Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Not my president/ Pas mon président... disent ceux qui s'opposent à la politique de Trump

Publié par siel sur 20 Février 2017, 23:35pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #INTERNATIONAL, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE

Un truc qui m'a toujours étonnée, c'est l'assertion en Haïti, que si une personne est élue président(e) elle devient automatiquement président (e) de tous les Haïtiens, quelles que  puissent être leurs opinions politiques.

C'est ainsi qu'on a vu les "directeurs d'opinion" inutile de les nommer, rameuter l'opinion avec des affirmations telles que,  qui qu'il soit et quoi qu'il fasse Martelly était leur président et que Tous les Haïtiens lui devaient le respect - même quand il traite de putain une femme- , parce que soi-disant il était le premier d'entre eux.

Martelly, spécialiste en "kakabounda",  premier parmi les Haïtiens, Jovenel Moïse, inculpé pour suspicion de blanchiment d'argent, premier parmi les Haïtiens; Voici ce à quoi la CI a réduit le pays de Toussaint Louverture, de Pétion et de Dessalines.

Ce que bien évidemment ils ne disaient pas concernant Aristide - qui il me semble est le seul président qui n'était pas celui de TOUS les Haïtiens - même les 2 Duvalier avaient droit à cette position.

Généralement, en Haïti, dès qu'il y a un type qui désire mettre un semblant d'ordre dans l'Etat vous savez que ses jours sont comptés et que les peaux de bananes seront mises  à chaque instant, à chaque minute sur son chemin.

Bref, ne revenons pas sur une histoire que chacun connait parfaitement - en dehors des  partisans du chaos, qui comme le disait cet ex-ambassadeur des USA en Haïti, s'enrichissent mille fois plus dans des situations de désastres. D'ailleurs ce sont les mêmes amateurs de désastres qui ont financé M."Nèg Bannannan nan" sachant parfaitement qu'il était le candidat idéal pour installer et faire perdurer le chaos, de même que Martelly avant lui.

Etre président d'un pays ne signifie pas être président admis par tous les habitants de ce pays. C'est-à-dire que TOUS les citoyens se reconnaissent en lui, approuvent sa politique et le considèrent comme leur berger.

Est-ce qu'en tant qu'Haïtien, vous avez l'obligation d'être fier et heureux d'avoir pour président sélectionné par la CI un "bandi legal" ou un "nèg bannann nan" ? De vous reconnaître en lui et d'approuver toutes ses incivilités et imbécilités ?

Ce n'est pas parce qu'Antonio Solà pose avec Jovenel Moïse et met en légende à la photo " mon président" que M.  "Nèg  Bannann nan"devrait être celui de TOUS les Haïtiens.

D'abord pourquoi le président de l'Espagnol Antonio Solà serait celui des Haïtiens ?

En quoi les intérêts de l'Espagnol Antonio Solà et de ceux qui payent ses services ont à voir avec ceux du peuple haïtien ?

Est-ce qu'il suffit qu'un type soit formaté par Antonio Solà, financé par les oligarchies de la RD et d'Haïti, fait président à partir de fraudes et de fric pour qu'automatiquement TOUS les Haïtiens le reconnaissent comme leur président ?

Telles que les choses ont été programmées et réalisées "L'Homme d'Agitrans"  serait de préférence,  effectivement,  le président de la CI et des oligarchies et des secteurs du monde underground.

JOMO la Panique serait effectivement leur président.

Celui d'une république bananière.  Installé par ceux qui ont les media, les armes et le fric - l'argent pour "satisfaire leurs intérêts" comme si bien dit, pragmatiquement n'est-ce pas,  par le Professeur Desroches.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents