Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Communication

undefined

Vient de sortir ...
Un document inédit sur la mémoire haïtienne
Les textes de Roland Paret et Frantz Voltaire
 sont accompagnés de photos de l'époque.
Prix: 10 euros
En vente au restaurant  haïtien:
Le Rond Point des Artistes/Tel 01 48 09 88 40

Archives

Recommander

W3C

  • Flux RSS des articles

Recherche

PEUPLE sans mémoire...

Jeudi 28 novembre 4 28 /11 /Nov 11:02

Pour l'histoire: Il y a aujourd'hui 31 ans, le régime de Jean-Claude Duvalier procédait à une importante rafle contre des intellectuels, professeurs, juristes, hommes de théâtre et politiques qui avaient commis le sacrilège de critiquer le gouvernement à vie et de réclamer le changement.... et aussi contre des  journalistes qui avaient choisi d'informer objectivement.

Tous jetés en prison: certains allaient être humiliés et exilés quelques jours plus tard et d'autres gardés dans les geôles du régime.

Bon nombre d'entre eux reviendront au pays après le  7 fevrier 1986, date de la chute de Duvalier.


Mais le très brillant Richard Brisson, poète, homme de théâtre et journaliste à radio Haïti Inter, n'est jamais rentré. Mais non, il est rentré pour se faire arrêter puis exécuter, après être tombé dans le piège d'une pseudo expédition  contre baby Doc en 1982. Il n'avait que 31 ans.

 SOURCES http://www.ahphaiti.org/ndujour.html

Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 23 novembre 6 23 /11 /Nov 16:20
Alibée Féry
Alibée Féry, ou Athanase Alibée Féry, (1818-1896), dramaturgepoèteromancier,essayiste et conteur haïtien.
Alibée Féry est né le 28 mai 1818 à Jérémiechef-lieu situé dans la péninsule de Tiburon. Il est le fils de Jacques Honoré Féry, trésorier de l'État (né en 1796) et de Elmire Payas, fille du général Payas et propriétaire de la sucrerie Kanon à Jérémie. Il est le seul garçon parmi sept sœurs.
Il débuta comme employé du Trésor grâce à son père.

Ceci est un extrait de l'article Alibée Féry de l'encyclopédie libre Wikipedia. La liste des auteurs est disponible sur Wikipedia.
Sources : link
Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 novembre 7 17 /11 /Nov 10:11

lundi 14 février 2011

Élections : vers un retour de l’extrême-droite au pouvoir !

images-9.jpeg
Le Guatémaltèque Edmond Mulet, chef de la Minustah à l'époque, le grand manitou qui a placé Martelly au second tour. 

Après des semaines de machinations, de pressions et de valse hésitation, le Conseil Electoral Provisoire a dû finalement se soumettre aux injonctions des pays amis d'Haïti. « Il a fallu que la communauté internationale torde quelques bras, annule quelques visas et menace au creux de l’oreille les uns et les autres pour que les faiseurs de rois restent à leur place, celle de gentils figurants» a révélé à ce sujet le rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste, M. Frantz Duval. Dans la matinée du 3 février, le CEP a donc annoncé les heureux gagnants de la compétition présidentielle de novembre qui doivent participer au second tour le 20 mars prochain. Il s'agit de Michel « Sweet Micky » Martelly et de Mirlande Manigat.
        
Et comme pour démontrer « qu'il y a encore des hommes dans ce pays, » Mme Ginette Chérubin et trois autres conseillers électoraux ont refusé de signer ces résultats obtenus à l'arraché. Du coté de la Communauté Internationale, c'est l'extase, la jubilation. « C'est un grand jour pour Haïti » s'est exclamé l'Ambassadeur américain en Haïti, son Excellence M. Kenneth Merten. M. Robert Fatton, politologue et professeur à l'Université de Virginie a cependant approché ce dénouement avec un grain de sel et une note de scepticisme : « C'est un petit pas vers la formation d'un nouveau gouvernement qui pourrait être en même temps un détour vers une nouvelle crise. » Au niveau de la classe politique, le plan international de récupération des élections bidon est loin de faire l'unanimité. La plupart des candidats ayant participé à la course électorale et un large secteur de l'opposition à Préval, considèrent les résultats publiés mercredi matin comme nuls et non avenus. Ils réclament l'installation d'un gouvernement provisoire en vue de réaliser des élections inclusives, honnêtes et démocratiques. Tic, tic, tic. Le compte à rebours a commencé. 


Avec la publication des résultats imposés par l'International, s'envole en fumée le rêve de René Préval de renaître de ses cendres et de se succéder à lui-même à travers un gouvernement de doublure, présidé par son homme de paille Jude Célestin. Les élections présidentielles de novembre se sont vite transformées en referendum contre le pouvoir en place. Désabusée par le cynisme, la surdité et la cécité politiques du président sortant, une frange importante de la population haïtienne était prête à voter n'importe qui ou n'importe quoi qui ne soit pas du Préval. Abandonné par ses pairs du parti au pouvoir, exclu in extremis de la course présidentielle, l'héritier du trône, s'est contenté de vider son amertume à travers un message philosophique sur les impondérables de la politique haïtienne. A l'image de Baby Doc, Jude Célestin a gardé jusqu’à la fi n une distance prudente vis-à-vis de la presse haïtienne et n'a jamais cherché à y faire bonne impression.

images-10
Jude Célestin, candidat à la présidence.
Candidement retranché dans son mutisme, cet illustre inconnu a cru que les millions engloutis dans une campagne tapageuse de posters suffiraient à lui paver la voie vers la Palais National. Ce qu'il n'a pas compris, c'est que le centre de gravité du pouvoir se trouve à mi-chemin entre l'Hexagone et le Pentagone et que la campagne électorale se fait aussi à l'intérieur des Chancelleries. De Paris à Washington, on est fatigué de René Préval et de Jude Célestin que l'on considère comme des bons à rien. Le moment est maintenant venu de faire place aux prêts à tout !
En politique, disait Nicholas Machiavel « Le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal. » Essayons d'examiner de plus près le tandem qui s'apprête à s'affronter sur l'arène politique au cours des prochaines semaines.
La Saga du Candidat Manigat
images-6.jpeg
Les 2 candidats à la présidence sélectionnés avec leurs coachs,Y Latortue à gauche pour Manigat et en arrière plan l'Espagnol Damian Merlo pour Martelly.
Docteure en science po, professeure à l'université, écrivaine, « légaliste et constitutionaliste » à ses heures perdues, Mirlande Manigat amène avec elle, en tant que candidate à la présidence, une carte de visite assez impressionnante. Après de longues années passées en France, au Venezuela et à Trinidad, elle s'est vite retrouvée au Palais National le 7 février 1988. En effet, à la suite du massacre de la Ruelle Vaillant et d'un coup d'état électoral perpétré par la soldatesque de Namphy, Mirlande Manigat faisait coup double en devenant en même temps Sénatrice et Première Dame de la République. Usurpation de pouvoir ? Crime de haute trahison ? Peu importe. « Si je prends le pouvoir, le peuple viendra à moi » déclarait avec aplomb son auguste époux Leslie Manigat. Malheureusement, la lune de miel avec l'Armée macoute se terminait quatre mois plus tard en révolution de Palais. Evidemment, personne ne protesta contre le renversement des Manigat. Pas même une petite manifestation de rue. Pas même une petite condamnation hypocrite de la Communauté Internationale. Pour les Manigat, toujours assoiffés de pouvoir, c'était la longue traversée du désert jusqu'aux élections du 7 février 2006. Cette fois, Mirlande allait vraiment percer sous Manigat. Candidate au Sénat dans le Département de l'Ouest, elle allait accomplir le tour de force d'obtenir plus de votes que son mégalomane de mari, Leslie Manigat. En bonne épouse traditionnelle, elle dût sacrifier sa victoire sur l'autel de la phallocratie. 
`
images-13.jpeg
Mme Mirlande Manigat, candidate à la présidence.

Il serait difficile aujourd'hui de se faire une idée exacte sur la popularité réelle ou supposée de Mirlande Manigat. On ne peut certainement pas se fier aux chiffres officiels publiés par le CEP. Manigat n'est jamais parvenue à trouver la bonne carburation et à décoder les secrets de «l'alchimie du verbe. » En fait, elle a le défaut de ses qualités intellectuelles. Son discours conservateur et professoral ne fait certainement pas vibrer la grande foule des électeurs. En certaines occasions, son niveau de raisonnement politique ne dépasse pas celui d'une gentille adolescente de chez les Soeurs. En fait, le plan machiavélique de Préval, c'était de permettre à Mirlande Manigat de faire illusion au premier tour avant de tirer son propre candidat de son chapeau au second tour. Au cas où les élections devraient effectivement se tenir le 20 mars, la tâche de Professeure Manigat ne sera pas facile. Elle va avoir devant elle un maître-chanteur qui s'appelle Michel « Sweet Micky » Martelly.
 
 
images-2-copie-2
Les putschistes venus de la RD, les "dechoukè  de la dignite"  de 2004
La Surprenante Percée d'un Putschiste 

Dans un article de Christophe Wargny publié le mois dernier dans Le Monde Diplomatique, Michel Martelly est présenté comme un « jeune dealer duvaliériste. » Dans sa dernière édition, le magazine français Paris Match rappelle que « Le chanteur était également un ami du très redouté lieutenant-colonel Michel François, chef de la police de Port-au-Prince, mêlé aux heures les plus sanglantes du coup de 1991. » Petit à petit, la presse internationale commence à se faire une idée sur le vrai personnage qui se cache derrière le masque de Michel Martelly. En effet, pendant le sanglant coup d'état militaire de 91-94, Sweet Micky était devenu un étroit collabo des putschistes au point que le sanglant Commandant de la Police Michel François avait adopté aussi le surnom de Sweet Micky. Pendant que les militaires tuaient à tour de bras et que les forces paramilitaires du FRAPH violaient et massacraient impunément, Martelly amusait la galerie. En fait, on l'accuse même d'avoir participé personnellement aux escadrons de la mort. L'impunité étant ce qu'elle est en Haïti, Sweet Micky, n'a jamais été poursuivi pour complicité dans la perpétration des crimes contre l'Humanité. Au contraire, quelques années seulement après la fi n de la dictature militaire, il a été invité à participer au carnaval par le maire de Port-au- Prince qui avait échappé de justesse à la grogne des assassins en kaki. C'est à cette même époque que Michel Martelly déclarait dans une interview à la presse étrangère que s'il devenait président, il jouerait nu sur le toit du Palais National. 
images-12
 Martelly à l'époque de Sweet Miky 

Jamais on n'aura vu un tel spectacle de prestidigitation et de marketing dans les annales électorales haïtiennes. Grâce à la complicité d'une presse complaisante, Michel Martelly est parvenu à enfermer dans les placards son alter ego encombrant de Sweet Micky qui avait pris la répugnante habitude d'exhiber ses fesses un peu partout et de se livrer à des tirades d'obscénités.
Le_chef_de_lEtat-_Michel_Martelly--.jpg
 Martelly, après  avoir subi une "opération jalouzi",  opération qui consiste à " peinturer" les facades des maisons de Jalousie, bidonville situé à Pétion Ville, en rose.
La mémoire collective en veilleuse, Sweet Micky s'est donc refait une virginité morale et politique. Il prétend même vouloir combattre la corruption en Haïti. Vraiment ? Le chic des costumes dernier cri et du discours aseptisé a remplacé le choc électronique de la démence scatologique. Confrères et consœurs de la presse se pressent candidement autour de Micky, devenu la sensation de l'heure. Soudainement, la bête de scène est devenue un personnage photogénique, télégénique et hygiénique. Un candidat taillé à la mesure d'une société haïtienne dissolue qui vient d'entrer dans une nouvelle décade de décadence. Jamais on n'avait vu une telle métamorphose. L'illusion était parfaite. La presse internationale n'y avait vu que du feu. Profil à Time Magazine, interview à Radio Canada, causeries en tête à tête et à la queue leu. Avec le plus grand sérieux du monde Sweet Micky parlait de son « programme politique. » Volontaire de l'Insécurité Nationale hier, il promet la paix et la sécurité aujourd'hui. Ah ! L'enfer est pavé de bonnes intentions. Mais, à quoi servirait-il d'accuser M. Martelly de quoi que ce soit ? Ne suffi t-il pas de reprendre quelques confidences de Michel Martelly sur Michel Martelly, disponibles à Youtube.com. 

• Il avoue avoir obtenu sa carte de Tonton Macoute dès l'âge de 15 ans. 
• Il a été expulsé de l'Académie Militaire pour mauvaise conduite. 
• Pendant son séjour aux Etats-Unis dans les années 80, il fumait journellement mille dollars de crack. 
• Alors qu'il travaillait comme maçon, il se faisait passer pour ingénieur au cours de ses visites en Haïti. 
 
Ce serait certainement trop facile de s'attarder sur le dossier épais de Michel Martelly. Les témoignages sur ses malversations financières aux États-Unis commencent aussi à se diffuser. En réalité, la course à la présidence d'Haïti est officiellement devenue une affaire de sac et de corde qui attire les individus les plus saugrenus. Par un tour de passe-passe incroyable, la perversion la plus abjecte, la vulgarité la plus obscène sont devenues en Haïti les « qualités » les plus attrayantes. L'individu le plus ignoble devient la coqueluche d'une jeunesse avide d'un changement à rebours et engagée à corps perdu dans la politique du pire. 

En fin de compte, comment comprendre le silence de la presse en Haïti face à un tel scandale. Serions- nous en présence d'une presse haïtienne totalement vassalisée par la bourgeoisie la plus corrompue du monde ? En effet, très peu de journalistes semblent vouloir prendre la responsabilité de dénoncer l'absurde. Par reconnaissance ? Par complicité ? Par peur ? Par défaitisme ? Jean Dominique doit se retourner dans sa tombe. Un quart de siècle après la fin de la dictature duvaliériste, on dirait qu'il existe encore en Haïti un code du silence. Serait-ce une forme de prudence, d'autocensure, d'opportunisme ? Il faut dire qu'avec le climat d'insécurité et d'impunité, certains candidats sont des Duvalier en puissance. Avec le pouvoir de kidnapper, de zigouiller, de torturer, d'incendier. Attention pas capon! A quoi bon devenir un autre martyre pour un pays irrémédiablement engagé sur la voie de la catastrophe ? Toutefois, le sauvetage national et l'émergence d'une démocratie réelle ne seront jamais possibles sans une nouvelle libération de la parole, sans un engagement résolu à combattre l'inacceptable. 
Castro Desroches 
Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 12 novembre 2 12 /11 /Nov 17:10
IN MEMORIAM Le 12 novembre 1964 deux guérilleros Louis Drouin et Marcel Numa  étaient fusillés .El 12 de noviembre de 1964 dos guerilleros Louis Drouin et Marcel Numa eran fusilados
Collection CIDIHCA
Pour les plus jeunes et ceux non informés les enfants des écoles avaient été amenés pour venir assister au "spectacle". Comme quand on lynchait un Noir aux USA, les familles se rendaient, enfants compris pour participer à l'événement. Parfois même c'était l'occasion d'un joyeux pique-nique.


Nous devons remercier le Cidihca pour avoir su préserver ces archives. De ces horreurs duvaliériennes nous n'avons pas grand-chose. Rien sur les Vêpres jérémiennes, ni sur les cachots de Fort-Dimanche, ni sur les séances de torture aux Casernes Dessalines. Ni, ni...


Les militaro/macouto duvaliéristes  ont pris soin de ne pas laisser des traces de leurs crimes quotidiens pendant presque 40 ans; nous n'avons rien sur ce qui se passait dans les campagnes là où la répression était la plus féroceoù les paysans étaient livrés aux mains de macoutes tels que axel benjamin aux Cayes ou Zacharie Delva dans l'Artibonite; et personne n'a recueilli les témoignages de ces paysans victimes de viols, de vols et de crimes.

 

C'est l'occasion de lancer un appel afin que tous ceux qui ont des photos de cette époque les confient au Cidihca.  Car, si tourner la page est nécessaire. Faut-il  encore savoir ce que la page contenait, afin d'éviter de s'enfermer dans le déni et de ne pas réécrire l'exacte et même histoire.

 

Les légendes ont été rajoutées par moi.

Numa-2.jpg

 

Un duvaliériste (homme de main,macoute, fonctionnaire ?) vérifie les liens de Drouin. Qui sait ce que cet homme est devenu ( ministre, ambassadeur ou prisonnier à Fort-Dimanche ?) Est-il encore vivant ?
Numa3.jpg
Un prêtre parle avec Drouin, Numa regarde dans cette direction, tandis que macoutes et militaires surveillent.
Numa-5-copie-1.jpg
A gauche Numa, à droite Drouin. Ce qui frappe dans cette photo c'est l'expression presque enfantine de Numa, spectateur de la préparation à son assassinat. Et la tenue digne de ces deux hommes qui savent qu'il ne leur reste plus que quelques minutes à vivre.
Numa-4.jpg
 Regardez l'expression de Drouin, tête levée, coprs droit,  regard direct et posé, il fait face aux bourreaux.

Numa-1.jpg
le peloton d'exécution formé de militaires.
Numa-6.jpg
La tuerie.
Numa-10.jpg
Un dernier petit coup, pour s'assurer que le mort est bien mort. Ce militaire zélé aura sans doute eu droit à une récompense. Qui est-ce ?
Numa11.jpg
Drouin. Jusqu'au dernier soupir, Numa et Drouin affronteront les barbares duvaliéristes avec honneur.
Respect pour toute cette jeunesse qui a été sacrifiée par  les addicts  du sang, zombis revenus aujourd'hui au gouvernement de la République d'Haïti.

Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 11 novembre 1 11 /11 /Nov 15:10
Ciudad Trujillo, le 6 mai 1957
Monsieur LUC FOUCHE
Cap-Haitien, HAITI

Cher Monsieur Fouché,
Par suite du refus du Gouvernement Sylvain d’exécuter l’accord que j’avais avec le Gouvernement MAGLOIRE pour l’envoi de travailleurs en République Dominicaine, la moitié de la récolte de canne est restée sur pied cette année. C’est une réelle perte pour notre économie.

Je me suis empressé de faire reconnaitre le Conseil Collégial par le Gouvernement Dominicain pour lui donner un appui et provoquer la reconnaissance des autres puissances, parce que, sur la garantie de Monsieur Louis DEJOIE qui m’avait été confirmée par son gendre, M. Max Bolte, la première tâche du Conseil aurait été de provoquer l’exécution de l’accord et de nous permettre de ne pas subir les lourdes pertes due a la carence de la main d’œuvre. M. Louis Déjoie que j’ai fait toucher, il y a trois semaines, par un intermédiaire fidèle, l’ami que vous connaissez, m’a fait répondre que ses représentants étaient gênés dans le Conseil par ceux d’un autre candidat et qu’il convenait d’attendre qu’il eut fait son travail d’élimination.

Je pense aujourd’hui les résultats assez concrets pour que je n’admette plus aucune tergiversation de leur part. Dominant complètement dans le Conseil, M. Louis Déjoie peut, sans difficulté, faire exécuter l’accord. Mes besoins sont actuellement de 50,000 travailleurs. Je veux que vous lui fassiez comprendre que s’il hésitait à me donner satisfaction, je rendrais public son dossier ainsi que le fac-simile du reçu qu’il m’a signé.

Espérant que s’il veut réellement aller aux élections, la simple mise en garde que vous ferez en mon nom le convaincra de la nécessité de tenir parole, je demeure

Votre dévoué
RAPHAEL LEONIDAS TRUJILLO Y MOLINA


Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 novembre 3 06 /11 /Nov 15:14


mardi 18 septembre  2012      

       Un texte en créole que je publie d'abord pour la langue.

Et aussi, parce que je découvre, alors que j'émettais l'hypothèse d'une filliation, Martelly, un goût vorace pour l'argent des autres ?  que l'histoire abracadabrante d'autorisation par le président du commerce du change vient de l'époque d Duvalier François. Marche arrière toute.

 

 

Yo mèt sote ponpe sa yo anvi fè-a pap pase. Atik 51-an nan swa dizan Konstitisyon amande-a klè. Yo opouvwa yo lib pou fòme Konsèy Elektoral Prezidansyèl yo. yon sitwayen onèt se lèw pa komèt menm zak kew abitye repwoche lòt. Kòm genyen anpil moun ki dwe pran lyann yo mèt koumanse sanble bann madigra mal maske. Nou se 9 milyon 300 mil kont 700 mil. Veye pou se pa nan kanpe lwen nou bwè soup premye Janvye-a. Tout moun lisid tèt frèt. Deja Mèt lakou-a ouswa patwon yo voye nouvèl la deja ba yo. Genyen lòt endis ki montre klè ke yo an difikilte:

 


1) Se Lamothe ki siyen nòt ki adrese bay Prezidan Obama kondoleyans pou sila yo ki mouri nan atak Anbasad Tonton Sam nan Lybie;

 


2) Yo poko jwenn kòb pou finanse okenn kont mal taye ke yo vle fè nan lakou-a. Se konsa ki fè nou wè yap chache foure men nan pòch tout sitwayen nan peyi-a kon lòtbòdlo. Yo di ke dapre yon lwa ke Duvalier diktatè te fè ke tout moun kap chanje lajan vèt pou goud se Preyidan senpman ki ka baw lotorizasyon. Sa sa lalwa ap pouswiv ou e wap peye menm kantite kòb la plis prizon.


 
3) Yo ap adore Sen Castro ak Sen Chavez se paske yo pa jwenn wout pou yo pase pou adore Sen Obama ak Sen Ewopeyen yo. Men kòm menm nan lanfè genyen moun pa, Kan Sen Clinton lan ap ba yo lespwa; 


 
4) Yo fann nan wèl tout gwo endistriyèl ak komèsan ki pa vle finanse bal maske yap fè yo; 


 
5) Yo pran lajan Sen Chavez la nan Petrocaribe ki destine pou ledikasyon yal fourel nan Ed'H, 167 milyon dola vèt ki pap rezoud pwoblèm kouran-an. Yo tèlman bèt yo di ke se nan enèji yap envesti, kòm si enèji elektrik se reziltant tout enèji ki ekziste. Men nou deja wè se yon fason pou yo sifonnen lajan leta e kite dèt pou jenerasyon kap vini yo; 


 
6) Yo foure kò yo nan tout fèt chanpèt yon fason pou chak semenn Sandro (Timicky) Martelly touche 5 mil dola vèt; 


 
7) Zafè al wouvè kat Visa ouswa Mastercard nan BNC-a sanble yon pyèj, yon pèlen tèt pou koupe sakit malere ak malerèz paske rapò BRH sou sitirasyon bank prive yo pa konvenk pèsonn; 8) Yo pran yon mezi pou fòse tout sitwayen peye taks. Se ta bon pou Lapatri, men tou yo pa di ke genyen 95% moun ki nan chomaj, kap twoke kòn pou zago chak jou ak mwens ke yon dola meriken/jou. Nan sèl pozisyon pouw jwenn dyòb se nan okipasyon aloufa, Minis pou rive asistan direktè jeneral an pasan pa pòs diplomatik. Dyòb delege yo ak majistra tou nèf yo se pou chen kap gade lakou mèt. Tout konseye 

touche oran de minis, menm Olivier Micky ki genyen yon kòb sal nan menl poul yaya; 



8) Madam Lapremyè Mètrèsdam, GWO SOSO, pran nan pyèj paske 2 mèt avoka ki ap fè yo fas kare-a pran yo nan pwòp pyèj yo ak 2 arète prezidansyèl ki pibliye nan Jounal Ofisyèl Monitè ki fè Lefis ak Lamè kontab nan sakit leta; 


 
9) Moun nan Sid deja avèti, Ti vandè konsyans ki rele Guyler Al(Cius) Delva-a sot pase yon move kadè anba grif lapopilas nan fè magouy ak sousou. Pèp la deja idantifye tout kaliko doub lajè. Okap bay yon repons tòf e Gonaïves deja sou pye lagè, tout zam deja foubi; 


 
10) Dapre Steven Everson Benoit, Prezidan Michel/Michael Martelly se tan lap fè pase jiskaske yon lòt tyè Sena Repiblik la al chita nan kwen. Lè sa-a kadisite Palman-an ap konstate e depite e senatè tout pral chita. Konn yè-a yap genyen lechan lib pou monte yon KEP ki pou pèmèt yo ranpòte lamayòl.
  
Tout moun kap mande tét ansanm pou sove peyi-a e ki an menm tan ap joure moun ki pa vle adore Bal yo map bay yon anekdòt nèg andeyò pou yo ak tout moun ki pa manje manje bliye:
Yon mjou ti chat envite ti rat poul al jwe ak li lakay manmanl. Ti rat gade ti chat nan je li dil: Ou konnenm sòt, sa manmanmw te diw la lè ti chen te envitew lakay li-a se menm bagay la manmanm fenk dim tou. 


 
Sak konn li kreyòl, konprann!  
Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 novembre 3 06 /11 /Nov 15:05

casas2.gifMassacres d'Indiens
 Le titre original en espagnol est : La población aborigen y los orígenes violentos del cruce racial

 

Il s'agit du premier chapitre d'un livre à paraître intitulé : "La population dominicaine."

dont l'auteur est l'historien : Franklyn J. Franco


Dans ce premier chapitre, l'auteur tente, en recoupant  de nombreuses sources, de déterminer le nombre d'habitants de l'île à l'arrivée de C. Colomb. Il s'en tient  à 100 000.

Ces habitants, les Taïno, selon lui,  étaient ceux qui avaient la culture la plus raffinée de la Caraïbe- au niveau de leur sorganisation sociale, politico-économique et culturelle.


Puis, il nous explique les violences exercées par les Espagnols contre cette population - notamment les viols des femmes et les tueries d'enfants- jusqu'à leur disparition totale de l'île par les éléments sociopathes qui constituaient  le gros de l'équipe de Colomb.


En effet, il nous  rappelle que cette équipe de conquérants était formée principalement de repris de justice, de  criminels avérés, certains d'entre eux contre lesquels avaient été requis la peine de mort.


Le 30 avril 1492, une ordonnance des Rois catholiques, permettait aux délinquants condamnés à mort de s'embarquer avec Colomb. Elle offrait l'amnistie et le pardon à ces criminels. 


le 22 juin 1497, pour le 3ème voyage de Colomb, une nouvelle ordonnance va encore plus loin. Elle offre aux voleurs et aux criminels qui accepteront de s'engager pour le voyage avec Colomb, non seulement l'amnistie, mais encore protection pour leurs familles et leurs biens qui ne pourront être saisis par la justice. (Sympa pour les victimes de cs ciminels).


Plus encore, ces criminels blanchis de tous crimes, verront leur réputation restaurée, c'est-à-dire qu'ils deviendront de par cette ordonnance, des gens honnêtes et respectables.


Si je vous raconte tout ça, c'est que d'une part, je me dois de reconnaître que si le gouvernement de la RD montre peu de considération pour les Haïtiens émigrés pauvres- pas pour ceux qui s'achètent des maisons, font du commerce et envoient leurs enfants étudier dans leurs universités- , il reste qu'à l'encontre de ce qui se passe en Haïti où dominent les zentellectuels qui défendent la doxa à base de GNB contre Attila, Moloch Tropical et autres fantaisies visant à camoufler et/ou falsifier l'histoire, il existe en RD un noyau d'intellectuels  et d'artistes qui travaillent, font des recherches et sont capables d'interroger l'histoire de leur pays.


Si je vous raconte tout ça, c'est aussi parce que j'ai vu  passer un commentaire d'un des -excusez moi du mot mais il est adéquat- d'un des larbins du Granloukenzen qui se plaignait que les Haïtiens, ces sauvages, avaient jeté la sculpture de Colomb à la mer. Cet invraisemblable larbin, arguait que Colomb devait être respecté, parce que reconnu internationalement comme une grande figure de l'Histoire.


Reconnu internationalement par qui ? That is the question, que ne se posera pas le larbin de service.


Cette personne qui vient d'un pays, Haïti, où ses ancêtres ont été déportés pour remplacer les Taïno, génocidés par l'équipe de Colomb, lui-même responsable de ce génocide parce qu'ayant accepté de se compromettre avec cette lie de l'Espagne qui constituait son équipe, a l'indécence de traiter de sauvages, ceux qui ont déboulonné la statue de Colomb et l'ont jetée à la mer, un geste éminemment politique  de refus de la colonisation, et ironique puisqu'il le renvoyait, le dit Colomb,à l'Espagne via la mer par laquelle il était arrivé dans ces contrées.


Enfin, nous avons parlé dernièrement, à travers la communauté d'émigrés syro-libanais en Haïti, de l'influence des communautés étrangères dans l'histoire d'Haïti. Accusé, levez-vous. Nous avons mentionné le livre de Ralph Trouillot, Silencing the past, qui analyse la fonction conservatrice de ce silence sur le passé, silence commre outil utilisé pour maintenir oppression, soumission et misère.

Genocide.jpg

Je suis toujours consternée et indignée par l'éducation tête en bas/tèt kale/crânes rasés des lettrés haïtiens- qui lisent très peu ceci dit, en fait  nombreux sont ceux  qui sont juste alphabétisés- qui donnent une image au monde tellement laide et stupide des Haïtiens.


Pourtant, nos ancêtres qui ont mené la guerre d'indépendance, avaient compris, il y a 2 siècles et plus de cela, l'importance de rendre hommage aux premiers habitants trucidés, en donnant un nom aborigène, Haïti, à la nouvelle nation dont nous avions hérité et qui était baignée par le sang des Taino et la mémoire de leur culture à travers le langage : ajoupa, kanari par exemple; et les restes de leur culture: les grottes, objets divers et les fameux vèvè du vaudou haïtien.


L'extrême droite haïtienne, bête et méchante, en rose aujourd'hui ou en gros bleu hier,  nous tue délibérément et sûrement; comme les criminels espagnols formant les expéditions de Colomb, ont liquidé les Taïno.


Au lieu de faire de vilaines niaiseries comme le festival de la mer au Cap -Haïien

martelly-homme-fort.jpgLe président du pays Tèt Kale/Sak Pa Kontan Anbake au carnaval des fleurs.


ou le carnaval des fleurs, le gouvernement haïtien, ne serait-ce que pour des raisons bassement mercantiles- devrait de préférence consacrer tous les ans aux anciens habitants de l'île, au moins une journée ou deux, qui mettraient en valeur leur histoire et la survivance de cette histoire dans la culture haïtienne.


Bon. Il est interdit de rêver quand des incultes notoires,  préoccupés  d'enrichissement personnel et de bamboches, se retrouvent  catalputés par la communauté internationale à la direction d'un pays.

Et puis, il ne faut pas oublier qu'ils sont copains comme cochons avec l'Espagne, laquelle est responsable du génocide des iindiens Taino et de ceux de la Cara¨be et des pays d'Amérique Latine, sans compter , sur son propre territoire la Sainte Inquisition. Ca en fait du monde, n'est-ce pas !

 

 Voici quelques extraits du texte pour ceux qui lisent l'espagnol.


 

"Con esta entrega iniciamos la publicación del primer capítulo de la obra "La población dominicana", próximo a salir en octubre, de la autoría del historiador y académico Franklyn J. Franco

 

En los momentos en que los expedicionarios conducidos por Cristóbal Colón inician en 1492 la invasión de las islas y el continente que luego sería bautizado con el nombre de América, la isla de Haití, más tarde La Española o Santo Domingo, donde llegaron tales aventureros el 5 de diciembre de ese mismo año, estaba densamente poblada según los datos procedentes del propio navegante genovés, de cronistas, sacerdotes y relatores de la época.

El grupo étnico aborigen al que pertenecían sus habitantes, identificado por estudiosos e historiadores como "taíno", también poblaba parte de las islas de Cuba y Puerto Rico. Según se ha establecido, era culturalmente el más avanzado del ambiente geográfico antillano.

Dentro de las nuevas realidades sociales que tempranamente aparecieron fruto del encuentro del viejo y el nuevo mundo, el de mayor trascendencia y permanencia en el tiempo lo fue el cruce racial; iniciado en principio bajo el estupro, como lo prueban las acciones violentas contra las mujeres aborígenes de La Española que llevaron a efecto en enero de 1492 los expedicionarios, miembros del primer asentamiento establecido por Colón en este continente durante su primer viaje, acción delincuencial colectiva que fue respondida con el ataque efectuado por el cacique Caonabo contra la fortaleza de La Navidad construida por Colón antes de su retorno a España, que conllevó el total exterminio de sus ocupantes.

Explica la conducta sexual violenta de los invasores españoles que acompañaban a Colón sobre las hembras aborígenes, la baja procedencia social y moral de sus integrantes, una buena parte delincuentes y criminales excarcelados expresamente por la corona española para que acompañaran al Almirante en su riesgosa aventura de trazar una nueva ruta para el tráfico marítimo hacia la India, la China y Japón, propósito original del proyecto colombino.

Una primera provisión de los Reyes Católicos ordenó el 30 de abril de 1492, permitir a delincuentes condenados a la pena de muerte acompañar a Colón, señalando: "que no conozcáis de ninguna causa criminal, tocante a las personas que fueren con el dicho Cristóbal Colón en las dichas tres carabelas, durante el tiempo susodicho; porque Nuestra merced y voluntad es, que todo ello este así suspendido" --- y otra del 22 de junio de 1497, con motivo del tercer viaje es aún más amplia: "Habemos mandado a Don Cristóbal Colón, Nuestro Almirante de las Indias del Mar Océano, que vuelva a la Isla Española y a las otras islas y Tierra Firme… y para ello habemos mandado armar ciertas naves y carabelas y que va cierta gente pagada por cierto tiempo… y porque aquella no puede bastar para que se haga la dicha población… si no van otras gentes que en ellas estén y vivan a sus costas; y Nos, queriendo proveer sobre ello, así por lo que cumple a la dicha conversión y población, como por usar de clemencia y piedad con Nuestros súbditos y naturales… ordenamos,… "que todos y cualesquier personas varones… que hubieren cometido hasta el día de la publicación desta Nuestra Carta, cualesquier muertes y heridas, y otros cualesquier delitos de cualquier natura y calidad que sean, excepto de herejía y Lesae Majestatis, o perduliones o traición… que fueren a servir en persona a Isla Española, y sirvieren en ella a sus propias costas, y sirvieren en las cosas que el dicho Almirante les dijiere y mandare de Nuestra Parte,"lo que merecieren pena de muerte (y sirvieron) por dos años, y los que merecieron otra pena menos que no sea muerte, aunque sea perdimiento de miembro (y sirvieron) por un año, sean perdonados de cualesquier crimen y delito, y de cualquier manera y calidad de gravedad que sean…"


"En adelante, non puedan ser acusados por los dichos delitos… ni puedan ser ejecutadas en ellos ni en sus bienes las sentencias que contra ellos son o fueren dadas, las cuales Nos, por esta Nuestra Carta revocamos y damos por ningunas, y de ningún efecto y valor, cumplido el dicho servicio…"

"Y restituimos a los dichos delincuentes en su buena fama y el punto y estado en que estaban antes que hubiesen hecho y cometido los dichos delitos"…

 

Sources  de l'article : http://www.diariolibre.com/ecos/2012/08/17/i348254_poblacion-aborigen-los-origenes-violentos-del-cruce-racial.html

Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 novembre 2 05 /11 /Nov 17:27

 

Brève biographie du Dr. Fritz N. Cinéas, Ambassadeur d'Haïti

Le Docteur Fritz N. Cinéas, Ambassadeur d'Haïti en République Dominicaine, est un diplomate de carrière et le plus ancien de notre service extérieur. 

Entré dans le Service Extérieur âpres ses études médicales et Académicien de l'Académie Mexicaine de Droit International, il a été successivement: Premier Secrétaire d'Ambassade au Mexique et ensuite Consul général d'Haïti à San Juan, Puerto Rico. 

Nommé en Octobre 1962, Secrétaire Prive du Président de la République et ensuite Secrétaire d’Etat au Commerce et à l’Industrie, au Travail et au Bien-être Social. Il a par la suite représenté Haïti, en tant que Chef de Mission au Chili en 1967 et ensuite a été Ambassadeur d’Haïti au Mexique et au Nicaragua (1969) jusqu’au décès du Président François Duvalier survenu en Avril 1971. 

Nommé Ministre a la Présidence dans le premier Cabinet du nouveau Président Jean-Claude Duvalier, il y reste jusqu’à sa nomination comme Ambassadeur d’Haïti en Italie en Septembre 1973. Il est transféré comme Ambassadeur en Argentine, Uruguay et Paraguay (1976),  (période des dictatures-ajouté par moi     )en République Dominicaine (1979), aux Nations Unies comme Ambassadeur Représentant Permanent (1981), a l’Organisation des Etats Américains, à la Maison Blanche à Washington (1983) et ensuite à Madrid, Espagne (1987). 

Affecté une deuxième fois en tant qu'Ambassadeur en République Dominicaine, le Dr. Fritz N. Cinéas dirige notre Mission Diplomatique à Santo Domingo depuis Janvier 2006. 

Marié à la dame Gladys Magloire depuis quarante-neuf ans, le Docteur Cinéas est père et grand-père. 

L’Ambassadeur Cinéas a reçu, au grade de Grand' Croix, les décorations suivantes : 

L’Ordre du Mexique “El Aguila Azteca” 
L’Ordre de la République d'Italie “Al Merito de la Republica Italiana” 
L’Ordre de l'Argentine “Orden de Mayo” 
L’Ordre de l'Argentine “General San Martin” 
L’Ordre de la République Dominicaine “Duarte, Sanchez y Mella” 

Il est aussi décoré au grade de Grand’ Croix par les Gouvernements de Taiwan, du Sénégal, du Liberia, du Tchad, de la République Centre-Africaine etc.

 

A la suite de ce texte, il se trouve un reportage sur un cérémonie remise de distinction à Cinéas au cours de laquelle il aurait dit ceci :

" Resalto el patriotismo de Duarte, Sánchez y Mella, y reconoció el aporte a la democracia hecha por los extintos lideres Joaquín Balaguer, Juan Bosch y José Fco. Peña Gómez. "
 

 "Il a  mis en lumière le patriotisme de Duarte, Sanchez et Mella et a reconnu, pour leur apport à la démocratie, des leaders comme Joaqin Balaguer, Juan Bosch, jose Fco et Pena gomez."

 

SOURCES :link

 

 Voici une citation de ce que le dit Balaguer,  loué par l'ambassadeur d'Haiti en RD,  a dit des Haïtiens.

 

"The erosion of Dominican national identity, steadily 

under way for more than a century through dealings 

with the worst of the Haitian population, has made 

worrying advances. Our racial origins and our tradi- 

tion as a Spanish people must not stop us from 

recognising that our nationality is in danger of disin- 

tegration if we do not take drastic measures against 

the threat to it from the proximity of the Haitian 

population.’ 78 


Sources  :  link  

 Vous aurez remarqué, au vu de la biographie de Cinéas, que celui-ci a fait toute sa carrière sous les dictatures des 2 duvalier et qu'il est revenu sur la scène en 2004.

Il est assez paradoxal qu'un ancien serviteur d'une dictature vante l'"apport de la démocratie". Enfin passons... Tout le monde sait que les duvaliéristes sont des comédiens au langage orwellien.

Vous n'êtes pas sans savoir, le rapport le rappelle, que les 2 Duvalier avaient mis en place un deal avec l'état dominicain de "vente" des travailleurs haïtiens.
  
Vous n'ignorez pas non plus, qu'en 1985, Duvalier J-Cl a touché une somme pour cette "vente ,             somme disparue et qui a été remboursée par le gouvernement militaire qui a remplacé Duvalier J-Cl, à la demande du gouvernement dominicain. 
 
 Conclusion : aux  Haïtiens nés dans les  bateyes auxquels la nationalité dominicaine est refusée, les aparachik du régime duvaliériste et Duvalier J-Cl bien évidemment, doivent réparations. Cet argent  "disparu" devrait reparaître pour les aider à travers un programme d'accompagnement.                                               
      
Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 5 novembre 2 05 /11 /Nov 15:40

HAITI: The DEA Hunts for Guy Philippe Again! US, Is This Any Way to Treat the Guy Who Did Your Dirty Work?

Posted on March 27, 2008

 

 

Guy Philippe was one of two primary leaders of a paramilitary group that the US housed, trained and armed in the Dominican Republic to make cross-border attacks into Haiti beginning in 2002 in order to kill their countrymen aligned with the administration of the democratically-elected president, Jean-Bertrand Aristide. Last year, he started shooting his mouth off about which elite members of Haitian society helped finance the coup. Before long, the DEA engaged in a dramatic hunt looking for Philippe and came up empty-handed.

 
Perhaps, anticipating his announcement that he plans to run for the Haitian Senate, the DEA is after him again. The issue is that Philippe knows way too much about the US involvement in the coup and especially about that of a diplomat who used to be at the US embassy in Port-au-Prince. Philippe must be contained and the best way to do that is drive him underground. Arresting him is tricky because the US doesn’t want him in court talking either. So the pretend pursuit of Philippe continues and soon you may be able to call the guy with the most blood on his hands from the 2004 coup — Senator Philippe.

Former Haitian rebel sought by US for drug trafficking says he will run for Senate
Thursday, March 27, 2008
 PORT-AU-PRINCE, Haiti: A former Haitian rebel wanted by the U.S. on drug-trafficking charges said Thursday that he plans to run for Senate.Guy Philippe, whose rebel band helped topple President Jean-Bertrand Aristide during a 2004 revolt, has been in hiding since U.S. Drug Enforcement Administration agents and Haitian police raided his home in July.“You don’t need to look hard for me because there are going to be elections,” Philippe told Radio Vision 2000 in a telephone interview — without revealing his location. “I am going to be a candidate for Senate.”The legislative elections, originally scheduled for last November, were postponed as Haiti launched an investigation into fraud allegations at its electoral council. A new date has not been set.The former soldier ran for president in 2006 under his Front for National Reconstruction Party, which hoped to reinstate the notorious Haitian military disbanded by Aristide.Philippe, who has been named in a sealed indictment in the U.S. state of Florida, evaded arrest during the DEA raid last summer. But local radio reported that foreign, English-speaking agents went looking for Philippe at his home in southern Haiti again on Tuesday.In the radio interview, he accused the U.S. of fabricating allegations against him.

 

“Before when they wanted you they said you were a communist. Now they say you’re a drug trafficker.”

Philippe told a local radio show in October that he was the victim of a political plot and he dared U.S. agents to kill him.

Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 4 novembre 1 04 /11 /Nov 15:50
Par siel - Publié dans : PEUPLE sans mémoire...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés