Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Rezo Nodwès. Pas d`entente entre Maryse, Jude et Jean-Charles! - Par Sander Joseph Junior (mis à jour)

Publié par siel sur 14 Décembre 2016, 22:44pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #INTERNATIONAL

Avec cette entente nous aurions pu démontrer que la devise de notre nation « l’union fait la force » est encore pertinente, que ceux-là qui veulent diviser pour mieux régner ont échoué. Cette entente allait enterrer définitivement cette vieille discordance qui ruine les efforts du secteur populaire à se faire accepter et à laver son image ternie par des qualificatifs, les uns plus ronflants que les autres. Mais non il n’y a pas eu d’entente, au contraire, le bateau de chacun de ces candidats va dans un port différent, quand le vent est favorable à l’un, il est défavorable à l’autre.

Bien vrai.  La nécessité d'une entente entre ces 3 candidats serait indispensable pour sortir le pays de cette saga dans laquelle l'ont plongé, "gwo zouzoun" cupides et CI mortifère ( choléra)  en voulant coûte que coûte imposer le poulain de l'Espagnol Antonio Sola.

Chacun sait plus ou moins ou devine les raisons qui ont poussé ce monde-là de malfrats à financer Jovenel Moïse et à le peinturlurer comme un innocent (ami de E. Daniel quand même, et propriétaire de 14 comptes en banque) comme un enfant de paysan self made-man, arrivé à la force du poignet et de l'intelligence ( mais dont la compagnie a bénéficié de subventions de l'Etat comme aucune autre) 

Elle en est où d'ailleurs de ses exportations de banane bio, Agitrans ?

Un journaliste lui a t-il posé la question sur son bilan ?

Et sur son dépôt - attention cash, ça en fait une mallette de billets - de plus de 200 000$US une même journée ?

Y a t-il un journaliste dans la salle ?

Non madanm pa genyen non. Se sèl radiomen Sola ak Boulos yo ki la, ak tout ekip kaka-bounda yo a... : Alsov, liamoth, pat mourassa, Soifdemonpays,  Rochord Roche,  trouillot, Mike T., Lepetit Bateau, Don Juan, Harryhans Francois, Jacmel City, Johnry Parson, Kob Jize, NaptravayPouAyiti, Pala Mino, Notfear, henry salomon, WiWi, Gerard, bouk_man, Negel, Detective Colombo, Monès, Mabouya ...

Yo te anpil, anpil, plis pase an bann rara Miragoâne, moun sa yo pa janm dòmi lè se pou jouwe moun.

 Epi chef ekip-la nèg  yo rele l  Jsudist ki pale bèl franse epi anglè tankou an blan,  li di 2 bel verite. Mwen pa tro finn konprann bagay se selman bannann pèp aysisyen an pou manje depi Jovenel presidan. Kote nèg bannann nan pwal jwenn tout bannann sa yo pour li "bannanne"`pèp ayisyen a ?

Li pwal enpote yo de Dominikani ?

Men sa Jsudist la di :

1-"Vous qualifiez de pantin un jeune Haïtien, un authentique enfant du pays en forme et fonction, qui a transformé le mondain en extraordinaire pour monter en puissance au vu et au su de tous, indistinctement."

2-"Et en fin de journée des bananes et encore des bananes, bouillies a la mode chez nous, frites pour les becs fins, en purée pour les enfants, en chips pour les "tafiateurs". Se mange a la fourchette, avec cuillères ou tenir en mains selon les préférences. L'on peut en mordre, en sucer, ou "slurp" au "chalumeau", mais des bananes surtout des bananes, il va pleuvoir des bananes...."

 

Je plaisante, je plaisante... en vous refourguant ces âneries des robots de l'Espagnol Antonio Sola. Mais la situation dans laquelle se trouve le peuple haïtien n'a rien de particulièrement réjouissant.

Comme l'auteur de l'article, il me semble qu'il serait plus que temps que ces 3 candidats s'unissent. Je sais c'est plus vite  dit que fait à cause de : egos surdimensionnés, stratégies personnelles, absence de compréhension du bien collectif et de la situation internationale.

Pourtant si ce pays veut survivre et ne pas s'enfoncer plus profondément dans l'état de gabegie, d'impuissance et de dépendance  dans lequel la politique des tèt kale , des crânes rasés roses a enfoncé  l'Etat haïtien. Il faut ce qu'il faut.

Ces trois là pourraient s'asseoir autour d'une table avec leurs équipes et mettre en place un programme de  gouvernement qui va à la rencontre des revendications de la nation et, bien entendu, ne lèse pas les intérêts de chacune des parties.

Après tout être Ministre c'est pas plus mal, c'est un poste de grande responsabilité. Ca devrait permettre de bien travailler dans un domaine précis.

Est-ce vraiment utopique de demander à trois personnes qui briguent la présidence de s'entendre pour déjà pou youn débarrasser le pays de l'Espagnol Antonio Sola qui n'a strictement rien à y faire.

Afin de se donner les moyens, pour faire le ménage en commençant par réaliser un audit de la gestion du régime "bandi legal" Lamothe/Martelly. Punir ceux qui ont volé, dilapidé l'argent, commis des crimes ( comme le conseiller Calixte Valentin de M. Martelly - et d'autres comme les députés qui ont fait assassiner les policiers..). Etc, etc.

Si M. Jude Célestin, Mme Maryse Narcisse et M. Jean-Charles Moïse, croient véritablement en ce qu'ils professent, à savoir  vouloir oeuvrer pour le bien de la population et  aider à la construction d'une économie qui n'enrichisse pas les plus riches et jette à la poubelle les plus pauvres, ils ne  devraient pas laisser leurs mésententes, haines, rancunes et autres sentiments très humains, certes, mais qui sont des poisons,  les submerger.

Il faut en toutes choses savoir garder la tête froide.

Sinon, ils contribueront à installer le renard dans le poulailler. Comme fait en 2004.

Ils donneront raison à 'Espagnol Antonio Sola, dans son mépris des "indigènes" et son apologie du génocidaire des populations autochtones du Mexique, un Espagnol tout comme lui, Hernan Cortèz.

Ces trois candidats devraient comprendre que la population n'a rien contre la personne de Jovenel Moïse, mais tout contre le système dont il est le représentant et qu'il  s'est engagé à poursuivre en se faisant financer, manager, par ceux-là même qui le produisent.

Mais pour arriver à faire entendre raison à ces trois candidats, il faudrait que leurs partisans respectifs fassent pression en appelant à cette unité - plutôt que de se tirer des balles dans les pattes ou de se donner des coups de couteau dans le dos sur le mode Anacacis.

Les Haïtiens de l'extérieur comme ceux du pays, en ont plus qu'assez de ce jeu entre le chat ( la minorité représentée par l'espagnol Antonio Sola,  les 2% d'oligarques locaux, la CI ) et la souris (la majorité de  population)

Cette majorité de la population n'aime ni la violence ( ce pourquoi Haïti compte parmi les pays les moins violents de l'AM. du Sud et de la Caraïbe)  ni l'insécurité structurelle ( absence de soins de santé, de justice, de logements, d'éducation) dans laquelle la force à vivre la minorité des "enclaves" (courtoisie Georges Anglade)

Elle en a assez d'être stigmatisée, d'être qualifiée de sale, alors que les dirigeants du pays  ne s'occupent ni des poubelles, ni des logements, ni de l'accès à l'eau.

C'est quand même un comble d'insulter des gens comme le font les robots  "sucios", sales, de l'Espagnol  Antonio Sola sur le site du Nouvelliste, auxquels sont refusés les droits les plus primaires : l'accès à l'eau potable et à des toilettes.

On nous dit, par exemple que les Japonais sont hyper propres. Mais dans toutes les rues de Tokyo existent des toilettes publiques, gratuites et propres parce que constamment nettoyées par une armée de travailleurs qui évitent de cette manière le chômage.

Au lieu de prendre exemple sur des pays qui appliquent au niveau social une politique favorable à leur population, de nombreux Haïtiens ont pour boussole un pays comme les USA qui la maltraite - et plus particulièrement les communautés afro, hispaniques et  celle des autochtones ( les dits-Indiens).

Ce n'est pas que la tâche soit facile, vu l'armada en face, vu les lâchetés, compromissions, gouyades, genoux à terre, carnavals, à l'intérieur même de la gente dite progressiste

Mais qui a dit : "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire." ?

Corneille dans le CID.

Il s'agit d'un mélodrame où les sentiments se trouvent confrontés au respect et à l'honneur.

Au fai et pour la petite histoire, le drame se déroule dans le pays de M. Antonio Sola, en Espagne...l'un des pays actuellement parmi les plus corrompus de l'Europe.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents