Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Une question à propos de" l'action terroriste "de l'Arcahaie: certains journalistes et patrons de media seraient-ils payés pour faire mousser des événements, puis pour les enterrer ? Des pompiers rétribués pour verser de l'huile sur le feu ? (mis à jour)

Publié par siel sur 7 Mai 2017, 21:50pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Cette histoire de l'Arcahaie - puis celle de l'homme qui s'est introduit au Palais National - a mobilisé les habituels connus et reconnus  radiomen qui s'en sont donné à coeur joie dans le "voye monte" comme un chien famélique d'Haïti face à un os un peu gras, découvert dans une poubelle de riches.

Ce qui donne des titres comme celui du Nouvelliste : Le président Jovenel Moïse est-il en danger? offrant l'opportunité à des crétins fachos tels que lepetitbateau ou Jude d'y déverser leurs immondices.

Ce qui m'a frappé dans cette narration ce sont les points suivants :

- l'absence d'images de cet attentat terroriste sachant que les dénommés "chefs" zotobre" "gwo palto" en Haïti, l'ensemble de ces "élus de dieu" possèdent parfois 4 téléphones et attention - pas n'importe quoi - des appareils hautement sophistiqués.

- l'absence de témoignages oraux de ces gens-là lesquels  en général adorent faire le tour des radio pour raconter leurs salamalecs et se faire bien servir par des radiomen complaisants.

- les différentes versions proposées par les porte-queue - pardon, les porte-parole de l'inculpé fait-président. Dans un premier temps, il y avait des échanges de coups de feu entre la police de "l'excellence" et les terroristes. Par la suite, vu qu'il n'y avait aucun impact de balles - bien que nous soyons en Haïti où il est possible d'affirmer qu'il y a eu échanges de tirs sans que le moindre projectile puisse être montré - par rapport à la CI et suite à l'article du Figaro, les forces du "faire noir" se sont trouvées dans l'obligation de se dégonfler. Parce qu'avancer une telle chose impliquait d'en donner la preuve.

- suite encore à l'article du Figaro, M. Latortue Y. qui se trouvait dans la voiture du président/bannann en  a donné une nouvelle version.  Selon lui, il n'y aurait même pas eu de lancer de pierres. Un autobus - placé par qui ?-   aurait  été mis au travers de la route, immobilisant pendant quelques instants le cortège.

- autre truc bizarre, c'est que les différentes unités de police chargées d'assurer la sécurité du cortège de "l'excellence" l'inculpé fait-président, dont le boulot d'éclaireurs est de s'assurer que rien, aucun obstacle ne se trouvera sur le chemin de la caravane, n'ont pas vu cet autobus. C'est comme qui dirait que les mecs ont bien vu le bus mais que la consigne était de l'ignorer. Ou bien, on leur aura dit qu'il n'était pas nécessaire qu'ils balisent la route.

- depuis " l'action terroriste" de l'Arcahaie qui,  selon ces radiomen, participait d'un vaste complot contre l'inculpé fait-président, avec des responsables intellectuels et des hommes de main, qui, tous, devraient être démasqués, l'affaire est aujourd'hui classée dans le dossier de  "l'enquête se poursuit".

-pour rendre crédible leur présentation d'un président menacé, quelques jours plus tard arrive l'affaire de l'homme qui s'est introduit dans le Palais national. Ma perception perso, c'est que "ON" a trouvé un fou, ils sont légion à Port-au-Prince. "ON " lui a fourni une arme, l'a introduit dans le Palais, tout en le gardant sous contrôle. Le chauffeur  suicidé ou fait-suicidé de l'inculpé fait-président a t-il participé au montage ? C'est pas demain la veille que nos lanternes seront éclairées.

Pour revenir à la question : certains journalistes et patrons de media seraient-ils payés pour faire mousser des événements, puis pour les enterrer ? Est-ce que leur job serait tout simplement d'appuyer et de s'escrimer à rendre crédibles les mensonges et les fables des dirigeants ?

On se demande comment des so-called journalistes n'ont pas pour premier réflexe d'interroger les témoins les plus proches, à savoir ceux comme Latortue et Chancy qui se trouvaient dans le véhicule blindé de l'excellence fait-président, et de la kyrielle de ratpakapala qui l'accompagnait.

Ces Ms. ne se sont pas seulement contentés de propager la version tèt kale, mais se sont employés à fabriquer de fausses preuves. 

Du temps paradisiaque de la dictature des 2 Duvalier, il existait un Jolicoeur - personnage dont Graham Green s'est inspiré dans son roman "Les comédiens"- aujourd'hui les flagorneurs qui ont repris son héritage sont non seulement moins cultivés, mais, de plus, n'ont pas les limites que bien que porte-parole de la dictature, il savait s'imposer. Le boulot de Jolicoeur était de présenter Haïti sous la dictature comme un pays où il faisait bon vivre, afin d'y attirer les touristes.

D'ou la seconde question :  des pompiers rétribués pour verser de l'huile sur le feu ? 

A l'inverse, celui des radiomen est à usage interne. Ils s'en foutent totalement, contrairement à Jolicoeur, du regard que l'étranger peut  avoir sur le pays. Il s'agit de convaincre les Haïtiens de l'intérieur et de l'étranger que les prédateurs locaux ne sont pas si mal que ça.

Le carnaval de l'inculpé fait président a coûté une fortune, il n'y a eu aucune retombée économique. Mais le projet était excellent...Il témoignait d'une grande sollicitude pour les victimes de Matthew...

La caravane de l'inculpé fait-président a coûté une somme astronomique, on s'interroge sur le suivi. Mais c'est une excellente initiative à soutenir, même si on n'y comprend strictemement rien.

Le stratagème est subtile.

Les radiomen "vendent" aux Haïtiens, l'image d'un pays  gouverné par un homme de bonne foi, et non pas par un inculpé, celle d'un homme assiégé de toutes parts par de méchants opposants prêts à l'éliminer. Comme si Jovenel Moïse n'avait pas un passé...Vous savez,vous, d'où vient JoMo la Panique ?  Et qui sont ceux qui éventuellement voudraient lui faire la peau ?

De quoi s'agit-il ?

De prendre la tête des Haïtiens considérés comme des canards sauvages par Antonio Solà, par des barbares, des sauvages par les dirigeants, par des bouki par les "save" et de provoquer chez eux - à la Duvalier - un réflexe sentimentalo-nationaliste, ouvrant la porte à la soumission et, plus grave, à une sorte de déification à la Duvalier de l'inculpé fait-président, se proclamant lui -même "élu de dieu"  qui serait l'ange persécuté par les démons - toujours comme les 2 Duvalier - ces opposants qu'il lui faut éradiquer, tuer, torturer pour le bien de la Nation.

Il faut comprendre que corruption et blanchiment d'argent sont comme une lessiveuse. Vous mettez dans cette machine à laver : sénateurs, députés, responsables d'organisations civiles, pasteurs, hougan/manbo, curés, mercenaires, patrons d'entreprises privées, artistes, intellectuels, journalistes, ministres, directeurs généraux, présidents... Le tambour de la  machine à laver tourne ne faisant aucune distinction entre ces gens-là qui se retrouvent dans le même panier.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents