Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


De l'importance des réseaux sociaux face aux versions officielles des faits

Publié par siel sur 16 Février 2017, 22:35pm

Catégories : #INTERNATIONAL, #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE

Les réseaux sont aussi un moyen pour ceux qui les utilisent de filmer et photographier ce qu’il se passe devant eux, enregistrant leur vision des faits et, le cas échéant, rectifier la version officielle.
C’est ce qui s’est produit lorsque la préfecture a affirmé, le 11 février, que les policiers avaient sauvé une fillette dans une voiture menaçant de prendre feu, à Bobigny, après des affrontements avec des manifestants. Emmanuel Toula, 16 ans, a expliqué au Bondy Blog qu’il avait secouru la fillette. Son témoignage ainsi qu’une vidéo d’un autre témoin qui l’a aidé à secourir l’enfant sont partagés en ligne, repris par d’autres médias, obligeant la préfecture de police à revenir sur ses propos et à saluer le courage du jeune homme… dans un tweet.

De l'importance des réseaux sociaux face aux versions officielles des faits

Imaginez une seconde ce qui se serait passé si les habitants de Cité Soleil avaient eu des portables les photos qu'ils auraient pu faire lors du raid meurtrier au petit matin, alors que tout le monde dormait, organisé par M. Mulet - que l'ambassadeur  US de l'époque avait qualifié d'usage excessif  de la force.

Ces images d'enfants tués en plein sommeil auraient fait le tour du monde.

Mulet aurait  été viré. Martelly n'aurait pas été élu. Les tèt kale et leur actuel président n'auraient pas eu l'occasion d'organiser leur prédation systématique de l'état.

Bon. On ne refait pas l'histoire. Et puis, vu la misère régnante ce n'est pas demain la veille que les systématiquement maltraités auront un portable + l'accès à l'internet.

Ce qui laisse de beaux jours aux violents prédateurs qui ont en main les journalistes, qui comme ceux de Radio Caraïbes, grignent leurs dents, gloussent jouissivement quand un ex-président se conduit comme un adolescent retardé.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents