Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


L'insalubrité généralisée - Par Patrick Elie

Publié par siel sur 9 Décembre 2014, 11:21am

Catégories : #P. ELIE chronique

Port-au-Prince, notre capitale est défigurée par des piles d'immondices en particulier dans son centre-ville et chaque averse charrie des tonnes de déchets de toutes sortes, qui dévalent du haut vers le bas de la zône métropolitaine. De nombreuses voix se sont élevées contre cette situation en pointant du doigt l'impact désastreux qu'il a sur les rares visiteurs étrangers qui débarquent dans notre capitale. Ce n'est là que le moindre des problèmes causés par ces déchets, car après tout, contrairement aux visiteurs, nous sommes tenus de vivre et de travailler en permanence dans cet environnement inesthétique et dangereux. Ces déchets polluent l'air que nous respirons, obstruent les canaux de drainage construits et entretenus à grands frais et menacent les nappes phréatiques dont nous tirons presque toute l'eau indispensable à notre survie. Mais le plus grave est que ce côté spectaculaire de l'insalubrité n'est que la partie visible de l'iceberg. Dans les bidonvilles et dans les communautés rurales, la situation est encore plus déplorable avec un accès presque nul à l'eau potable et à l'usage de simples latrines.

L'impact sur la santé publique, la productivité et donc sur la sécurité publique est désastreux. Ainsi, d'après le MSPP et l'OMS, la typhoïde liée aux pathologies hydro-fécales est la première source de mortalité chez les 5-14 ans, la diarrhée et la gastro-entérite d'origine infectieuse sont la deuxième cause de mortalité tous âges confondus (1997-2000). On peine à imaginer la catastrophe que représenterait le déclenchement d'une épidémie de choléra dans notre pays où les infrastructures sanitaires sont notoirement déficientes. Un tel scénario est tout à fait plausible, surtout quand on considère que la majorité prend ses repas en plein air et que les entreprises vendant de l'eau soi-disant traitée ne subissent aucun contrôle de l'État.

La Commission recommande la réactivation du corps des officiers de service d'hygiène, constitué de cadres bien préparés, assistés par des jeunes effectuant leur service civique. Dans un premier temps, ce service d'hygiène pourra au moins répertorier les nombreuses menaces à la salubrité, les signaler aux autorités compétentes et proposer des mesures correctives dont il veillerait à l'application dès qu'elles auront été adoptées. Ces professionnels en hygiène publique seront également chargés d'une campagne permanente d'éducation dans ce domaine crucial.

L'insalubrité et la difficulté d'accès aux services essentiels est un facteur qui agit négativement sur la sécurité alimentaire des ménages et surtout sur celle des plus pauvres et des plus vulnérables. Ils doivent payer tous les produits et services plus cher que les ménages des classes moyennes et aisées. De plus, leur état cyclique de morbidité ne leur permet pas de bien valoriser biologiquement leur alimentation.

Les sinistres

Catastrophes naturelles

Notre pays est situé sur la trajectoire des cyclones tropicaux qui se manifestent chaque année. Cela a toujours été le cas, le mot « ouragan » est d'ailleurs d'origine arawak. Cependant, le réchauffement climatique multiplie la fréquence et la violence de ces phénomènes et la déforestation en amplifie les effets désastreux.

Par ailleurs, Haïti est également menacée par des tremblements de terre, phénomène dont elle a périodiquement été victime durant sa courte histoire. Là encore, les caractéristiques topographiques du pays, l'implantation des villes les plus importantes sur le littoral, la construction d'édifices sur le flanc de nos montagnes et l'augmentation de la population urbaine se combinent pour rendre plus terribles les conséquences d'une probable secousse sismique. Il faut savoir en effet, que si la densité démographique moyenne est de 300 habitants au km2, elle atteint 641 dans le Département de l'Ouest et dépasse 40.000 dans certains quartiers de la capitale.

Toute catastrophe naturelle ne doit pas forcément provoquer un désastre humain et matériel. Le Japon, face aux tremblements de terre, et Cuba face aux ouragans, en offrent la meilleure preuve. Cuba en particulier démontre bien que les ressources financières ne sont pas les plus importantes dans la gestion des catastrophes. Notre pays aurait tout intérêt à étudier le système cubain et à collaborer avec ce pays si proche et qui confronte les mêmes menaces climatiques.

Ce qui est crucial, c'est la mise en place d'une politique et d'un système de défense civile, combinant prévention, éducation, mobilisation.

S'il faut applaudir à la création du Bureau de la Protection Civile au sein du MICT et surtout à celle des Comités Communaux de Protection Civile, nous sommes encore loin de ce qu'exigent les menaces qui pèsent sur notre pays.

La Défense Civile devra nécessairement s'appuyer sur le service civique obligatoire imposé par la Constitution de 1987.

L'insalubrité généralisée - Par Patrick Elie

Commenter cet article

ghislain 04/08/2015 14:15

j'ai aimé votre article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents