auteur de ce texte se nomme Naika. Sur son blog elle raconte ses expériences. Ici,  c'est à la fac de médecine où, rappelle-t-elle, la majorité des étudiants et profs sont Blancs. Elle est la seule femme Noire de sa classe. Donc, Naika raconte comment  à chaque fois qu'elle exprime, à haute voix, son opinion dans des réunions, dans les cours, elle ressent une sorte de vibration dans l'espace, ne disons pas franchement hostile mais antagoniste.
De plus, comment après avoir fait une remarque, une analyse pertinente, cette  même remarque ou analyse est reprise par une ou un étudiant Blanc, auquel le professeur décerne tous les mérites, comme si de rien n'était. Alors que ce  même  prof  sait parfaitement que l'étudiant Blanc s'est approprié sa réflexion.
 Dans ce billet Naika essaie de comprendre pourquoi, dans une salle avec un public Blanc en majorité, sa prise de parole, systématiquement dérange. Pourquoi aussi ses propres réflexions, qui sont reprises par d'autres, leur sont injustement attribuées par les profs.

C'est joliment écrit et bien observé. Naika dit que les ainées l'avaient prévenu mais qu'elle reste étonnée que cette réalité persiste. Effectivement, toute femme Noire qui n'a pas peur et n'a pas ses neurones congelés, a vécu cette expérience. Le pire, c'est que fort souvent, les rares  hommes Noirs qui se trouvent dans le public adoptent eux aussi l'attitude hostile des Blancs. Ils en arrivent même à reproduire sur leurs visages, les même expressions d'étonnement, de surprise et d'hostilité que celle des Blancs, un vrai copié/collé, pour bien afficher que ce n'est pas parce qu'ils sont Noirs qu'ils seront solidaires. Ils vont même parfois jusqu'à prendre la parole, pour prendre le contre pied ce que vous avez dit, manière de s'excuser auprès de l'auditoire Blanc, du manque de soumission de l'un des leurs; en plus, une femme.  PORTRAIT DE L`INTELLECTUEL COLONISÉ. Par Umar Timol
Le texte :
This is fresh on my mind because it just happened....and pretty much happens every day.

Let me preface by saying I DO love my school and the education I'm receiving, and if you've followed this blog for a while, that should be clear. But that still doesn't excuse the BS that's been going on...
As a person of color, I find that what happens allot in academic and professional settings is that whenever I voice my opinion or make a comment, as a woman-as a person of color-as a black woman, a certain vibe manifests in the room. Oh, and this only occurs in rooms that are mostly white.
This is a very important distinction. This only occurs in predominantly white spaces.
The room goes silent and I get a bunch of stares. Some people look surprised. Some people look scared, literally. Some look uncomfortable. Some look annoyed. A very select few look kind of jealous. Two or three look happy--those are usually the people of color and an occasional teacher with whom I have a particularly close relationship with. Sure sometimes I say things that are socially charged...a.k.a...REAL(like...talk about oppression or the commodification of healthcare or gender norms), but I often say things that are just kind of...basic...even pleasant, to me. But regardless of what it is, my speaking up inwhite settings creates a distinct vibe.
Mostly the vibe is stank and antagonistic.
But something ELSE happens when I speak up in class- and this has never happened more than it is happening now in medical school...(FYI-my school, like many medical schools is comprised of about 60% white females, 30% white males and 10% people of color- there are only 3 black people in my class and I am now the only black female).
Whenever I make a comment (or suggest an answer) in class, which is usually a very intelligent one *shrugs*, there is almost always someone- usually a white girl- who "piggy backs" or literally repeats what I just said.  Afterwards, that other person gets all the credit. People praise them and thank them. And I just sit there...baffled and confused.  I have a very dramatic face and usually leave my mouth wide open and/or roll my eyes. 
La suite est icilink

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents