Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Gilot, apologiste de la dictature, auteur de " François Duvalier le mal aimé", une baffe envoyée par Privert au visage des progressistes (mis à jour)

Publié par siel sur 21 Février 2016, 11:59am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Gilot, apologiste de la dictature, auteur de " François Duvalier le mal aimé", une baffe envoyée par Privert au visage des progressistes (mis à jour)

Le plus dingue c'est le titre.

"Mal aimé" par qui Gilot ?

Par ses victimes ?

Parce que concernant la CI, et bien évidemment les USA, il a été tellement bien aimé qu'ils interdisaient l'entrée dans leur pays à tout opposant de Duvalier.

Vous ai-je déjà dit qu'une bonne partie - la majorité  ? des intellectuels haïtiens avaient une feuille en moins ?

Oui, oui.

Comme ce Gilot qui aurait voulu pratiquement que les Haïtiens torturés,  assassinés, exilés, "boatpeoplisés" honorent le chef de leurs bourreaux.

Et pourquoi pas se côtisent pour lui construire un monument ?

Sérieusement, ces intellectuels haïtiens issus du duvaliérisme sont totalement abrutis. Et leurs enfants également d'ailleurs qui ont constitué le gros du mouvement gnbiste.

Ce qui explique pourquoi,  nombreux à porter l'uniforme makout, ça ne les a pas du tout dérangé d'arborer chemises, pantalettes, cravates, chaussures et bracelets roses afin de plaire au prince "eli "par la CI.

 

Par exemple, j'entendais sur Vision 2000 le couple formé par V. Numa et celui qui a remplacé D. Valet en train d'ergoter sur le nom de l'aéroport Toussaint Louverture. Tous deux de manière très stupide avançaient que "puisque c'est Duvalier qui l'avait fait construire, il aurait fallu lui laisser le nom du dictateur".

Ces deux "journalistes - vous avez dit journalistes ?- semblant ignorer que ce n'est pas avec l'héritage que lui a laissé sa maman, enfermée dans un asile de fous, que Duvalier a construit l'aéroport mais avec les deniers de l'Etat.

Ils ne semblaient pas être au courant qu'un édifice public financé avec les caisses de l'Etat est un édifice qui appartient au public.

 Que jamais dans une démocratie  il ne portera le nom du président. Ce n'est qu'à la mort de celui-ci  -exemples : le centre Georges Pompidou, la bibliothèque François Miterand - que l'Etat peut décider de le baptiser du nom de celui qui l'a fait construire au cours de son mandat.

J'entendais donc non sans dégoût, ces deux-là s'exciter sur le fait que Toussaint Louverture n'aurait pas dû être le nom de l'aéroport international de Port-au-Prince.

 

Dingue non ! Préférer François Duvalier à Toussaint Louverture comme porte d'entrée en Haïti.

Ce qu'ils ne savent même pas, ces demeurés - et ne me dîtes pas qu'ils ne le sont pas - c'est que même du temps où cet aéroport portait le nom du dictateur,  pour les compagnies d'aviation, pour les Tours-opérateurs, l'aéroport était désigné exclusivement  sous  le nom de Maïs Gâté.

Parce que voyons, quel touriste aurait voulu atterrir à un aéroport qui s'appelle François Duvalier !

"Tèt moun sa yo pa finn dwèt." Et ce sont  elles  que la CI préfèrent avoir comme interlocuteurs à cause même de leurs problèmes mentaux.

 

Voici un article sur Gilot qui était paru dans le Nouvelliste à propos de la sortie de son livre sur l'amour que l'on devrait porter à Duvalier et la polémique avec Péan qui lui venait de publier " Entre Savoir et Démocratie"

Le contraste entre le  titre de Gilot : " François Duvalier, le mal aimé" et celui de Leslie Péan "Entre Savoir et Démocratie", souligne le fossé entre la complaisance crasse et niais : marques d'un régime autoritaire  et la recherche qui peut se faire dans une démocratie.

 

Il est clair que sous les deux Duvalier Péan n'aurait pas pu publier " Entre Savoir et Démocratie"

Tandis que Gilot aurait pu remplir toute une bibliothèque de ses "Duvalier le mal aimé, Duvalier le génie, Duvalier le révolutionnaire, Duvalier le Lumumba d'Haïti" -sans oublier "Mme Max Adolphe la mal aimée, Ti Bobo le mal aimé, Axel Benjamin le  titan " - et  autres conneries qui auraient été fort applaudies au Palais National et lui auraient sans doute valu des récompenses pécuniaires. 

 

"L'un des objectifs de « Entre savoir et démocratie »  est de lutter contre l'amnésie », ajoute l'économiste, pour qui le duvaliérisme a abêtit le peuple."

Eh bien, question abétissement et amnésie, Privert nous en remet une couche avec Gilot au Palais national.

 

 

Leslie Péan scalpe Rony Gilot

 

Haïti: Leslie Péan n'y va pas avec le dos de la cuillère. Sans ménagement, l'économiste - auteur de l'ouvrage « Entre savoir et démocratie » retraçant les luttes de l'Union nationale des étudiants haïtiens sous le gouvernement de François Duvalier, attaque le Dr Rony Gilot. « Rony Gilot aurait dû faire son mea culpa et exprimer ses regrets d'avoir trahi la grève pour 100 dollars par mois. Mais il ne le fera pas », crache Leslie Péan, revenant, lundi 13 juin 2011, à l'émission «Panel Magik» (Radio Magik 9 100.9 mhz), sur l'arrestation de 18 étudiants de l'UNEH, en septembre 1960, et leur libération le 1er décembre de la même année, au terme de la grève des étudiants, considérée dans les milieux de gauche comme le Mai 68 haïtien.

 

Cinquante ans après, le courroux de Leslie Péan est loin de s'étioler. « Le gouvernement utilisa la corruption financière et l'idéologie noiriste pour diviser l'UNEH. Son fer de lance fut Roger Lafontant, membre de l'Association des étudiants de médecine et de pharmacie (ADEM) qui, assisté de Robert (Bob) Germain, de Rony Gilot et d'autres comparses, organisa une milice tonton macoute estudiantine. Les étudiants duvaliéristes reçurent un chèque de cent dollars par mois du ministère de l'Intérieur (p. 63) », a écrit Leslie Péan, en culottes courtes, lors de cette grève qu'il dit avoir vécue au quotidien au contact de son cousin, membre de l'UNEH.

 

« Vingt textes originaux de l'UNEH ayant échappé à la censure ont dénoncé la trahison de Lafontant, de Germain, de Gilot », souligne Leslie Péan. Acide, il déplore le fait que les bourreaux d'hier puissent continuer à répandre des informations biaisées, atténuant la férocité de la dictature de François Duvalier». L'un des objectifs de « Entre savoir et démocratie » est de lutter contre l'amnésie », ajoute l'économiste, pour qui le duvaliérisme a abêtit le peuple.

 

Incisif contre le Dr Rony Gilot, auteur de François Duvalier le mal-aimé, Jean-Claude Duvalier ou l'ingénuité captive et d'un dernier, Jean-Claude Duvalier ou la chance galvaudée, Leslie Péan a cependant nuancé; il est, à la limite, complaisant quant à la contribution de certains leaders du mouvement d'étudiants sous Duvalier et des vieux routiers de la politique, au cours des dernières décennies dont Déjean Bélizaire, Serge Gilles.

« Le bilan de cette génération n'est pas statique. Il est dynamique », soutient-il. « Le bilan, c'est la continuation de la lutte du savoir contre l'ignorance. Et cette lutte continue actuellement. Le relais a été donné à d'autres générations », argumente-t-il, citant la démocratie, le respect des libertés individuelles comme des acquis.

 

Et, à propos du retour en Haïti de l'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier, Leslie Péan, dédaigneux, souligne : « Il y a des choses qu'il faut laisser dans les poubelles de l'histoire.» « Je ne vais pas tomber dans l'insignifiance », ajoute l'auteur de « Economie politique de la corruption », qui dit refuser d'utiliser ses méninges pour réfléchir sur Jean-Claude Duvalier. « Jean-Claude Duvalier doit répondre de ses actes devant la justice », lâche-t-il, fier de dire qu'il a le «coeur à gauche».

 

Leslie Péan sera en signature à Livres en folie avec Rony Gilot, le 23 juin 2011, au Parc historique de la Canne à sucre. Leurs oeuvres, contradictoires, évoquent une période importante de l'histoire récente d'Haïti, avec ses ombres et ses lumières, ses acteurs face à la victoire ou à la défaite qui, au fait, est temporaire.

 

Roberson Alphonse

ralphonse@lenouvelliste.com 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents