Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lu sur le net. Concernant le créole ou ayisyen : "Stop this faulty logic about a language in the DNA for there is no language in anyone's DNA"

Publié par siel sur 28 Décembre 2016, 12:33pm

Catégories : #LU SUR LE NET, #REFLEXIONS perso, #RACISME

Une langue qui n'existe pas mais à laquelle Oxford consacre un dictionnaire

Une langue qui n'existe pas mais à laquelle Oxford consacre un dictionnaire

This is a non-issue because the Haitian People have already resolved it for the past two hundred years simply by speaking their language, which is non other than CREOLE. The tap tap-bus-train analogy is a reflection of what length enslaved and colonized minds will go to deny their own language and culture for that of their masters. Stop this faulty logic about a language in the DNA for there is no language in anyone's DNA. You learn language by repetition, hearing, listening and practicing what you hear through human contacts. If you place a baby in the wild with no contacts with Humans, he or she will not be able to speak any known or recognizable language. He or she will not be able to speak Creole, French or English.

On the question of technological terms and concepts in foreign languages, all languages have what’s called ‘cognates’, which are borrowed words and concepts from each other. For example, some of the words you use below in your comments, “technology,” “destination,” “concepts,” “acquisition,” “language,” “Renaissance,” “bus,” “train”, “universe” are all used in the English and French languages, borrowed from French or English. Why can’t Creole borrow terms, words and concepts from other languages like all major languages in the world? Your acrobatic exercise to try to defend the indefensible is really turning you into a linguistic clown. Stop it already!!!

Kanmarad Kawonabo

Lu sur le net. Concernant le créole ou ayisyen : "Stop this faulty logic about a language in the DNA for there is no language in anyone's DNA"

 

Comme par hasard, tous ceux qui s'érigent contre l'enseignement de la langue maternelle des Haïtiens, sont des réacs.

Et pourquoi ?

Parce qu'ils savent très bien qu'une population à laquelle est imposée une langue étrangère dans son propre pays, ne peut qu'être déstructurée, ouverte à toutes les folies,  et donc apte à stagner et à se soumettre au diktat des puissants rapaces.

Ces discussions sans fin autour de l'usage scolaire et universitaire du créole, montrent à quel point nous avons affaire à une société sclérosée qui entend faire perdurer l'apartheid linguistique, social, culturel et économique.

Et rendez-vous compte que nous sommes à l'aube de 2017 et que ces questions sur l'importance d'enseigner dans la langue maternelle, ont fait l'objet d'études depuis les années 1900.

Et que les élites haïtiennes s'en foutent complètement de ces études parce qu'elles mettent en danger leur "supériorité "- je parle le français donc je suis supérieur, façon Zenny - un quasi-analphabète et son "je suis blanc et du me dois du respect"- et leur mainmise sur les non-francophones, soit 90% de la population.

Comme ces gens-là s'en  foutent complètement - on se demande d'ailleurs par quoi ils sont concernés en dehors de faire du fric - de toutes les études menées sur l'environnement, l'agriculture, les transports, le logement, le commerce, le tourisme.

La bande de moun fou qui dirigent le pays se sont mis dans la tête ( en admettant que tête il y ait) qu'il fallait absolument forcer les enfants haïtiens à apprendre dans une langue qui n'est parlée ni dans leur famille, ni sur la place publique, ni sur les radio.

Ces dingo, pensent que parce que le Ayisyen ou Créole dérive du français, de l'anglais, de langues africaines, il n'est pas une langue.

On a beau leur expliquer  que, par exemple, le français, l'espagnol, l'italien, le portugais, descendent toutes du latin et du grec- et même l'anglais- et que ce n'est pas pour autant qu'un locuteur hispanophone va être capable de comprendre l'italien  le français ou le portugais.

Niet. Ces rassis/rancis  sont fermés aux sciences et ouverts aux affaires.

Comme ils ont intégré le dit du colon et du raciste, la langue qu'ils ont entendue à leur naissance, celle parlée par leurs parents, il la considère comme un jargon de sauvages -  très gentil pour leurs parents assimilés à des sauvages - ce pourquoi ils s'empressent de prendre des distances avec leurs origines et de se comporter pour s'en démarquer de manière encore plus violente que les rares francophones existant dans le pays : ceux dont leurs parents leur ont toujours, dès la naissance, parlé en français.

En fait ce refus de la langue haïtienne traduit un rejet de l'histoire, de la culture et de la population haïtienne en tant qu'appartenant à l'humanité : des gens qui ne parlent pas une langue, sont-ils des êtres humains ou bien des animaux ?

En fait ce rejet de la langue haïtienne renvoie à une psychose d'infériorité que seule une psychanalyse (et encore !)  pourrait tenter de guérir.

Je vous traduit cette intervention de :"Kanmarad Kawonabo", l'une parmi les rares têtes pensantes sur les fora haïtiens confrontés à des producteurs de kaka/bounda ou d'inepties à la Serge Pierre Pierre (SPP) aussi grosses et violentes qu'un tank.

 

 


Il s'agit d'un faux débat parce lesHaïtiens ont déjà résolu depuis 200 ans, simplement en parlant leur langue qui n'est autre que le Créole.

L'analogie entre le tap-tap-bus-train reflète le niveau où les esprits esclavagisés et colonisés peuvent aller, afin de dénier leur propre langue et culture pour favoriser celles de leurs maîtres.

Arrêtez cette cette erreur et cette coupable logique présentant la langue comme inscrite dans l'ADN; car il n'existe aucune langue dans l'ADN d'aucune personne.

Vous apprenez une langue par la répétition, par l'écoute et en utilisant ce que vous entendez dans vos contacts avec les autres.

Si vous mettez un bébé dans la nature sans contacts avec d'autres humains, lui ou elle sera dans l'impossibilité de parler aucune langue connue et reconnaissable. Lui ou elle ne sera pas capable de parler ni le Créole, le Français ou l'Anglais.

Concernant la question des termes techniques et des concepts dans les langues étrangères : toutes les langues ont ce qu'on dénomme "cognates", qui sont des mots apparentés qu'elles empruntent les unes aux autres.

Par exemple, quelques un des mots que vous avez utilisés (dans votre commentaire contre le créole) “technologie,” “destination,” “concepts,” “acquisition,” “langage,” “Renaissance,” “bus,” “train”, “univers ” , sont tous utilisés dans le Français et l'Anglais, empruntés de l'anglais ou du français ( et j'ajouterai du grec et du latin).

Pourquoi serait-il interdit au Créole d'emprunter des mots et concepts venant d'autres langues, comme ça se passe pour l'ensemble des langues dominantes dans le monde ? (j'ajouterai que même les Japonais ont intégré dans leur langue des vocables venus d'ailleurs)

Votre exercice acrobatique pour essayer de défendre l'indéfendable, vous transforme en une sorte de clown linguistique. Arrêtez ces clowneries dès maintenant.

Kanmarad Kawonabo

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents