Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti rejette les élections sous Occupation - Par Dady Chery (en anglais et traduction, vite fait, par moi )

Publié par Dady Chery sur 6 Décembre 2016, 23:02pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #INTERNATIONAL, #AYITI ROSE RAKET

The discredited mainstream media has evidently not learned anything from the fiasco of the 2016 United States presidential election, for which it predicted an 85 percent probability of a Hillary Clinton win, instead of the Donald Trump landslide that happened.

TRAD
Les media dominants discrédités n'ont apparemment pas tiré des leçons du fiasco des élections présidentielles de 2016 aux USA, pour lesquelles elles avaient prédit une probablité de victoire à 85% d'Hillary Clinton, au contraire de ce qui est arrivé : la victoire de Donald Trump.

Ce texte est de la journaliste d'origine haïtienne Dady Chery.

Dady Chery en matière de journalisme est un must.

C'est elle qui la première avait alerté l'opinion sur la possibilité que le choléra ait été introduit par la Minustha.

Malheureusement pour les créolophones et francophones  ses articles sont en anglais.

Si vous maitrisez la lecture de cette langue, vous avez pour devoir d'aller visiter  son site Haïti Chery

This was not the mainstream’s first foray into the business of manipulating elections. In December 2014, Reuters, AP, Miami Herald, and Huffington Post,among others, declared Evans Paul to be prime minister of Haiti without the requisite approval of the parliament, and it was so. Something similar was done when they called California for Hillary Clinton, before the votes were counted, and handed her the democratic primaries against Bernie Sanders in June 2016. Now mainstream outfits, including the BBC, New York Times, Guardian, and Fox News are trying to make Jovenel Moise Haiti’s president by pretending not to know the difference between a preliminary and a final result.

TRAD

Ce n'était pas la première intervention des media dominants dans le business de manipulation des élections. En décembre 2014, Reuters, AP, Miami Herald et Huffington Post parmi d'autres, ont déclaré Evans Paul Premeir ministre, sans qu'il ait eu à passer devant le parlement pour approbation. Et ainsi fut fait.

Quelque chose de similaire , en juin 2016, a été réalisé en Californie pour Hillary Clinton, quand ils ont déclaré que Mme Clinton avait remporté la Californie - avant que les voix ne soient comptées - et qu'ils lui on donné la victoire aux primaires sur  Bernie Sanders. En ce moment les media dominants, y compris la BBC, New York Times, Guardian et Fox News sont en train d'essayer de faire Jovenel Moïse président en prétendant ne pas connaître la différence enre résultats préliminaires et définitifs.

In Haiti, there is a constitutionally allowed period during which candidates may contest the preliminary results of an election. Such contests are routine, and the results are often changed by them. The foreign correspondents in Haiti know this, but they prefer to ignore it. It is a fact that Haiti’s top three political parties (LAPEH, Pitit Desalin, and Fanmi Lavalas) are all contesting the presidential elections of November 20, 2016. As the LAPEH candidate, Jude Celestin, points out, the aim is not so much to increase their percentage of the vote, but to prove that the election was rigged and force a rejection of any candidate who illegally tried to cook the vote. Preliminary results of the election were announced on Monday, November 28. Until the election results are published in the government’s newspaper, Le Moniteur, on December 29, 2016, they are not final.

TRAD

Il existe en Haïti, une loi qui autorise une période au cours de laquelle les candidats peuvent contester les résultats préliminaires d'une élection. Ces contestations sont usuelles et les résultats se trouvent souvent changés par elles. Les correspondants de presse étrangère le savent fort bien, mais ils ont choisi de l'ignorer. C'est un fait que les trois partis haïtiens les plus importants  (LAPEH, Pitit Desalin, and Fanmi Lavalas) contestent tous les résultats des élections présidentielles du 20 novembre 2016. Ainsi que l'a fait remarquer le candidat de LAPEH, Jude Célestin, le but n'est pas tant d'augmenter le nombre de leurs  votes, mais d'apporter les preuves que les élections ont été manigancées;  et de forcer à l'éjection de quel que soit le candidat qui aura essayé de "cuisiner ", de fabriquer le vote. Les résultats préliminaires  du  vote  ont été annoncés le lundi 28 novembre. Avant qu'ils ne soient publiés dans le journal du gouvernement, Le Moniteur, ils ne peuvent être considérés comme finals.                                                                                                                                

   

 

 

 

Haïti rejette les élections sous Occupation - Par Dady Chery (en anglais et traduction, vite fait, par moi )

Haiti is an occupied country. Make no mistake about it: the foreign correspondents who populate Port-au-Prince’s bougainvillea covered hills, along with the non-governmental organization people, are complicit with the occupation. Free and fair elections of a nationalistic government would cost them their undeserved jobs as well as their colonial lifestyles with a retinue of servants inside gated clusters of whites-only-allowed villas. Jovenel Moise would continue Hillary and Bill Clinton’s policies, lay the groundwork for a Michel Martelly return in five years, and himself return five years later. This would represent a total of 20 years of uninterrupted Clinton-wrought destruction of Haitians, but the expatriates in Haiti would luxuriate in an intoxicating tropical paradise.

TRAD

Haïti est un pays occupé. Ne vous méprenez pas sur les correspondants de la presse étrangère, résidents dans les montagnes fleuries de bougainvilliers qui s'élèvent au-dessus de Port-au-Prince. Ensemble avec les les ONG, ils sont complices de l'occupation. Des élections libres et justes d'un gouvernement nationaliste, leur couteraient leurs jobs inutiles ainsi que leur mode de vie de style colonial, avec domestiques en quantité et  vie à 'intérieur d'espaces clôturés où  se trouvent  des villas où uniquement les Blancs sont autorisés à y habiter.

Jovenel Moïse poursuivra la politique de Hillary et Bill Clinton, préparer le terrain pour un retour de Michel Martelly dans cinq ans, et son retour à lui cinq ans après. Ce qui devrait représenter un total de vingt années ininterrompues de la destruction forgée en fer des Clinton d'Haïti, mais les expatriés en Haïti  s'épanouiront dans un paradis tropical intoxique

 

 

Haïti rejette les élections sous Occupation - Par Dady Chery (en anglais et traduction, vite fait, par moi )

The fuzzy numbers of Haiti’s Elections: Byen Konte, Mal Kalkile

When their work is viewed in this context, it is not surprising that Haiti’s foreign correspondents have failed to ask any serious question about an election that cries out to be examined.

According to the Interim Electoral Commission (CEP), the number of Haiti’s voters on November 20 was exactly 1.0 million. This could, of course, signify nothing. On the other hand, it could mean that our cheats, not being fluent in arithmetic, prefer their numbers round. Before the vote, the CEP reported the total number of eligible voters to be 6.2 million; but after the vote, the same CEP said that 1.0 million voters amounted to 21 percent of the electorate. This would instead put the number of eligible voters at 4.8 million, and it begs the question: what happened to 1.4 million Haitian voters? These days, most of Haiti’s problems are blamed on Hurricane Matthew. It might be entertaining to watch the CEP try to lose more than a million people to a hurricane.

TRAD

Les  comptes fumeux des élections haïtiennes : byen konte, mal kalkile.

Une fois leur travail vu dans ce contexte il n'est pas étonnant que les correspondants de la presse étrangère se soient abstenus de poser aucune question sérieuse sur une élection qui "crie " d'être examinée.

Selon le CEP, le nombre des votants haïtiens du 20 novembre était exactement 1 million. Ce qui bien entendu peut ne rien signifier. D'un autre côté, cela pourrait dire que nos tricheurs n''étant pas forts en arithmétique préfèrent les chiffres ronds. Avant le vote, le CEP a déclaré que le nombre total de personnes possédant les qualités requises pour voter était de 6.2 millions.

Mais après le vote, le même CEP a déclaré que les 1 millions de personnes ayant voté représentaient 2% de l'électorat. Ce qui, mathématiquement, devrait nous donner 4.8 millions de personnes ( et non les 6.2 annoncés par le CEP). Ce qui conduit à la question : où sont passés les 1.4 millions d'électeurs haïtiens ? Ces derniers temps, la majorité des problèmes rencontrés sont dits être de  la faute à l'ouragan Matthew, il pourrait être amusant de regarder le CEP  essayer de rendre responsable  l'Ouragan Matthew de la disparition  de plus d'1 millions d'électeurs

The PHTK candidate and darling of the international community, Jovenel Moise, was assigned 55.67 percent of the preliminary vote. This is a laughable degree of accuracy, since Haiti’s human rights groups and political parties estimate that 50 percent of the votes were irregular. Speaking of the irregular vote: if we grant a turnout of 1.0 million voters out of 6.2 million, and discard a 50-percent zombie vote, then we’re left with the conclusion that only 8 percent of Haiti’s voters showed up to the polls. In other words, 92 percent of Haiti’s voters once again boycotted the charade of an election under foreign occupation.

TRAD

Le candidat du PHTK et  le chéri de la communauté internationale, Jovenel Moïse, a eu droit à 55.67% de voix dans le vote préliminaire. Il s'agit là, d'un  niveau risible de précision. Etant donné que les organisations des droits humains haïtiens et les partis politiques estiment que 50% des votes sont irréguliers. 

En parlant de votes irréguliers : si l'on chiffre les ayant votés à 1 million  et qu'on enlève ce million des 6.2 millions électeurs potentiels, on en arrive à la conclusion que seulement 8% des des électeurs haïtiens se sont présentés aux bureaux de vote. En d'autres termes, 92% des électeurs haïtiens ont, une fois de plus, boycotté la fable d'élections sous occupation.

Dady Chery is the author of We Have Dared to Be Free: Haiti’s Struggle Against Occupation | All photographs were taken in Port-au-Prince on November 28 and 29, 2016; photograph three is by Bahare Khodabande.

The original source of this article is Haiti Chery
Copyright © Dady Chery, Haiti Chery, 2016

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents