Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Argentine : les Mères de la place de Mai, quarante ans de lutte . En Haïti, c'est 40 ans d'amnésie.

Publié par siel sur 2 Mai 2017, 11:59am

Catégories : #NUESTRA AMERICA, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #DUVALIER


« Ils sont en vie… les idéaux des disparus »
Au total, 30 000 opposants ont été éliminés par la milice de droite Triple A ou par la dictature, en vigueur dans le pays de 1976 à 1983. « Trente mille raisons de continuer à se battre », expliquait dimanche une pancarte portée par l’une des 700 personnes présentes à cette marche anniversaire. « Restez vigilantes, restez vigilantes. Ils sont en vie… les idéaux des disparus », ont-elles également clamé.
Lire aussi : La Maison Blanche déclassifie des documents sur des violations des droits de l’homme en Argentine
La fondatrice du mouvement, Hebe de Bonafini, désormais âgée de 88 ans et en chaise roulante, assistait à l’événement. Octogénaires pour les plus jeunes, ces femmes auraient pu abandonner la lutte ou espacer les manifestations, mais le temps n’a pas entamé leur détermination. Elles continuent de se rassembler chaque jeudi à 15 h 30.
En 2003, l’arrivée au pouvoir de Nestor Kirchner avait relancé leurs espoirs. Des centaines de militaires ont été jugés et condamnés pour la répression des opposants à la junte.

Les zentellectuels haïtiens, le groupe dominant non seulement ont inventé -sans honte aucune - que les crimes des 2 Duvalier, des gouvernements militaires et des deux coups d'Etat ( 1991 et 2004 ) étaient pires que ceux de Lavalas, prêchent également l'oubli.

A la limite d'un point de vue philosophique, je ne serais pas contre. Et avec feu le peintre André Pierre, je pourrais dire " il faut laisser les morts enterré les morts et les vivants prendre leur chemin."

On peut effectivement adopter la position de laisser derrière soi une histoire qui a provoqué tant de tragédies dans les familles et à la nation, afin de se tourner vers l'avenir en se délestant de la mémoire de chagrins, désir de justice ou parfois même de vengeance pour créer.

Mais pour que cela puisse se passer, il faudrait encore que les bourreaux et leurs partenaires se portent aux abonnés absents, que les morts enterrent les morts.

Or, à l'inverse, ces bourreaux et leurs complices non repentants - voir le sénateur à l'émission de Kiskeya qui se glorifie d'avoir été un macoute - habitent tous les espaces de direction de ce pays.

Ils ont saccagé le pays, tué  des milliers de gens et ils sont ambassadeurs, Ministres, directeurs d'institution de l'Etat, richissimes blanchisseurs d'argent, patrons de sweatshops d'import (voit lla lettre de Michèle Duvalier à Acra). Et pour l'anecdote - il y en a même un  de ces dégoutants auquel l'Etat a octroyé à un prix dérisoire la franchise des chariots de l'aéroport Toussaint Louverture et qui se fait un magot sur le dos de la diapora.

Une autre anecdote qui montre à quel point ces gens-là sont des psychopathes , c'est précisément  concernant le nom de cet aéroport. Il est remis en question dans une émission de V. Numa où lui-même et le journaliste qui lui sert de chambre d'écho, déclaraient  que l'aéroport aurait dû garder le nom de Duvalier F. et que c'était une usurpation des Lavalas qui auraient "volé" le bien de Duvalier F. pour l'octroyer à Toussaint Louverture.``

Ce n'est pas une blague. Non seulement je l'ai entendu mais j'ai enregistré l'émission  parce que je pense que ce genre d'absurdités représentera pour les générations futures , un sujet de réflexion qui leur offriront des pistes pour comprendre le rôle joué par les "radio men"  dans la dégradation de l'Etat haïtien.

Bien évidemment, ces 2 journalistes très éloignés de la culture démocratique de par leur éducation - ignorent totalement  :

1- qu'un édifice public est construit avec le Trésor public et appartient à la nation et non pas au président à l'origine de sa construction.

2- qu'à partir de cela, dans une démocratie aucun chef d'Etat ne baptise  de son nom - comme l'ont fait Trujillo et Duvalier un édifice construit sous leur administration avec l'argent de l'Etat.

Le centre Pompidou, l'aéroport Charles de Gaulle, l'aéroport Kennedy ont été ainsi baptisés après la mort de ces chefs d'Etat, suite à une décision prise par les parlementaires.

Pour revenir aux 40 années de lutte des femmes de la Place de mai et aux 40 ans d'amnésie, d'Alzheimer et de servitude volontaire de la société haïtienne, Haïti dont l'ensemble des structures sont branlantes,  pour ne pas dire décapitées, pourrait décider non pas d'oublier mais de pardonner.

Mais comment envisager de pardonner à des gens qui ne reconnaissent pas leur culpabilité et qui, mieux, se gargarisent de leurs crimes ?

Comment accorder le pardon à des gens qui, forts de leur impunité et des gratifications qui leur sont accordées, plastronnent dans les sphères les plus hautes de l'Etat, jusqu'à devenir ...président.

Vous avez vu ce type qui a squatté la résidence d'un trafiquant de drogue, usurpant un bien de l'Etat. Ce type est devenu Sénateur de la République. Et personne ni au CEP, ni dans les media, ni dans la société civile pour s'y opposer.

Vous vous rendez-compte de l'obscénité dans laquelle ce pays nage ? Et vous croyez  que ce sénateur voleur d'un bien public, appartenant au parti des Tèt Kale est une exception ?

Eh bien non. L'ensemble de ce gouvernement est fait d'oiseaux du même plumage : l'inculpé fait-président et son Premier ministre fraudeur en tête de la caravane de fraudeurs.

Voici pourquoi ce pays fait du sur place, du pareil au même.

Et pourquoi l'option du pardon n'est pas envisageable dans ces conditions.

Pour pardonner et tourner le dos à ces moments horribles de l'histoire, il faudrait que ces hommes et femmes, véritables psychopathes,  disparaissent de l'environnement politique. Or, c'est tout le contraire : "le blanc" les aime pour tout le mal qu'ils infligent à la population.

Une dernière anecdote qui illustre les déviances de ces dirigeants. Rappelez-vous le cas de ces policiers assassinés et dont les auteurs intellectuels désignés étaient des députés tèt kale.

Que s'est-il passé ? Les parlementaires ont refusé de lever leur immunité. Ils ont préféré sacrifier des policiers au service de la sécurité de la population.

Voci de quelle manière fonctionnent les psychopathes. Non seulement aucune empathie pour les parents des victimes, mais aucun respect pour le droit et la justice.Et donc mépris total/capital pour la population.

Les Haïtiens n'ont pas compris qu'il et impossible de se fier à des psychopathes.

Vous avez vu le regard de JoMo la Panique, vous avez entendu le timbre et les accents de sa voix, la teneur de ses propos , son "moi -je", comme si le type avait récolté  des millions de voix et non pas à peine 500 000 ?

Je vous rappelle une définition sommaire du psychopathe :

"Le mépris d’autrui comme moteur
Séduction superficielle, loquacité, surestimation de soi, narcissisme exacerbé, froideur émotionnelle, manque profond d’empathie… Tels sont les premiers traits de personnalité..."

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents