Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lu sur le net, concernant le racisme en Haïti

Publié le 10 Février 2017, 21:19pm

Catégories : #LU SUR LE NET, #RACISME, #REFLEXIONS perso

Mon cher Irele,

That Haitians in general hate being Black, I have said it over and over. The article below is something rare: a Haitian writer, a Haitian intellectual, tackling the subject of race in Haiti, the so-called first Black republic, the inventor of Négritude. The reality is that Haitians of all social classes, except rebels like me, have internalized the Western racialist paradigm and quite readily embrace the hierarchy of races established at the time of the European conquest of the rest of humanity in the 16th century.

TRAD
Mon cher Irele,
Que les Haïtiens détestent être Noirs, je l'ai dit encore et encore. L'article ci-après est quelque chose de rare : un écrivain haïtien, un intellectuel haïtien qui s'attaque au sujet sur la ace en Haïti, la soi-disant première république Noire, celle qui a inventée la Négritude. En réalité, les Haïtiens issus de toutes les classes sociales, à l'exception de rebelles de mon genre, ont intériorisé le paradigme racialiste et ont embrassé rapidement et volontiers la hiérarchie des races établies au moment de la conquête européenne du reste de l'humanité au 16ème siècle.

I hope this article gives you an idea why Haitian intellectuals are quite indifferent vis-à-vis Africa (they don't study the continent and they don't write about it; in fact they generally consider themselves superior to Africans and “African” is sometimes used as an insult); why they never write about race; why they contributed very little to the great decolonization struggle of the post-war period (I'm not aware of any Haitian text of substance on the subject); why there is no Haitian Frantz Fanon; why Haitian writers do not write the kind of novel about the Black immigrant experience in Europe or North America produced by Caribbean and African novelists (if you hear them they have never faced racism and they had the French in awe while they lived in France) In brief, Haitians repress the reality of racism, but in good Freudian fashion racism always returns to bite them in the ass. And after the White man has kicked them, they turn around they kick their congeners. Notwithstanding the tiresome discourse about 1804, Haitians very readily submit to Whites. Now do you wonder why Haiti such a low hanging fruit for Western imperialists? Now do you wonder why Haiti is so fucked up?

TRAD
J'espère que cet article te donnera une idée de pourquoi les intellectuels haïtiens sont assez indifférents vis-à-vis de l'Afrique ( Ils n'étudient pas le continent et n'écrivent pas sur lui; en fait ils se considèrent généralement comme supérieurs aux Africains et "Africain" est parfois utilisé comme une insulte. tu comprendras pourquoi ils n'écrivent jamais sur le sujet de la race; pourquoi ils ont très peu contribué à la grande lutte contre la décolonisation intervenue après la seconde guerre mondiale ( je n'ai mention d'aucun travail d'Haïtien sur sur le sujet) ; pourquoi il n'existe pas de Frantz Fanon haïtien; pourquoi les écrivains haïtiens n'écrivent pas de romans du type de ceux produits par ceux de la Caraïbe et de l'Afrique sur l'expérience des migrants Noirs en Europe et en Amérique du Nord ( à les entendre, ils n'auraient jamais été confrontés au racisme et témoignaient une grande admiration pour les Français quand ils vivaient en France.

Pour faire court, les Haïtiens se dissimulent la réalité du racisme, mais à la bonne manière freudienne, le racisme revient toujours les mordre au derrière. Et après que l'homme Blanc leur ait donné un coup de pied, ils se retournent pour en donner un à leurs congénères.
Comprends-tu maintenant pourquoi Haïti est un fruit pendant à portée de main, si facile à cueillir pour l'impérialisme occidental ? Maintenant est tu étonné qu'Haïti soit si totalement foutue ?
Bonne lecture, cher ami.

Ce commentaire accompagne l'envoi de l'article. Et il vient corroborer ce que nous disions ici.

L'exemple de "l'honorable"(sic)  sénateur Zenny crachant à la figure d'un Juge et de sa déclaration  : 'Tu es Noir, je suis Blanc, tu me dois du respect" passée comme une lettre à la poste. L'absence de réaction face à cette expression flagrante de racisme, montre à quel point il est accepté - voire approuvé -   et vu l'absence de sanctions ou de même de remontrances officielles -  légalisé dans un état devenu une zone de non-droit.

Comme le"bandi legal" de Martelly, ses pots-de-vin de Bautista, ses per diem à 20 00$US, ses insultes à caractère pornographique à l'encontre de la journalsite  Liliane Pierre Paul font rire.

Et comme l'auteur le fait remarquer de tels comportements se passent dans la soi-disant première République Noire, soi-disant lieu où"la négritude s'est mise debout".

Quel grossier  violent  et humiliant travestissement  !

Il suffit par ailleurs  de lire  la charge de racisme, de sentiment d'infériorité, de rage, de mépris pour leurs congénères haïtiens,  la violence verbale, les mots sales, les incitations à la haine, à l'extermination, charriée dans  les commentaires. Et comment ceci est accepté à la fois par le journal  Le Nouvelliste et par ses lecteurs pour comprendre comment profonde et enracinée est cette intériorisation du  "paradigme racialiste " Il aura fallu que la parole se libère sur internet pour prendre la mesure de cette pathologie.

"Haïti, ce fruit qui pend à portée de main et facile à cueillir", est exactement ce que les Clinton, Antonio Solà ont compris et qui leur ont permis d'installer à la présidence du pays d'abord ,un vrai  "gouyadeur", puis un  supposé "blanchisseur."

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents