Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Racisme "La banane est une icône très efficace", selon l'historien Pascal Blanchard (mis à jour)

Publié par siel sur 6 Décembre 2016, 14:10pm

Catégories : #RACISME, #INTERNATIONAL, #REFLEXIONS perso, #LU SUR LE NET

Ce commentaire du dit trouillot, membre de la confrérie des robots de A. Sola, des  bananavore, experts en  scatologie et en violence qui opèrent sur Le Nouvelliste, pour preuve de l'efficacité du symbole raciste de la banane et de son pouvoir à la déshumanisation, au ravalement des âmes :

Tankou chante a dil: siw pa vle manje Bannann nan, wa manje kk! siw pa vle manje Bannann nan, wa manje kk! Siw pa vle manje Bannann nan, wa manje kk.

1- Comparaison entre un homme Noir et un singe; 2- personne barbouillée de peinture noire et bananes; 3- le journal d'extrême-droite lie le mot bababe à Mme taubira, à l'époque Garde des Sceaux (ministre de la Justice)
1- Comparaison entre un homme Noir et un singe; 2- personne barbouillée de peinture noire et bananes; 3- le journal d'extrême-droite lie le mot bababe à Mme taubira, à l'époque Garde des Sceaux (ministre de la Justice)
1- Comparaison entre un homme Noir et un singe; 2- personne barbouillée de peinture noire et bananes; 3- le journal d'extrême-droite lie le mot bababe à Mme taubira, à l'époque Garde des Sceaux (ministre de la Justice)

1- Comparaison entre un homme Noir et un singe; 2- personne barbouillée de peinture noire et bananes; 3- le journal d'extrême-droite lie le mot bababe à Mme taubira, à l'époque Garde des Sceaux (ministre de la Justice)

La banane, qu'elle soit dessinée à coté d'une figure noire ou jetée à l'encontre d'une personnalité, symbolise depuis longtemps le mépris et le racisme. Pourquoi?

J'avais écrit une réflexion pour montrer comment les choix des deux derniers présidents avec leurs surnoms "bandi legal" , "nèg bannann nan" et leur couleur, le rose infantile attribué aux petites filles sages qui sauront rester à leur place quand femmes  elles deviendront.

Ce choix d'une couleur féminine, dans une société dite hyper-macho était peu ordinaire. Un choix qui semblait vouloir assimiler les dirigeants haïtiens à de grands enfants  - ce qu'ils se sont empressé de prouver en s'affublant de pantalèt, chemises, cravates, souliers et bracelets roses - commandés par des adultes responsables : le blan.

Avec Jovenel Moïse et sa banane, les dirigeants haïtiens sont passé de grands enfants à singe.

C'est-à-dire à non-humain

Ca se dégrade à la vitesse grand V. Jusqu'où ira  la chute ?

Au retour de l'assimilation de l'ensemble de la population à des pièces de bois d'ébène ?

Je me suis fait la réflexion que ces choix d'un président  "bandi legal woz" qui se présente en jeans et boots à la messe à l'occasion de la mort de Dessalines, qui crée un parti au nom de "tèt kale",  d'un candidat dont le surnom est "nèg bananan nan,  se plaçaient dans la même ligne que le boycott de la commémoration de 200 ans d'indépendance en 2004 avec Latortue et  sa célèbre phrase " La France ne doit rien à Haïti".

Que cet  ensemble visible auquel s'ajoutent  bien d'autres faits et détails - le tsunami rose de kaka/bounda, de sottises, visant à rendre l'air irrespirable - participaient à une guerre psychologique ayant pour but de soumettre les Haïtiens en leur faisant avaler de force avec la banane, le mépris de  leur histoire, des guerriers de l'indépendance (Dessalines)  de leurs dirigeants et d'eux-mêmes.

Premier uppercut. 2004  : boycott des 2000 ans d'indépendance.

Deuxième uppercut. 2010 : sélection et imposition à la tête de l'Etat d'un  "bandi legal", chanteur,"roi" en gouyades et en grivoiseries et de la couleur rose pour les officiels du régime.

Troisième uppercut. 2016 : sélection d'un "nèg bannann nan" avec la banane symbole de l'assimilation des Noirs aux singes comme

Au sujet de la programmation de "nèg bannann nan"  par A. Sola pour la CI, de l'étranglement d'Haïti par les dettes, les armes et les manipulations psychologiques, du harcèlement perpétuel  de la population pour la pousser à fuir, des expérimentations de zombification de toute une population...je vous livre ces quelques réflexions datant de plus de 10 ans, mais particulièrement d'actualité de Georges Anglade :

 

En ce mitan de l'année 2004, cela fait deux cents ans que s'est construite cette nouvelle nation qui s'appelle Haïti.

Elle a essayé de vivre pendant deux siècles sans qu'on ne lui donne aucune des chances données aux autres nations. Il faut le dire, l'expérience française a été catastrophique, et quand la France s'est fait virer de ce territoire, elle n'a trouvé rien d'autre que d'étrangler cette nation naissante pendant un siècle en exigeant des compensations financières énormes qui l'ont appauvrie en lui coupant toutes ses ailes et toutes ses chances.

Cette politique a été reprise par les Américains qui ont occupé l'île, l'ont vidé de ses forces vives vers les cannaies cubaines et dominicaines, puis, ne sachant pas trop quoi faire avec l''ont désertée en y laissant une satrapie qui survivra soixante ans, l'armée de 1934 à 1944.
...................................................................
Le niveau d'accumulation est nul, le pays ne produit plus rien, il ne vit que par la drogue, les transferts de l'extérieur et la contrebande. Comment bâtir un pays sur ces bases ?
...................
Cette nation unique par enracinement d'esclaves sur ce rocher n'en peut plus de jouer le cobaye de toutes les expérimentations des Amériques. Elle manifeste une grande fatigue, l'immense fatigue des terres brûlées que les peuples abandonnent un jour en laissant tout derrière; nous avons déjà cela dans l'histoire et dans le pourtour caraïbes !

Entretiens avec Geoges Anglad par Joseph J. Lévy, Liber, Montréal, 2004

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents