Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Que faire en 2017 ? Lettre ouverte aux progressistes. L’Histoire brûle à nouveau. - Par Fabrice AUBERT

Publié par Fabrice AUBERT sur 2 Janvier 2017, 13:00pm

Catégories : #INTERNATIONAL

J'ai lu ce texte de Fabrice Aubert qui expose l'état de dangereuse déliquescence dans lequel se trouvent les sociétés occidentales, sur les enjeux des prochaines élections présidentielles en France, tout ceci à partir  d'une réflexion sur l'histoire passée et le rôle prépondérant joué par l'économie dans l'histoire des peuples.

Un texte dont le message est clair : l'insoumission indispensable, pour sortir du chaos des guerres, du terrorisme et de l'exploitation - à un moment où la pauvreté en France rappelle celle du Moyen-Age -  pour éviter les boucheries que nous promettent les oligarques en appliquant des politiques qui jettent les gens au chômage, dans la précarité, dans la mendicité - Venez à Paris, la capitale du pays des "droits de l'Homme" voir le nombre de personnes qui, par un froid glacial comme en ce moment, dorment à même le trottoir sur  les bouches d'aération du métro qui renvoient de l'air chaud - des jeunes et des âgés, des femmes et des hommes.

Description qui renvoie peu ou prou à celle d'Haïti - les peuples du monde se retrouvant dans la même galère d'insécurité créée par les oligarques - où l'insoumission se traduit par ce mot d'ordre : nou pap obeyi, nous n'obéirons pas.  

Je trouve assez - quel serait le mot exact : dérisoire, irresponsable, tragique ? -  que des gens qui font métier de penser déclarent apporter leur soutien à Jovenel Moïse.

De manière correcte ils devraient dire : je soutiens l'Espagnol, Don Antonio Solà et son programme de dap piyan sur les ressources d'Haïti.

Ce qui correspondrait  plus à la réalité, Jovenel Moïse, je l'ai déjà dit à plusieurs reprises et montré ici, n'étant qu'un artefact (Phénomène artificiel ou accidentel lors d'une expérience scientifique ou une observation.)

 Ou pour coller plus à la réalité, un personnage virtuel  sorti d'une boîte à malices. 

Haïti s'apprêtant après plus de 200 ans d'indépendance à avoir, non pas le président de doublure dont il avait l'habitude mais, nouvelles technologies et "cybercasting" obligent, un président virtuel animé par un comédien.

 

Que faire en 2017 ? Lettre ouverte aux progressistes. L’Histoire brûle à nouveau. -  Par Fabrice AUBERT

PERSONNAGES VIRTUELS

L’ANIMATEUR DE VOS PROCHAINS ÉVÉNEMENTS !
Le personnage virtuel anime avec énergie vos événements et entraîne le public dans votre univers. Il intervient en direct auprès de vos visiteurs en réagissant naturellement et spontanément.

C’est un animateur capable de jouer de nombreux rôles, et qui vous permet de délivrer vos messages de façon conviviale et ludique. Afin de créer du trafic sur votre stand, le personnage virtuel divertira et informera vos clients et prospects, il les fera jouer à différents mini jeux ou encore il interviewera vos invités…

Pendant une convention, un salon ou une soirée, cet animateur original catalysera l’attention du public et créera un lien affectif avec celui-ci.

Contrôlés par un comédien, les personnages virtuels peuvent être créés sur mesure ou bien personnalisés si vous optez pour l’un des personnages de notre cybercasting.

 

Je ne m'attends pas à ce qu'un intellectuel haïtien lise un article qui force à réfléchir - de plus, comble de l'hérésie : "vade retro satanas" -  rédigé par un "kominis".

Mais ce qui serait amusant ce serait de le donner à lire aux 4 candidats à la présidence et de leur demander un analyse - une dissertation comme à l'école. Dîtes-nous ce que vous avez compris de ce texte, Mme Maryse Narcisse, M. Jude Célestin, M. Jean-Charles Moîse et M Jovenel Moïse ?

Ce qui servirait de test d'évaluation - comme pour une embauche - de leurs capacités à occuper le poste de président de la République.

Je mets ma main à couper qu'à cet examen trois d'entre eux remettraient leurs copies en fonction de leurs connaissances et expériences, sans tricher.

Et que le quatrième ferait appel à son "souffleur" et manager de sa campagne.

Cet exercice pourrait s'appliquer également aux candidats parlementaires. On  pourrait commencer par des questions simples : qu'est-ce qu'un budget ? Comment l'Etat équilibre son budget ? Quelles sont les fonctions régaliennes de l'Etat ?

Les copies  (anonymes pour éviter la corruption) seraient corrigées par des étudiants  en économie et sciences politiques. Et ceux qui n'obtiendraient pas la moyenne seraient purement et simplement recalés.

Bel exercice de démocratie, non ?

Quel est le nombre de de ceux siégeant au parlement actuellement, d'après vous, à pouvoir répondre à ces questions ?

Comme dit le proverbe haïtien : on peut conduire la couleuvre à l'école, mais la faire s'asseoir, c'est une autre paire de manches.

Commenter cet article

AUBERT 03/01/2017 23:00

Merci d'avoir repris mon article. Bravo pour votre présentation de celui-ci que je partage totalement
Fabrice

siel 04/01/2017 02:00

Ce serait plutôt à moi de vous remercier, m'étant appuyée sur votre texte pour faire une analyse des élections en Haïti. Le candidat des oligarques a gagné - comme programmé. Bonne Année et... "nou pap obeyi "

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents