Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Brésil : « le grand bond en arrière » - Par Luc Duffles Aldon, Juliette Dumont et Jânia Lopes Saldanha

Publié par Luc Duffles Aldon, Juliette Dumont et Jânia Lopes Saldanha sur 9 Décembre 2016, 23:24pm

Catégories : #NUESTRA AMERICA


Le mardi 29 novembre, le Sénat brésilien a voté en faveur d’un amendement constitutionnel (PEC-55) plafonnant pour 20 ans les dépenses publiques. Alors que les sénateurs votaient, une manifestation d’étudiants se déroulant sur l’esplanade du Congrès était violemment réprimée par la police militaire. Au même moment, les députés adoptaient une série de dix mesures anti-corruption, vidées de leur substance et perçues comme une manière de se protéger des investigations liées aux dédoublements de l’Affaire Petrobras et de contre-attaquer un pouvoir judiciaire prompt à théâtraliser son action, à outrepasser ses prérogatives et à bousculer l’équilibre entre les pouvoirs. Une semaine plus tard, le Président du Sénat, Renan Calheiros (du Parti du mouvement démocratique brésilien, auquel appartient le président non-élu Michel Temer) est mis en accusation et écarté de ses fonctions par un membre de la Cour suprême (STF). La décision « monocratique » est refusée par le comité directeur du Sénat. Cet ensemble de faits en dit long sur l’état de la démocratie au Brésil, ébranlée depuis le coup d’État parlementaire maquillé en processus d’impeachment.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/08/bresil-le-grand-bond-en-arriere_5045749_3232.html#XhvbPbwf2J0ct8YT.99

Schéma en train d'être consolidé en Haïti avec Jovenel Moïse pour exécutant. BOID, PNH, MINUSTHA, HLSI et miliciens des différents groupes d'extrême-droite impliqués  dans le saccage programmé pour répressions.

Mais, comme je le disais, les gauches d'AM Latine toutes susceptibles de se voir agresser selon le modèle haïtien, hondurien, argentin,  brésilien et venezuelien payent en quelque sorte  leur collaboration au régime Martelly.

Correa, un homme sensé pourtant n'était-il pas allé jusqu'à le qualifier "de grand démocrate"!

Ces gouvernements en participant à la force d'occupation, tablaient sur l'indulgence des  USA. Et puis,  Washington  occupé à sa reconquête d'Haïti, c'était espérer que l'administration US interviendrait moins dans leurs affaires intérieures.

Ajouter à cela que tout ce monde pariait sur une victoire de Mme H. Clinton et que par conséquent il était préférable de ne pas s'immiscer dans la relation particulière du "roi et de la reine d'Haïti" avec ce pays.

Le lâchage d' Haïti par les  pays de l'AM du sud n'est pas nouveau. C'est Chavez et seulement lui qui avait initié un mouvement de solidarité, tièdement suivi par ses alliés (Equateur, Bolivie, Argentine, Nicaragua )

L'OEA qui s'est mêlée  des élections haïtiennes, vous l'aurez remarqué, n'a jamais dit un mot sur le problème du choléra et ni sur ce ui des Dominicains d'origine haïtienne dénationalisés. Almagro son récent secrétaire général , - ex-copain de Pepe Mujica ex-président d'Uruguay-qui disait vouloir réformer l'institution en la rendant moins dépendante de Washington -  s'est empressé aussitôt élu d'appliquer une politique contraire aux intentions annoncées.

Ces  gouvernements de gauche d'AM du Sud , n'ont pas vu venir que ce  qui se passait en Haïti avec la sélection d'un chanteur gouyadeur  amateur de grossièretés, comme président - Haïti étant un terrain d'expérimentation -  était un prélude au même traitement qui leur serait appliqué.

Ils ne l'ont pas vu venir, parce que restés figés dans un mode de pensée colonial - les bons esclaves de maison qui seraient épargnés, -  et racialiste : ce qui pouvait se faire en Haïti dans un pays de nègres, leblan, ne pouvait  pas le réaliser chez eux.

Il sont oublié de lire le livre d'Eduardo Galeano : Les veines ouvertes de l'Amérique Latine, -,aperçu commençant par "la découverte" du continent - d'une histoire commune d'exploitation, de malveillance et de crimes dans l'ensemble de la région, Caraïbes comprises. D'ailleurs Haîïti est très présente dans le livre de Galeano.

ils ont oublié, ces dirigeants, que la doctrine US reste "l'Amérique aux Américains" et que la seule stratégie pour s'affranchir de cette oppression est d'être solidaire  des peuples opprimés, de s'opposer aux coups d'Etat et aux dictatures.

De même, en France, comme le relève un commentateur, c'est dans la plus grande indifférence que la gauche PS,  a assisté au Coup contre Dilma Rousseff.

 Aujourd'hui que Trump est le président élu des USA,  que l'Europe connaît une montée des partis d'extrême-droite, que Marine Le Pen ou François Fillon pourraient devenir la ou le président (e) de France, la gauche PS, commence à s'inquiéter et  se dire que ça n'arrive pas qu'aux autres.

De même en Haïti, les partisans de tèt kale, les pauvres robots de Sola, sont persuadés que le tsunami rose qui emportera les autres, ne les atteindra pas Comme ceux qui ont pensé que nuage de Tchernobyl s'arrêterait à la frontière de la France.

Or, à partir du moment  où une société se soumet aux méthodes sucias,  sales aucun membre de cette société  ne peut se croire  en sécurité, quelle que puisse être ou avoir été sa collaboration à ces méthodes. C'est ce à quoi nous avons assisté avec les 2 Duvalier;

 

 

 

 

 




Pierrette la Folle 08/12/2016 - 19h40
Un avant goût de ce qui attend les E.U et la France après l'élection de Trump et de Fillon....
répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.698/img/placeholder/avatar.svg

YTour 08/12/2016 - 16h05
Le Monde cherche à redorer son image ternie en donnant la parole à l'opposition au coup d'état. Trop peu, trop tard... L'Histoire jugera le comportement du "journal de référence" dont rêvait Beuve-Mery. La manière dont a été traitée le coup d'état au Brésil, tant par les silences au moment d'événements capitaux que par les articles ambigus ou tendancieux et les illustrations choisies, sera enseignée en école de journalisme comme contre-exemple de l'éthique du métier.
répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.698/img/placeholder/avatar.svg

CHANTAL LAURENT 08/12/2016 - 15h29
Il serait intéressant d'enquêter pour voir le rôle éventuel d'ONG américaines telles NDI et NRI dans les manifestations anti - Dilma Roussef. Petit à petit le travail de sape des USA envers les gouvernements de gauche latino-américains porte malheureusememnt ses fruits.


YTour 08/12/2016 - 19h18
National Democratic Institute semble absent. En revanche, forte implication de la Fondation Atlas, de la Fondation Friedrich-Naumann et des frères Koch (pétroliers) : https://youtu.be/G7dhitDXXEY https://exateus.com/tag/kim-kataguiri/ http://www.plantaobrasil.net/news.asp?nID=93624


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents