Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Pourquoi le pays d'Haïti est-il redevenu en 13 ans ( 2004-2017) un espace hanté par des Zombis et des prédateurs ? (mis à jour)

Publié par siel sur 3 Mai 2017, 11:46am

Catégories : #REFLEXIONS perso, #INTERNATIONAL, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

"L'Homme d'Agitrans", un zombi élu par dieu pour bananer la population haïtienne

"L'Homme d'Agitrans", un zombi élu par dieu pour bananer la population haïtienne

"La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent."Albert Einstein

Comme vous le savez, il est bien plus facile de détruire que de construire.

Comme vous le savez également,  transiter de 29 ans + 4 + 3 de dictature à la démocratie n'est pas une mince affaire. D'autant plus ardue que la population, à l'inverse de la situation post-dictatoriale au Chili, en Argentine par exemple, était en majorité analphabète et n'avait, pendant cette période paradisiaque pour les prédateurs, accès à aucuns soins. Malnutrition et infections comme du temps de l'esclavage terrassaient les plus pauvres.

Les plus sains, les plus djanm prenaient la fuite en kanntè,  en barque, à pied et en avion pour ceux qui en avaient les moyens.

On connaît les drames, morts par noyades - peu d'Haïtiens sachant nager-  provoqués par ces traversées dans des embarcations de fortune.

Ce mouvement d'émigration forcée est ce que les fascistes duvaliéristes appelaient et appellent encore : l'exil volontaire.

On sait qu'une mafia - toujours restée impunie - alliée au régime dictatorial, encourageait et organisait ces départs, lesquels lui permettait non seulement de faire du fric, mais de plus de s'emparer des terres des paysans qui s'endettaient pour financer leurs passages.

Aujourd'hui, après une petite accalmie au moment du bref temps de l'administration Lavalas - constat vérifiable dans les statistiques US - la situation est la même. Seules les destinations ont changé pour cause de portes fermées et tout particulièrement pour les Haïtiens, considérés plus ou moins comme des pestiférés - en tous les cas comme des indésirables - dans les pays de la région et en Europe.

Le retour des prédateurs, criminels et enfants de criminels,  au pouvoir et dans tous les coins et recoins de l'administration, comme je l'avais prévu en 2004 - ce pourquoi les Grenn nan-bounda infantiles qui,  aujourd'hui, tentent de prendre leur distance avec Guy Philippe ne sont pas crédibles. Alors même qu'ils l'acclamaient en 2004 et que celui-ci à plusieurs reprises avait déclaré qu'il était le bras armé du mouvement GNB pour décapiter Aristide. Et plus généralement éradiquer la mouvance progressiste post-1986.

Ce qu'il a accompli. Et on peut comprendre sa frustration devant l'ingratitude et le mépris affiché de ceux qui sans lui - et la CI bien entendu - ne seraient pas là où ils sont aujourd'hui : les Martelly, les Brunache, les Jean-Robert Estimé blanchi de son affaire de pédophilie à Madagascar, les Racine, les Max Adolphe, les Supplice, les Cinéas, les Avril, les Lucas, les Delva, les Valet, les Raymond, les Jolicoeur-Brutus, les Jeudy, les Benjamin, les Boulos, Apaid, Acra,  Brandt, les Guillaume I, II , III, les Lafontant et j'en passe...

Chacun connaît parfaitement les patronymes de ceux qui ont fait régner la terreur en Haïti. ou en ont été complices. Et sinon, ils suffit d'une recherche sur le net pour les retrouver. 

Bien entendu, ceci ne signifie pas que tous les enfants de macouto/militaro/duvaliéristes ont épousé les idées fascisantes de leurs parents. Par contre, ce qui est certain c'est que leur histoire commune a créé des liens entre eux.

Pour Guy Philippe, Jovenel Moïse  directement et indirectement lui doit d'avoir été fait-président. Et voici que que lui croupit dans une prison aux USA, alors que son ex-partenaire en crimes est appelé "son excellence" et s'autorise d'organiser une caravane carnavalesque pour se remplir les poches et celles de ses potes de per diem. Quelle mauvaise fortune !

De sont point de vue, c'est effectivement injuste. On peut comprendre l'ampleur de sa frustration et celle de ses partisans. Mais, comme dit le dicton : pour dîner avec le diable il faut une cuiller longue.

Guy Philippe dans la même lignée que les mégalos Duvalier François, Martelly et Jovenel Moïse - attention il ne s'agit pas de gènes mais de culture et d'éducation - parlait de "mon peuple de la Grand'Anse"  et se voyait en héros, un superman presque dieu ( à la Jovenel Moïse et ses radotes antediluviennes à base de "tout pouvoir vient de dieu")  qui serait magnifiquement récompensé pour son travail de déstabilisation du pays.

Pour répondre à la question posée : "Pourquoi le pays d'Haïti est-il redevenu en 13 ans ( 2004-2017) un espace hanté par des Zombis et des prédateurs ?"

Tout simplement parce qu'il se retrouve aux mains de la même catégorie d'individus dont la culture familiale est basée sur le mépris, le non respect des lois, la prédation et la violence.

Si la CI et les oligarchies de la RD et d'Haïti et les classes moyennes pour la majorité issues de ce groupe de "dîneurs en blanc",  ont choisi d'imposer à la tête d'Haïti ces gens-là, c'est avant tout pour leur incompétence,  leur corruption. et leur savoir-faire dans la macaquerie, la supercherie et l'exercice de la violence.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, une satrapie au pouvoir engendre la "zombification" de la population, le dysfonctionnement de l'Etat, la corruption, l'absence de justice et la régression au temps d'avant - celui paradisiaque chanté  par les directeurs d'opinion, tous plus ou moins fils de "qui vous savez" - de la prédation sans complexes.

Pour paraphraser le Ti-comik, JoMo la Panik : " Dieu m'a choisi entre tous pour vous diriger  parce qu'inculpé pour suspicion de blanchiment d'argent."

Dieu ? Ou "le blan" ? Les Haïtiens vous diront qu'il s'agit de synonymes.

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent."Albert Einstein

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents