Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie

Publié par siel sur 9 Mars 2017, 00:39am

Catégories : #REFLEXIONS perso, #INTERNATIONAL, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire...

Dès sa prise de pouvoir, Martelly a commencé par déconner.

Il y a trois  événements  parmi des dizaines d'autres dans lesquels Martelly joue le rôle principal, qui m'ont marquée  parce qu'ils sont advenus au début du régime Woz/rakèt , que la presse ni haïtienne ni internationale ne les ont mentionnés, que sur les réseaux sociaux les robots de l'Espagnol Antonio Solà se sont activés pour transformer les victimes en coupables, - comme ils le font actuellement avec les 2 journalistes - et que ça annonçait la couleur de ce que serait le régime tèt kale Woz rakèt et  la nature de ceux qui y collaboraient.

I - LE RARA

Il a fait son rara dans les rues de Port-au-Prince accompagné de ses malfrats, a voulu s'imposer à la fac d'Ethnologie où se tenait un colloque. Notons que si  Martelly avait annoncé sa visite, comme il se doit, les étudiants l'auraient sans doute accueilli comme on reçoit un chef d'Etat.

Mais non, le type en chemise et en pantalon court dans les rues de Port-au-Prince et, tout soudain, l'idée lui vient à l'esprit de pénétrer dans la fac.

S'en sont suivies bagarres, blessures - l'un des sbires de Martelly a cruellement mordu un étudiant au visage - et dommages matériels.

Les media ont fait silence sur ce comportement débile d'un président qui court dans les rues de Port-au-Prince et décide de forcer les portes  d'une université comme s'il s'agissait d'aller faire un tour dans un bar. Et bien entendu de la violence engendrée par cette intrusion.

"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie

Les mêmes qui ici justifient ses insultes scatologiques au carnaval des Cayes, au prétexte que le type voulait régler ses comptes avec deux journalistes qu'ils désignent à la population, comme pratiquement des gens à abattre, avaient jugé que les étudiants étaient les coupables. Quoi ! De ki prevyen ! ils osaient refuser l'entrée à "l'Excellence "alors que même si celle-ci s'était présentée en culotte tanga, il aurait été de leur devoir de s'incliner devant " l'Excellence", et de lui dire "peyi a se pou ou,ou  mèt fè sa ou vle.".

Tous des "kokorat" ces étudiants, des gens qui refusent de "kite peyi a mache"

II - L'accident  sur la route de Milot

De même, quand quelques temps plus tard, il s'est mis en tête d'aller visiter la Citadelle, de se comporter comme un sagouin avec son ministre de la Culture - qui l'a bien mérité parce que traitre, aganman , caméléon, cinquième colonne et veule -  le voici , Martelly, qui démarre comme un cinglé sur sa moto Polaris - des joujoux qu'ils s'étaient payés aux frais de l'Etat pour jouer au parvenu, style dealer de drogue qui ne se refuse rien comme montré dans la vidéo ici - et provoque un accident grave, parce que ses agents de sécurité ont fait des excès de vitesse en voulant le rattraper.

Des gens qui se trouvaient sur le parcours ont été blessés. Et pire, une enfant qui se trouvait à l'intérieur de sa maison a été défigurée par une pièce de moto qui l'a frappée au visage.

La presse, encore un fois s'est tue. Ni vu, ni connu.

Ici, bien entendu, cela aurait provoqué un énorme scandale. Et, immunité ou pas,  le président Hollande  aurait été obligé de présenter ses excuses et de dédommager l'enfant et les autres blessés.

Vous savez quelle a été la réaction de ces salauds d'Haïtiens appartenant à l'extrême-droite ?

Sans aucune honte, ils ont décidé que les victimes étaient les coupables. Si ces paysans ont  été blessés,  c'était de leur faute, parce que, selon ces salauds tèt kale, depuis sous les Duvalier ces pauvres ont pris l'habitude de se masser aux abords des cortèges officiels dans l'espoir d'un "lancer" de gourdes.

Des ignorants, des analphabètes, ces paysans qui n'ont pas assimilé  que le malade mental  fait-président par les Clinton et les oligarchies de la RD et d'Haïti, formaté par l'Espagnol colonialiste, Antonio Solà,  juché sur sa moto Polaris avait droit de vie et de mort sur eux, comme du temps de l'esclavage.

Alors que démentant cette thèse raciste,  l'on peut voir sur les photos que ce sale peuple se tenait debout sur un muret surplombant la route et que ce sont les projections des motos cassées qui sont allées le frapper.

 

"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie

III -Le footing de l'aéroport à Port-au-Prince.

Martelly, si vous faîtes un effort pour vous en souvenir - les documents se trouvent sur le net pour vous rafraîchir la mémoire au besoin - était parti en voyage question d'engranger  ses per diem et d'éviter d'être présent - lâcheté que j'ai évoquée ici, laissant à son pote (son amant ?) Mayard Pierre-Paul, à l'époque ministre de l'Intérieur le soin d'arrêter Bélizaire, député,  et jouissant selon la loi haïtienne de l'immunité.

Lequel Bélizaire, s'est converti  récemment au tèt kaleism (money, money)  et aujourd'hui comme tout nouveau converti se montre plus woz-rakèt encore que Mme Milford, la dirigeante du parti des Haïtiens au crâne rasé.  Prêt à manger quiconque se dresserait contre "l'Homme banane". Une nouvelle recrue gwo ponyèt, style Roro Nelson,  pour les  "moun san cheveu" .

Donc, après l'échec de l'arrestation de Bélizaire, Martelly s'en retourne comme si de rien n'était en Haïti.

Et l'idée lui prend - ou celle d'un de ses conseillers du genre Richard Doré - d'organiser une manif pour redorer son blason mis à mal avec cette arrestation illégale - bien qu'il ait juré ses grands dieux qu'il n'était au courant de rien et que c'était "ti mayapòl"  qui en portait l'entière responsabilité.

Au cours de cette "randonnée" de l'aéroport Toussaint Louverture à Port-au-Prince, sous le soleil et avec la pression de contenir la foule, un jeune policier a perdu la vie, suite à un arrêt cardiaque. Sait-on même s'il avait mangé ce matin -là ?

 

"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie
"Il n'y a pas une seule des actions des Tèt kale qui n'ait abouti à une catastrophe". L'exemple du décret pris par Martelly concernant l'Arcahaie

Ce ne sont que trois exemples parmi des dizaines d'autres.

Les 5 ans de Martelly ont été marqués par une volonté délibérée d'humilier le peuple haïtien, de fouler aux pieds son histoire récente - illustré par sa décision de refaire vivre le carnaval des fleurs - une insulte  non seulement  à ceux qui ont été des victimes du duvaliérisme - mais en l'organisant à la date de l'occupation américaine - une gifle à tous les résistants à cette occupation et aux paysans qui en ont payé le prix le plus fort en étant chassés de leurs terres.

De piétiner également son passé - comme illustré par son apparition en jeans et bottes à la messe de commémoration de la mort de Dessalines à l'église de Dessalines-ville.

Martelly a utilisé avec constance et détermination toute une panoplie de signes, symboles, gestes, faits et  paroles pour dégrader l'image d'Haïti et avilir les Haïtiens.

Il s'agit d'une malveillance sciemment élaborée par, notamment l'Espagnol Antonio Solà, nostalgique de l'empire colonialiste espagnol, qui s'est concrétisée dans tous les domaines : 

- politique ( refus d'organiser des élections et choix d'agents intérimaires pour remplacer les maires élus, gouverner par décrets)

- économique (arnaque du Psugo, pillage du fonds petrocaribe, contrats de reconstruction bidon,  cession d'une partie de l'ïle de la Gonâve à des entités inconnues)

- sécurité ( création d'escadrons de la mort sous prétexte de refonder l'armée, cession de la surveillance des frontières à une entreprise israélienne HLSI, laquelle n'a aucune expérience dans ce domaine)

- social ( promotion de la prostitution - pour rappel son appel au tourisme avec son Haïti qui peut vendre aux touristes ses belles femmes, encouragement des pratiques vénales  et de corruption avec l'achat des consciences selon le motto : tout homme est achetable;  déclarer dans un entretien à une télé étrangère, TV5, que tous les Haïtiens sont des voleurs)

-moral (promotion du kakabounda, principal et seul argument de ses partisans sur les réseaux sociaux, avilissement des femmes par des propos grossiers, tels que ceux adressé lors d'un de ses meetings à une participante et au cours de son carnaval à Mme Liliane Pierre-Paul)

Le bilan de ce fait-président par les 2 Clinton, de cet homme plein de "sollicitude envers son peuple" (Courtoisie Baron Duval du Nouvelliste) est un saccage dans tous les domaines du pays.

A l'image de ce qui avait été fait par Duvalier François, avec des moyens plus ou moins similaires : appauvrissement et exil programmés de la population,  gangstérisme, clientélisme, propagande et intimidation.

Avec les mêmes alliés : CI, oligarchies du pays et de la RD, classes moyennes en quête d'ascension sociale et prête à se soumettre à toutes les turpitudes pour  y parvenir.

D'où leur tonitruant silence au cours des 5 années du mandat de Martelly, et leurs "grignen dan et soukwe tchatcha"  à l'écoute des obscénités déversées sur leurs têtes au cours du carnaval de Martelly aux Cayes.

Alors, oui, Antonio Solà a raison, les Haïtiens sont des "canards sauvages". Et tout particulièrement, ceux qui représentent les églises, les media, la justice, la police, la société civile, les organisations, les syndicats, les élus dit du peuple, le secteur privé... Tous complices.

D'ailleurs après les avoir "canardé" pendant cinq ans, il s'apprête à les "bananer" pendant 5 autres années.

L'objectif de la CI en plaçant Martelly à la tête de l'Etat, puis Jovenel Moïse, deux incompétents pour le poste,  a été atteint. Il s'agissait de mettre à terre,  et le tremblement de terre est survenu pile poil pour - comment dirais- je, - accélérer le programme de destruction de l'Etat, de la société afin de permettre à cette "nouvelle Haïti"(sic) d'ouvrir ses veines aux intérêts internationaux.

La prestation de Martelly au carnaval des Cayes et l'absolution qui lui a été donnée par les autorités nationales, religieuses and co.,  et celles de la CI - qui en d'autres occasions n'hésite pas à se mêler des affaires intérieures d'Haïti- montrent à quel point ce comportement arrogant, sot et vulgaire d'un ex-président, loin de les déranger, va dans la direction où ils ont l'intention de mener le peuple haïtien : déshumanisation et génocide.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents