Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Bâtisseur ! par Oscar Germain

Publié par Elsie HAAS sur 26 Février 2010, 10:58am

Catégories : #O.GERMAIN chronique


Nous venons d’un pays qui n’en finit pas de se faire, de se défaire, de se refaire. Coureurs de fond, nous avons
franchi cinq siècles d’histoire, opiniâtres et inaltérables galériens. Nous avons subsisté, persévéré sur les flots du temps, dans cette barque putride et imputrescible à la fois, dégradable et pérenne. Notre histoire est celle d’une perpétuelle menace d’effacement, effacement d’un paysage, effacement d’un peuplement: le génocide des Indiens caraïbes, la grande transhumance, l’esclavage et, depuis la mort de l’Empereur, une interminable histoire de brigandage.
Notre substance est tissée de défaites et de décompositions. Et pourtant nous franchissons la durée, nous traversons le temps, même si le sol semble se dérober sous nos pas. Malgré vents et marées, malgré ce présent en feu, ce temps de tourments, cette éternité dans le purgatoire, nous continuons à survivre en nous livrant à d’impossibles gymnastiques.
Émile Olivier, Passages

    Chers amis lecteurs, je n’ai jamais pu comprendre la facilité avec laquelle certains de nos « peintres de l’âme » arrivent à décrire le comportement individuel et collectif de l’Haïtien. Rarement pauvre, généralement merveilleux, parfois sublime, le style utilisé nous sied à merveille. Émile Olivier était l’un de ces êtres, exceptionnel, même dans les détails, qui arrivaient à décrire de façon magistrale, l’âme de l’Haïtien, la souffrance, l’exaltation, la peur, le dépassement de soi. Voilà pourquoi je n’ai pas pu m’empêcher d’utiliser ce fragment de « Passages » pour parler de construction, de reconstruction, et surtout des « reconstructeurs » qui auront sur le dos la lourde charge de faire du pays ce que nous n’avons su en faire durant plus de 40 ans. Les pauvres !

     Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, je ne sais pas si vous partagerez mon point de vue mais je crois, humblement, vu l’amplitude des dégâts et le mal qui peut encore être fait au pays, il faudrait que la reconstruction de ce pays soit confiée à de vrais « bâtisseurs ». À des « créateurs ». Créateurs d’espace. Générateurs de confiance, d’optimisme, de convivialité. Concepteurs de futur. Il nous faut absolument pouvoir compter sur de vrais « Réhabilitateurs », de capital humain, de capital social, de société. La seule façon pour nous de sortir de ce gouffre affreux que représente la misère, l’absence de futur, l’isolement.
      
    E
nfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, j’imagine que vous serez d’accord avec moi sur l’idée qu’en Haïti, rien ne devrait se faire comme cela se faisait avant. Nos relations entre nous-mêmes, nos relations avec notre environnement, avec le pouvoir, avec les autres pays. Nous devons changer. De perceptions. De conditionnements. Voilà pourquoi il nous faut de vrais « bâtisseurs de société ». Des entrepreneurs et non des hommes d’affaires. Des spécialistes en conception d’espaces habitables et non simplement des « Ingénieurs kap bay bel kout krayon ». On a tellement vu de belles maisons s’écrouler sous les secousses. On a tellement perdu d’êtres chers sous le poids du béton armé, mal armé. On a tellement vu de gens disparaître à cause de la fragilité des supports, des poutres mal conçues, mal « dimensionnées », de dalles surdimensionnées par rapport aux supports. On a tellement vu de choses que l’on n’aurait jamais dû voir, qu’il faut que l’on change. Complètement. Voilà pourquoi il nous faut des « bâtisseurs ». Voilà pourquoi nous devrons, une fois l’urgence résolue, exiger de nos dirigeants la responsabilité qu’ils doivent au pays. Voilà pourquoi il nous faut exiger de nous-mêmes une meilleure façon de fonctionner. Voilà pourquoi il nous faut, comme disent les spécialistes, faciliter à tout Haïtien une attention plus soutenue, une écoute, un refuge lui assurant la restauration de la confiance en soi et l’élaboration d’un projet de vie constructeur. À part cette dynamique « psychosociale individuelle » il faut arriver à développer une approche complémentaire : le développement social. Ce qui veut dire la création d’une société qui ne se définit pas à partir de la seule production mais qui recherche le mieux-être des populations, à partir des dimensions, environnementale, culturelle, sociale et politique.
   
    Maintenant se pose le vrai problème : comment créer ces bâtisseurs ?
    Et s’ils existent déjà, où les trouver ?

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Février 2010

Mercredi 24 Février 2010
Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 05

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents