Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Archives. Déc. 2016. Élection de Jovenel Moïse Un K.-O. à la démocratie haïtienne Roromme Chantal

Publié par Par Roromme Chantal sur 6 Juin 2017, 13:06pm

Catégories : #PEUPLE sans mémoire..., #AYITI ACTUALITES, #AYITI EXTREME DROITE, #DUVALIER

Le pouvoir des nantis


Une première déception vient du fait que c’est Jovenel Moïse, le poulain de Michel Martelly, qui a été déclaré vainqueur dès le premier tour de la présidentielle. Nommé en 2015 candidat à la présidence par le président sortant, il semblait disposer de moyens exorbitants à la mesure de ses ambitions politiques. Mais, face à des adversaires jouissant incontestablement d’une certaine popularité, quoiqu’en ordre dispersé, on peut douter de la sincérité de tels résultats. D’autant que cette victoire triomphale du candidat de Michel Martelly n’est pas sans rappeler la tentative de celui-ci en 2015 de mettre l’opposition K.-O. en faveur de son poulain, avant de capituler devant des d’allégations unanimes d’« irrégularités et fraudes massives ».


S’il réussissait cette fois, Jovenel Moïse inaugurerait sa présidence avec un double handicap: l’image d’un président de la continuité et surtout celle d’être, à l’instar de son parrain, Michel Martelly, le président des nantis d’Haïti, qui ont généreusement arrosé sa campagne de leur financement opaque. Habile, l’entrepreneur agricole s’emploiera durant sa campagne électorale à prendre une certaine distance envers l’ancien président et de son entourage immédiat. Mais en vain. Avant même sa prise de fonctions, certains analystes assimilent déjà l’arrivée au pouvoir de Jovenel Moïse à une « catastrophe » et rappellent volontiers le bilan controversé de son mentor: corruption à grande échelle, dysfonctionnement institutionnel, impunité pour les proches du pouvoir...


Une myopie politique


En outre, l’espoir né des dernières élections en Haïti est considérablement infléchi si l’on suit les premiers propos de Jovenel Moïse à la suite de l’annonce de sa victoire. Il y a repris, pour l’essentiel, son slogan de campagne de « mobiliser toutes les ressources du pays: les gens, la terre, le soleil, les rivières afin de mettre de la nourriture dans les assiettes du peuple et de l’argent dans ses poches ».


Pourtant, l’absence des grandes questions qui préoccupent la nation haïtienne a mis en évidence la myopie politique qui caractérise ses élites dirigeantes et l’indigence de leurs ambitions et projets politiques. On n’a noté aucune mention des problèmes importants. Sur le plan politique, si Jovenel Moïse a fort heureusement reconnu que « la stabilité politique est le premier des biens publics », il n’a en revanche rien dit sur les moyens qu’il compte mobiliser afin d’y parvenir, outre la tenue d’élections régulières. Sur la question de la corruption, qui gangrène une administration publique haïtienne pléthorique, le silence sonore du président élu n’a visiblement rien de rassurant. D’où ma sensation que, davantage qu’une défaite humiliante pour ses adversaires politiques, l’élection triomphale de Jovenel Moïse à la présidence équivaut plutôt à un K.-O. porté à la fragile démocratie haïtienne.

Jean-Pierre Grisé - Abonné
12 décembre 2016 11 h 20
Je crois que l'inertie de ce pays est masculine
tant politique que coté travail et coté diaspora.Un jour nouveau se lèvera quand des femmes éduquées toujours vaillantes s'impliqueront jusqu'a prendre la direction de leur pays malheureux.Foncez femmes fortes noires

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents