Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les Haïtiens s'en vont clopin clopant aux urnes. La CI et l'OEA les laisseront-ils cette fois-ci maîtres de leur choix ? (mis à jour)

Publié par siel sur 21 Novembre 2016, 00:25am

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET

Les Haïtiens s'en vont clopin clopant aux urnes. La CI et l'OEA les laisseront-ils cette fois-ci maîtres de leur choix ? (mis à jour)

Rien n'est moins sûr.

Avec à la présidence du CEP un membre du Groupe 184, farouchement anti-progressiste.

Bien que sa hargne se soit dirigée principalement sur Aristide et Fanmi Lavalas, le président du CEP, M. Berlanger kôkôt ak Figawo avec Apaid et l'oligarchie ( comme déjà l'était Opont) n'aime rien de ce qui pourrait se présenter comme un obstacle aux intérêts de ses amis.

M. Privert nous dit  que : Le pays va organiser la première élection où tout le monde a la même chance de gagner, "

D'abord cette déclaration va à l'encontre de l'histoire, les premières élections organisées où - pas tout le monde, certes,"makout pa  la danl" (et pour cause)  - mais la population a "eu la chance de gagner" ont été celles de 1991.

Raison pour laquelle 9 mois plus tard , il y a eu un coup d'Etat orchestré et soutenu militairement et  financièrement par Washington et les Apaid et compagine.

L'indécence de cette déclaration va plus loin. Elle prépare l'opinion publique à accepter la fraude.

Le discours n'est pas différend de celui de 2011 où tous les Gwo Zouzoun du système vantaient les élections qui ont débouché sur la présidence de Martelly, comme étant "les premières démocratiques en Haïti".

Bis repetita. Mêmes patrons. Mêmes exécutants. Mêmes mots creux.

Privert qui n'est pas un con sait parfaitement que de même qu'après le séisme,  les conditions post Matthew ne sont pas favorables à la tenue d'un scrutin.

Mais, il semblerait que pour x raisons, il ait abandonné la partie  face à la CI - qui ,il faut le dire est rude et demande pour l'affronter plus que du courage : de l'abnégation. Tout le monde n'est pas Charlemagne Péralte.

D'ailleurs, message subliminal, qui en dit long sur le revirement de Privert, ce sont les chemises et cravates roses qu'il affiche depuis quelques temps.

Je le dis et le répète ces élections n'auraient jamais dû avoir eu lieu dans ces moments.

Mais, étant donné que "leblan " en a décidé autrement, il reste au peuple haïtien à lui exprimer son refus d'être "banané", de s'enfoncer dans un trou avec le poulain de Martelly, de retrouver sur la scène les Roro Nelson et cie, derrière la scène, les Clinton, Soros, Boulos et cie ; et son droit de construire son avenir en dehors des diktat de la CI.

Le seul candidat dangereux pour l'avenir du pays et à éviter absolument, reste le clone de Martelly, l'homme formaté par l'agence de com. d'extrême droite, Sola, l'homme aux 14 comptes en banque, l'homme  sélectionné par les USA parce que représentant leurs intérêts et non pas ceux de la majorité de la population.

Dans ces circonstances, comme préconisé par le coordonnateur de Fanmi Lavalas en Europe, il faut faire un vote utile, de manière à barrer le complot de la CI.

Il faut éviter de disperser ses votes sur des candidats appartenant aux courants dissidents de Lavalas. Il faut aller voter. Parce que dispersion des votes et abstention, risquent d'aboutir à une élection du tèt kale, nèg bannann aux 14 comptes en banque avec un nombre de voix similaire à celui de Martelly : 700 000. Et plus de 70% d'abstention.

Après avoir favorisé et fermé les yeux sur les fraudes des élections annulées, la tactique de la CI est de tabler :

- sur l'abstention

- sur les électeurs  ne pouvant pas voter parce qu'ayant perdus lors de l'ouragan Matthew  leurs documents d'identité

- sur l'impossibilité d'un grand nombre de gens de se faire délivrer leurs cartes d'identité.

- sur la pagaille  - difficulté de se déplacer - que pourrait occasionner les pluies prévues, dimanche, jour des élections.

Le stratagème est bien ficelé.

Il reste aux Haïtiens de le mettre en échec, en allant voter qu'il  pleuve ou qu'il vente :

-contre Jovenel Moïse  le candidat  de la CI ,

-contre  Jovenel Moïse, le candidat des Clinton,

-contre  Jovenel Moïse,le candidat des woz/rakèt, des tôles rouges.

-contre Jovenel Moïse, le candidat "mafia legal".

-contre  Jovenel Moïse, le candidat  des escadrons de la mort et des mercenaires genre Jodel Chamblain,

 - contre  Jovenel Moïse,le candidat formaté par la firme d'extrême-droite d'Antonio Sola.

- contre Jovenel Moïse, le candidat dont l'idéologie, le staff, ont pour intention de poursuivre l'opération  de privatisation de La Gonâve.

- contre  Jovenel Moïse,le candidat dont l'idéologie et le staff ont pour intention de poursuivre les accords occultes de vente du sous-sol haïtien.

-contre Jovenel Moïse, le candidat dont l'idéologie et le staff ont pour programme de transformer l'Ile-à-Vaches en un centre de transplantation d'organes des Haïtiens pauvres. Façon les Duvalier/Cambronne avec la vente du sang des pauvres

-contre Jovenel Moïse, le candidat dont l'idéologie et l'équipe espagnole et de trafiquants de drogue et de blanchisseurs d'argent sale ont pour programme de faire contrôler les frontières du pays par une entreprise israélienne, HLSI, dans le but de mettre en prison dans leur propre pays la majorité pauvre des Haïtiens,façon Palestine.

-contre Jovenel Moïse, le candidat qui, comme son mentor Martelly, ignore les ravages du cholera pour protéger l'ONU.

- contre  Jovenel Moïse, le candidat,  marionnette rose grassement payée ( il n'y à qu'à voir ses spots télé et radios) pour imposer un système donnant le choix à la population entre l'exil, les bas salaires et croupir dans la misère.

Les Haïtiens auront à choisir dimanche, entre prendre le risque de mettre à bas le status quo, de le dechouker, avec tout ce que cela comporte d'intimidations à venir, de représailles de  la CI et de leurs agents locaux, de false flags organisés par l'extrême-droite pour en faire porter la responsabilité aux progressistes ( Guy Philippe et les émetteurs de Boutilliers), de création de l'insécurité, et l'ensemble des méthodes sales utilisées  par les militaro/macouto/duvaliéristes depuis 1957( Voir Underworld USA de James Ellroy) pour freiner les mouvements démocratiques et assassiner leurs leaders.

Les Haïtiens auront le choix entre  refuser l'indignité  ou se soumettre à ceux qui disent que c'est l'empire qui décide de leur président.

Ils ont, à ce tournant de l'histoire, au 21ème siècle, le choix entre construire un pays, se marrer les reins, réfléchir, créer, s'entraider, se bagarrer entre eux au niveau des idées, travailler pour le bien commun, donner d'Haïti une autre image que celle des macoutes , des "bandi legal"...ou bien accepter que les sacrifices et les luttes des ancêtres ne valaient rien, comptent pour du beurre.

Entre, finalement, baisser les bras, se plier à la loi du plus fort, à celle de M. leblan dont le projet  est de faire de ce pays la propriété privée des Clinton, et cie comme le Congo était celle de Léopold II roi des Belges, comme prix à payer pour manger le salami en provenance de la RD.

Je sais, pour l'avoir vu de mes yeux, les conditions de vie misérables des gens, je comprends qu'il soit difficile de résister à quelques gourdes, à un sac de riz, à un gallon d'huile, à quelques paquets de spaghettis, quand on a  une famille à nourrir, alors que l'on est sans ressources.

Je sais qu'il est difficile dans cette situation de ne pas répéter après le candidat tèt kale à la députation " Martelly a loué une machine aux USA qui permet  de contrer les ouragans ".

Je sais qu'il est extrêmement difficile, bien plus que ne l'imaginent les "moun de byen" moralisants, de résister à ce qui vous permet de d'apporter à manger à votre famille. De refuser de se prostituer. Prostitution pratiquée systématiquement par un secteur de la classe  moyenne, quel que soit le pouvoir... leurs vêtements roses en disent plus que les mots.

Mais  les gourdes et produits distribués ne durent qu'un temps. Et, alors, demain ?

Demain est un autre jour qu'il faut construire aujourd'hui en opposant un refus catégorique à ceux, sans foi ni loi, qui exploitent le grangou général pour se payer des 20.000$ de per diem, pour détenir 14 comptes en banque

Les Haïtiens seront-ils capables de comprendre que le destin de leur pays, le leur -  qui se place entre celui de poursuivre la descente aux enfers avec Jovenel Moïse et les tèt kale ou de  redresser la barre-  sera mis en jeu dimanche ?

Seront-ils capables de vaincre la peur, celle des macoutes, celle du blan, celle de la CI, celle de l'oligarchie des commerçants financiers des coups d'Etat, celle des escadrons de la mort, celle de la Minustha, celle des gangs à la solde des trafiquants, celle des pasteurs et autres hommes de dieu qui  font la promotion de l'enfer sur terre comme garantie de l'accession au paradis post-mortem.

Il ne nous reste plus qu'à espérer en la  volonté  du peuple d'Haïti de  reconquérir sa dignité.

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents