Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


A propos des l' interprétation du rapport de l'UCREF faite par le journaliste Gary Pierre Paul Charles...

Publié par siel sur 25 Janvier 2017, 11:30am

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #REFLEXIONS perso

Gary  Pierre Paul  Charles se dit un journaliste compétent - ce qui en Haïti m'a tout l'air de correspondre à un journaliste qui hurle dans son micro, roule les RRR, accentue certains mots ou syllabes comme un mauvais comédien - franchement insupportable cette manière infantile de crier en pensant que donner de la voix donne automatiquement de la force à leurs propos. Il faut vraiment être Haïtien, tout accepter et tout subir, pour appliquer la résilience, même à l'écoute de la radio.

En Haïti les gens ont la tête fracassée entre les prêches des journalistes et ceux des pasteurs....Les deux professions devraient comprendre qu'on peut s'exprimer sans avoir en main un marteau et un clou.

Au sujet de la lettre de la BNC  attestant que le compte est en gourdes et non pas en dollars US,  qui arrive seulement le 10 janvier alors que le rapport est public depuis le mois d'août, on est en droit de s'interroger sur le timing et la véracité de cette attestation qui n'est signée par aucun des patrons de la banque, qui n'en porte que le sceau et bizarrement les signatures  des deux intéressés Jovenel Moïse et son épouse.

Il  me semble que la banque aurait  tout  intérêt pour sa réputation à se blanchir elle-même en sortant cette attestation, dans la mesure où elle serait elle-même impliquée de complicité en  ayant accepté de fermer les yeux sur le montant de ces dépôts en gourdes ou en dollars, en espèces, en contravention avec loi sur le blanchiment des avoirs.

De sorte qu'on pourrait se demander si le non suivi donné à ce rapport ne serait pas lié à une intervention de la BNC elle-même.

Au sujet de l'achat des véhicules : acheter une vingtaine de voitures à crédit en une journée et avoir remboursé ce crédit n'est en rien une preuve en soi de non-blanchiment.

Le  crédit  fait chez le concessionnaire (sorte de crédit à la consommation) et non pas à partir d'un crédit bancaire pourrait avoir été remboursé en espèces.

Il me semble que d'une manière générale, les Haïtiens ne comprennent pas le processus qui permet de faire rentrer de l'argent sale dans le système et de le ressortir lavé.

J'ai déjà expliqué que l'achat à crédit est une des pratiques utilisées pour le blanchiment, à partir du moment où la banque ou le magasin autorisent le client à rembourser  ses dettes en espèces.

Ensuite, les voitures achetées à crédit chez les concessionnaires sont revendues de manière à récupérer de l'argent propre. Cette revente des véhicules, ll me semble que c'est précisément ce que M. Jovenel Moïse a fait, alléguant qu'il n'avait plus l'usage des ces voitures pour x ou y raisons.

L'enquête devrait prouver que ce crédit a été remboursé avec des chèques  et non pas en espèces. Et par ailleurs "nèg bannann nan" le dénommé Jovenel Moïse devrait montrer, documents à l'appui, qu'il a bien revenduet à qui,  ces 24 ou je ne sais plus combien de voitures achetées en un seul jour.

L'attestation d'AutoPlazza ne vaut rien en regard de la loi anti-blanchiment. Oui, Jovenel Moïse a bien remboursé ses crédits, mais comment ?

Pas plus que celle de la  BNC qui devrait fournir les preuves de ces dépôts en gourdes même s'ils ont été faits en espèces.

Concernant cette polémique entre gourdes et dollars, un économiste me disait que M. Moïse serait un bien piètre homme d'affaires, vu la déprécation de la gourde, de n'avoir pas échangé cette somme pour des dollars US.

A part cette forme de communication parfaitement horripilante, le journaliste fait une lecture partielle du rapport, se focalisant uniquement sur le compte en dollar, l'achat des voitures et les faits qui favorisent son  argumentaire : les 2 attestations respectivement de la BNC et d'Autoplazza.

Or, les irrégularités sont nombreuses dans ce rapport - les dettes à la DGI, le démenti de de prêt de la Scotiabank, les chèques aux destinataires "inconnu" Etc. Voir les observations faites ici.

Des irrégularités qui peuvent résulter de "simples"  magouilles tout aussi bien que du  blanchiment d'argent

Aussi, il est impératif que cartes soient mises sur table avant que M. Jovenel Moïse ne prête serment en tant que président.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents