Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


A propos de Caracol et en parallèle avec ce qui se fait en RD

Publié par siel sur 26 Juillet 2012, 10:30am

Catégories : #AYITI ROSE RAKET

J'écrivais ceci au début de cette année. Comme vous le voyez, la RD a une politique générale et nationale qui inclut la défense, préservation et la protection de la nature de son pays et de ce qui en fait sa beauté.
Croyez-vous qu'un quelconque Caracol avec ses 15 usines géantes serait venu s'imposer dans cette superbe région d'Enriquillo ?

Question de défigurer le paysage, vite fait, en moins d'1 ou de 2 générations. Puis montrer sur les média internationaux, comment les Haïtiens sont des "sauvages" en filmant  d'un côté la réserve et les zones protégées de la RD  si belles; et de l'autre la zone de Caracole avec ces affreuses  15 usines entourées de bidonvilles, avec sacs en plastique attachés aux branches des arbres et ordures et poussières partou. Film  qui sera accompagné d'un commentaire llequel expliquerait en long en large et en travers,  que le gouvernement haïtien a fait un choix irrationel, - choix de nègre ?- comme d'habitude, et totalement irresponsable en ne voyant qu'à court terme. Un gouvernement incapable de  calculer les conséquences négatives à long terme liées à l'implantation de sweatshops dans une zone rurale. Les dommages collatéraux, comme ils disent, n'ont pas été pris en compte lors  de l'implantation de ces usines parce que, diront-ils, le gouvernement haïtien corrompu est plus intéressé aux commissions versées par les patrons des sweatshops plutôt qu'à la préservation de son patrimoine naturel. Voici ce que vous entendrez sur tous les média de France et de Navarre?
Et tenez-vous bien, tous les zentellectuels, - si ce n'est pas eux ce seront leur enfants- qui ne s'étaient jamais manifestés à l'époque contre l'implantation des sweatshops  à Caracol, -et même mieux- qui auront défendu le projet -ni lettre ouverte, ni "Nous étudiants, etc" comme pour Mme Pierre Louis- squatteront tous les média audiovisuels et écrits de l'Hexqgone, comme ils l'ont fait en 2004 et  après le séisme de 2010, pour dénoncer l'incurie du gouvernement, l'Etat marron, L'Etat anarcho-populiste, la sauvagerie, la barbarie du peuple haïtien et autres galéjades propres à faire le "Blanc" frétiller de la queue de ravissement.

Et, tenez-vous bien, les même Baron de Ti Malice de Time is Money Le Baron de Ti Malice de Time is Money ou la version de "NY Times bare volè, volè rele anmwe"
qui ont défendu le projet de Caracol, -si ce n'est pas eux ce seront leurs fils- feront des discours sur l'incompétence des Haïtiens qui ne savent que détruire, des comparaisons avec l'intelligence des Dominicains qui eux savent construire. Et toute la propagande anti-Haïtien que vous connaissez et que vous mêmes avez avalé et répété  parfois à vos propres enfants qui auront intégré la honte d'être Haïtiens.

Et les mêmes Baron de Ti Malice de Time is Money L'histoire de Bouki et de Malice
-si ce n'est pas eux ce seront leurs cousins-  toujours sachant tirer la couverture à eux, une voracité qu'ils maquillent en pragmatisme- obtiendront des fonds de l'Etat dans le cadre d'un partenariat public-privé pour financer un programme qui s'intitulera : Restauration de la Baie de Caracol.
Mais, il y a de fortes chances que comme les 150 millions empruntés au FMI par Duvalier Jean-Claude , quelques mois avant son départ d'Haïti en 1986 , cet argent finisse  dans leurs comptes en banque.
Et Caracol, de son côté,  aura toutes les chances de rester un dépotoir avec cahutes malsaines installées au bord de la mer, putes, pédophiles, petits délinquants, trafiquants de drogue, de personnes, d'armes, motos et camionnettes qui montent et descendent,vacarme, poussière et matières fécales dans l'air et les maladies qui vont avec.etc.
Sur ce magma infernal  viendront se greffer des nuées d'ONG et d'églises protestantes attirées par les bénéfices à tirer de ce conglomérat de misère humaine.
.
Et les Barons de Ti Malice de Time is Money, cravates Yves Saint-Laurent sur ventres proéminents, se féliciteront d'avoir fait du bon boulot,  celui de dénoncer le désordre pour créer encore plus de désordre, une  situation favorable à l'accumulation de revenus dont les sources sont opaques.
Voici l'article  de janvier 2012:
Vendredi 6 janvier 2012

La Reserva de la Biosfera Jaragua Bahoruco Enriquillo: un paraíso a descubrir
espacinsular
BARAHONA, República Dominicana, 3 de enero de 2012.- La Reserva está ubicada en el suroeste de la República Dominicana, en la denominada Región Enriquillo. Posee un área total de 4,858 km² que incluye de zonas núcleo de 3,184 km² y 900 km² de áreas marinas. Las zonas núcleo son los Parques Nacionales: Jaragua (establecido en 1983), Sierra de Bahoruco y Lago Enriquillo e Isla Cabritos (establecidos en 1974). Después de la declaración de la Reserva, se crearon por decreto presidencial dos áreas protegidas que incluyen terrenos dentro de la Reserva: la Reserva Biológica Loma Charco Azul (zona conocida como La Placa) y el Parque Nacional La Gran Sabana.

 

 

 

Je vous ai dit ma peine et ma profonde indignation

en apprenant que la zone franche dite "caracol",  dans le nord du pays

avait été implantée non seulement sur les terres les PLUS fertiles de la région,

mais que, de plus, dans un environnement riche écologiquement et particulièrement fragile.

Un environnement que tout Etat respectueux de l'avenir de son pays et de sa population

se se serait fait un DEVOIR de protéger.

VOIR Alterpresse.Haiti : Les risques qui entourent l’établissement du Parc Industriel de la Région du Nord à Caracol

 

Les Clinton qui se réjouissent de ce projet,-comme ils s'étaient réjouis  à l'époque de l'importation du riz US

qui a détruit la production haïtienne de riz ,

les Coréens qui ont investi, appartiennent les uns comme les autres à des sociétés

avancées qui connaissent le prix inestimable de l'écosystème

et en assurent  jalousement la protection chez eux.

Ils savent également la valeur  touristique de ces paradis naturels.

 

D'ailleurs, il y a fort à parier qu'en Corée du Sud, il aurait été IMPOSSIBLE,

de saccager un semblable environnement

en y implantant des zones franches, vu le poids

des organisations de défense de l'environnement et celui des syndicats

dans ce pays.

Même en RD, où ces institutions ont moins de pouvoir,

le gouvernement ne se serait pas allé à abandonner

son patrimoine écologique en échange de quelques emplois -

 

Le débat ne se pose même pas au niveau de l'intérêt

de l'implantation de ces zones franches pour la population haïtienne.

Même si, pour ma part, je reste persuadée que c'est une hérésie

qui correspond à un autre moment de l'économie mondiale

et qui -au lieu de nous projeter vers le futur-

  nous ramène aux plans de l'époque de Duvalier Jean-Claude, Delatour et cie

et va, une fois de plus, nous enfoncer dans la misère

et la dépendance. VOIR Vidéo. Haiti The Untold Story

 

Mais là n'est pas le débat

 

Il se pose au niveau du choix de l'espace choisi

pour implanter cette zone franche.

Choix d'autant plus irrationnel  que d'autres sites

plus appropriés existent.

 

On me traitera peut-être de "conspirationniste"

mot aussi à la mode aujourd'hui ici

que l'était, il y encore peu de temps celui "d"anarcho-populiste" en Haïti.


Mais, je ne peux pas m'empêcher de considérer cette politique

qui tend à choisir des terres fertiles pour implanter une université ou encore une zone franche

comme résultant d'une attaque délibérée

contre  la production agricole du pays

contre le monde paysan

sa culture, son autonomie sa vie.  

 

Je ne peux pas ne pas constater avec mes deux yeux

-ou alors il faudrait me les crever

comme l'ont fait les macoutes à leurs petites victimes de Jérémie-

VOIR Jérémie demande des comptes sur le "génocide" de 1964

que cette politique d'occupation des terres fertiles

et de leur détournement à d'autres fins,

ne favorise pas  en priorité à la fois, la RD

qui est le 2éme partenaire économique d'Haïti

et les USA qui en sont le premier.

 

Résultat, alors que la RD développe une politique agressive

d'exportation de produits agro-alimentaires en Haïti,

qu'elle développe une politique de production de produits biologiques,

-produits que comme je l'ai déjà signalé, se retouvent dans tous les supermarchés de France

(alors qu'en même temps elle vend ses produtis OGM en Haïti)

alors que la RD soucieuse de son environnement, héritage qui sera celui des prochaines générations

à l'encontre des zones franches;

Haïti, elle sous les auspices de ses parrains qui ne lui veulent que du bien

continue de plus belle, le programme initié en 1957, celui du saccage de son territoire

au profit de quelques portefeuilles déjà bien remplis.

 

De sorte que, les images satellites que nous offre un survol de l'île

avec d'un côté, en RD, la verdure des plantations, des forêts et de la biosphère protégées

et de l'autre, en Haïti, des mornes dépouillés et des implantations anarchiques de bâtiments,

  ne feront que s''accentuer au cours des prochaines années

marquant ce partage de l'île, entre un côté misérable,

une sorte de poubelle pleine de plastiques, de mornes pelés et de rivières polluées

que même les oiseaux et les papillons fuient,

et de l'autre un espace verdoyant.

 

De sorte que, la RD qui est en train de repenser son économie,

de la diversifier, et de trouver des moyens pour sortir du poids énorme de sa dette

de son étranglement réel masqué derrière les vitrines des grands hôtels

et l'utilisation du travail au rabais des Haïtiens :

"about 80% of the Dominican  population remains below the international poverty level. Meanwhile the crime rate is considerably in excess of Haiti.... corruption is the order of the day.... In summary, it is not at all clear that the future is bright. "

"Près de 80% de la population de la RD reste en dessous de la mesure  international de pauvreté.

En même temps le niveau du crime est excessivement plus élevé qu'en Haïti...la corruption est dans l'ordre des choses...

pour résumé, il n'est pas du tout certain que l'avenir soit brillant."

extrait tiré d'un excellente crtique sur Salon.com

de l'analyse comparative faite par  Jared Diamond entre Haïti et la RD  link

 

De sorte que la RD gagne sur tous les tableaux.

Elle se garantit le marché haïtien qui est en pleine expansion

Elle se garantit en implantant son université  " cadeau " sur des terres agricoles;

celles-ci, bien entendu, seront mortes à l'agriculture.

Elle se garantit en privant les paysans de leurs terres d'une émigration de travailleurs

traités à la kalachnikoff, susceptibles d'êtres renvoyés quand le besoin n'est plus.

Elle se garantit, grâce à cette "émigration" et l'entretien soigneusement dosé

d'un anti-haïtianisme, une relative paix sociale.

Les frustrations légitimes de ses citoyens reportées habilement sur l'Haïtien bouc émissaire, el diablo negro.

Elle se garantit une image de "bon samaritain" aux yeux de l'international. Restaurant à peu de frais, une image relativement écornée avec les reportages sur la condition infra-humaine faite aux Haïtiens dans les bateyes.

Elle se garantit la complicité des élites haïtiennes telllement complexées et aliénées qu'elles préfèrent investir, faire instruire leurs enfants, aller en vacances en RD.

Etc. Etc.

 

De sorte que, excusez-moi pour l'expression vulgaire, la RD pourrait dire que l'Haïtien c'est comme le cochon. Tout y est bon à prendre. Du "bas" peuple, au gratin.

 

Bien entendu, pour éviter tout malendu,

quand je dis la RD, je parle du petit groupe qui comme en Haïti détient pouvoir et richesses.

Le peuple dominicain, tout comme le peuple haïtien n'a rien à gagner dans cette histoire.

Nous devons espérer que de part et d'autre de la frontière, qu'ils comprendront qu'ils sont l'objet

d'une manipulation qui dessert leurs intérêts respectifs.

 

C'est un parmi les  multiples voeux de l'année.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents