Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Michel Temer, actuel président du Brésil, serait selon son ex ?- ami l'entrepreneur Joesley Batista, le chef de la mafia la plus puissante du Brésil. "Michel la peur" au Brésil de même que "JoMo la panique" en Haïti

Publié par siel sur 18 Juin 2017, 19:37pm

Catégories : #NUESTRA AMERICA, #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire...

Pour ceux qui ont fait du latin. Vous vous rappelez de  : timer verbe en er. Timeo, times timet, timemus timetis, timent. qui veut dire craindre, avoir peur.

Et qui a donné en espagnol temer : temo, temes, teme, temeos temeis, tement qui veut dire également craindre, redouter. 

Même sens en portugais.

Ce qui a donné en français le mot téméraire dont une des définitions est : une personne qui agit sans réfléchir.

Si le témoignage de l'homme d'affaires est exact, dans le cas de Temer agir sans réfléchir, aurait été possible parce qu'il était à la tête d'une mafia et par conséquent super protégé par ceux qui ont l'argent et les armes.

Pour "JoMo la panique", il semblerait, au vu du rapport de l'UCREF qu'il a, lui également, établi des réseaux mafieux, lesquels lui auront permis d'avoir 14 comptes en banque, d'y déposer de fortes sommes en espèces et de pouvoir libeller des chèques " à qui vous savez" et que la BNC les paient.

Les ramifications et complicités en Haïti sont tellement bien souchées qu'il aurait fallu, comme au Brésil, des juges sans peur et reproches (qui n'auraient pas participé aux magouilles), des journalistes suffisamment bien payés pour ne pas devenir des chiens de garde du statu quo, et une police nationale et patriote qui ne serait pas une garde prétorienne - dont les attributions sont de protéger les puissants, jusqu'à aller au sein des entreprises pour battre des femmes, des ouvrières et ouvriers en grève.

Ce type de comportement insensé remonte au XIXème siècle, on le lit dans  Germinal d'Emile Zola. Un roman dont je vous recommande la lecture dans la mesure où la narration se déroule autour d'une grève d'ouvriers confrontés à la violence des patrons - telle que ça se passe en Haïti en ce moment. D'ailleurs, dans la conclusion à l'analyse  de Germinal, l'auteure  relève son actualité dans les républiques bananières corrompues et les Etats de non-droit comme Haïti : 

"Cependant, il faut noter que dans certains pays, plus particulièrement dans les pays sous-développés, les conditions de travail et de vie n'ont même pas évolué. Par exemple en Turquie, aujourd'hui quatre cents mineurs turcs viennent encore de mourir dans un accident de la mine et récemment un reportage télévisé montrait des enfants travaillant dans des mines de charbon en Colombie dans des conditions proches de celles décrites par Zola. En conclusion, si après plus d'un siècle le roman Germinal de Zola a encore une telle résonance, c'est que cette oeuvre raconte une histoire qui s'inscrit dans l'HISTOIRE. La protestation séculaire est toujours actuelle, celle de l'esclave contre le maître. La connaissance du passé est nécessaire à l'homme aujourd'hui :
"Pour savoir où l'on va, il est évidemment nécessaire de comprendre d'où l'on vient."

 


 

El empresario aseguró que la mafia integrada por políticos le exigía permanentemente el pago de sobornos y de donaciones ilegales a campañas electorales a cambio de favores para sus empresas o para no dificultar sus negocios.

Según Batista, el grupo era liderado por el actual mandatario; por el expresidente de la Cámara de Diputados, Eduardo Cunha, que hoy purga condena por corrupción, y por cercanos colaboradores de Temer como los ex titulares de Turismo Henrique Eduardo Alves -también detenido- y de la Secretaría de la Presidencia Geddel Vieira Lima, y los actuales ministros de la Presidencia, Eliseu Padilha, y de la Secretaría General de la Presidencia, Wellington Moreira Franco.
...........

“Quien no está preso (de los miembros del grupo), está en (el palacio presidencial de) Planalto. Ese grupo es muy peligroso. No se puede pelear con ellos”, afirmó Batista en su entrevista a Época.

El propietario de la JBS afirmó que tomaba cuidado con el grupo porque no quería oponerse “a la mayor y más peligrosa organización criminal del país, que es liderada por el presidente”.

TRAD
Le chef d'entreprise a assuré que la mafia organisée par les politiciens, exigeait de manière permanente qu'il paie des pots-de-vin et de recevoir des dons illégaux pour leur campagnes électorales en échange de faveurs pour ses entreprises ou pour faciliter leur commerce.

Selon Batista, le groupe était dirigé par l'actuel président, par l'ex-président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, qui aujourd'hui est en prison pour corruption, et par de collaborateurs proches de Temer, comme les ex-titulaires du ministère du Tourisme Henrique Eduardo Alves - également en prison, - de la Secrétaire de la présidence Geddel Vieira Lime et des actuels ministres de la Présidence, Eliseu Padilha, et de la Secrétaire Générale de la Présidence, Wellington Moreira Franco.
...........
"Qui n'est pas prisonnier ( des membres du groupe) se trouve dans ( le palais présidentiel de ) Planalto. Ce groupe est très dangereux. Il n'est pas possible de se battre contre eux " a affirmé Batista dans son entretien avec Epoca.

Le patronde JBS a déclaré qu'il prenait des précautions avec ce groupe parce qu'il ne voulait pas s'oppose " à la plus importa,te et plus dangeruese organisation criminelle du pays, dirigée par le président"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents